Problème technique : Les paiements par carte bleue ne sont pas possibles actuellement. Vos commandes peuvent être réglées par chèque ou virement. Pour toute précision contacter : marie.rouviere@univ-tlse2.fr

À paraître

Infos pratiques

Les revues - Littératures

Dirigée par Jean-Yves LAURICHESSE
ISSN : 0563-9751

Nouveautés - Disponible - Dernière parution
  n° 83 - États d'ivresse

n° 83 - États d’ivresse

Discours du corps ivre de l’Antiquité aux Lumières
Auteur : Raphaël CAPPELLEN, Florence LOTTERIE, Amandine MUSSOU (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0733-1
PRIX : 23.00 €
Format et nombre de pages : 13,5 × 22 cm - 200 p.

Objet avéré du dialogue des disciplines, le corps ivre fait partie à la fois des corps intéressant la plasticité de la représentation littéraire et des corps socialement problématiques. En effet, l’ivresse peut apparaître comme un moyen toléré de dépasser les bornes ou, à l’échelle individuelle, d’aménager les règles de la mémoire et de l’oubli de soi au profit de cette transgression. Le corps ivre met en jeu l’identité et ses modes de subjectivation, le rapport du corps et de l’esprit et celui du normal et du pathologique ; prompt au juron et au blasphème, lieu de la parole échappée, il interroge les normes tant laïques que religieuses du licite et de l’illicite, du tolérable et de l’obscène ou du « bas » ; et il est aussi un corps genré. De l’Antiquité aux Lumières, ce dossier de Littératures s’interroge sur les cadres et les codes de la « bonne » et de la « mauvaise » ivresse, au carrefour de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature et des arts.

Raphaël CAPPELLEN est maître de conférences en langue et littérature du XVIe siècle à l’université de Paris. Il travaille principalement sur l’œuvre de Rabelais (sources, interprétation, histoire de la réception, bibliographie des éditions anciennes).

Florence LOTTERIE est professeure de littérature française du XVIIIe siècle à l’université de Paris, spécialiste d’histoire des représentations littéraires, en particulier du tournant des Lumières (1760-1820), et des problématiques de genre. Ses travaux actuels portent sur les imaginaires de la Révolution française et les dimensions de la vie sexuelle dans la fiction du XVIIIe siècle.

Amandine MUSSOU est maîtresse de conférences en langue et littérature médiévales à l’université de Paris. Spécialiste de l’œuvre d’Évrart de Conty, elle a consacré sa thèse aux Eschés amoureux en vers et s’intéresse notamment à l’allégorie. Ses recherches portent par ailleurs sur les lectures contemporaines du Moyen Âge.

Année : 2020
Réf. : LIT 83

Sommaire LIT 83
Introduction LIT 83

Retour

Même rubrique

Les nouveautés