Les collections - Histoire - Méridiennes • Série Générale


Épuisé
  d plantandam vineam... Afin de planter des vignes... Essai sur la floraison des bastides et autres petites villes médiévales du bassin aquitain (XIIIe-XIVe siècles)

d plantandam vineam... Afin de planter des vignes... Essai sur la floraison des bastides et autres petites villes médiévales du bassin aquitain (XIIIe-XIVe siècles)

Auteur : M COSTE
N° ISBN : 2-912025-26-5

Remarquées par les archéologues du XIXe siècle, avec leurs places à couverts, leurs halles, leurs rues tracées au cordeau, leurs porches et leurs murailles, ces petites villes du bassin aquitain qui, au mitan du Moyen Age, poussèrent comme des champignons, exercent sur nos contemporains une fascination certaine. Parce qu’elles sont belles et évoquent confusément une cohésion sociale révolue, on va chercher dans leur histoire des arguments venant au secours de multiples causes. Les bastides auraient été l’oeuvre de gouvernants inspirés et leurs vertus sociales, le fruit d’un urbanisme savant autant qu’égalitaire. Or, un regard tant soit peu critique sur la genèse de ces villes, leurs statuts et la manière dont leur époque les a modelées met à mal cette idée reçue. On oublie trop que les humbles ont leur mot à dire dans cette histoire. Les paysans, tout d’abord. Leur “confuse pression” (Braudel) a forcé les puissants à renoncer à les traiter en sujets corvéables pour en faire des contribuables épargnant denier après denier le pécule de leur future délivrance. S’émancipant du monastère et du château, ils ont déniché les sites de bastides et, en toute liberté, ont choisi de venir les peupler. Ensuite, les marchands : leurs réseaux capillaires ont drainé au plus profond des campagnes la précieuse monnaie évinçant l’agrière et les servitudes humiliantes, et colporté, avec ce médium, une autre vision de la vie, des idées nouvelles, des horizons élargis. Sur ces lames de fond, les princes sont venus greffer leurs ambitions et les hommes de l’art exercer leurs talents. Mais, autant que de son temps, où le courant gothique diffuse en Occident l’idée d’illimité, la bastide porte la marque des hommes qui l’ont voulue et qui, ensemble, l’ont construite. C’est l’ambition de cet essai que d’en montrer les traces.

Année : 2006
Réf. : FRAMI 46
Code SODIS :

Épuisé

Retour

Même rubrique

Les nouveautés