Les revues - Pallas

Dirigé par Christian RICO
ISSN : 0031-0387

Nouveautés - Disponible - Dernière parution
  n° 105 - L'aspective dans l'art antique / Oppida et « civilisation des oppida »

n° 105 - L’aspective dans l’art antique / Oppida et « civilisation des oppida »

Auteur : Elena OULIÉ (coord. dossier 1) / Philippe GARDES (coord. dossier 2)
N° ISBN : 978-2-8107-0535-1
PRIX : 25.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm - 386 p.

Dossier 1 : Ce dossier réunit des articles consacrés aux principes de l’aspective, terme élaboré il y a près d’un demi-siècle par l’égyptologue allemande Emma Brummer-Traut, pour désigner un mode de représentation qui, à l’inverse de la vision perspective, mise au point par les Grecs entre la fin du VIe siècle et le milieu du Ve siècle, associe plusieurs points de vue. L’aspective peut aussi regrouper plusieurs moments d’une même histoire dans une image unique, qui, elle, se lit en un seul instant. L’image devient ainsi plus une construction qu’une représentation. Ce mode de représentation caractérise l’art de nombreuses cultures avant la fin du VIe siècle, dont celui des Grecs eux-mêmes.

Elena Oulié est doctorante en sciences de l’Antiquité à l’université Toulouse - Jean Jaurès, PLH-CRATA. Le sujet de sa thèse est : L’aspective dans l’art grec du VIIIe siècle au début du VIe siècle avant J.-C.

Dossier 2 : À l’occasion du centenaire de la mort de Joseph Déchelette, grand précurseur de la protohistoire européenne (décembre 2014), une journée d’étude a été organisée le 10 décembre 2014 à l’université Toulouse - Jean Jaurès pour évoquer un des concepts les plus emblématiques de la protohistoire européenne, la « civilisation » ou « culture des oppida », concept qui, s’il n’a pas été formellement formalisé par J. Déchelette, recouvre une réalité qu’il est le premier à avoir clairement définie. Ce modèle conditionne encore, de manière implicite ou non, une partie des recherches sur la fin de l’âge du fer en Europe tempérée. Pourtant, la question des oppida est aujourd’hui au centre de débats suscités par le développement de fouilles planimétriques et surtout par l’apparition de nouvelles grilles d’analyse. Les critiques touchent tant la portée géographique du phénomène que sa définition culturelle (aire des oppida = aire celtique). La journée d’étude se proposait donc de revisiter la question des oppida à travers des exemples régionaux et de nouvelles perspectives méthodologiques. Ce dossier en est l’illustration.

Philippe Gardes est archéologue à l’INRAP, TRACES-UMR 5608.

Année : 2017
Réf : PAL 105

Retour

Même rubrique

Les nouveautés