À paraître

Infos pratiques

Les collections - Littérature française - Hors Collection


Disponible
  L'œuvre romanesque de Léon Bloy

L’œuvre romanesque de Léon Bloy

Auteur : Pierre GLAUDES
N° ISBN : 978-2-9529-0031-7
PRIX : 47.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm - 754 p.

Écrivain de l’extrême fin du XIXe siècle, Léon Bloy se veut le témoin de la chute irrémédiable du monde moderne et l’annonciateur d’une manifestation décisive de la puissance divine. Ce converti qui occupe une position singulière dans l’Église du Ralliement autant que dans la République des lettres, cherche à produire par l’écriture fictionnelle une lecture symbolique de l’histoire du salut. Du Désespéré à La Femme Pauvre, ses romans en forme de parabole participent à l’évolution du genre. L’écrivain y accuse violemment le contraste des registres opposés, en mêlant le sublime et le grotesque, les blagues du fumiste et la parole inspirée du « fou de Dieu ». Il brouille aussi les frontières qui séparent habituellement le roman d’autres genres comme l’autobiographie, le pamphlet, les méditations poétiques, l’essai d’exégèse. Rompant avec l’esthétique réaliste, sans pour autant chercher refuge dans l’autonomie souveraine de l’art, il invente un « monstre » de récit fondé sur un « symbolisme universel » qui instaure une mystérieuse équivalence entre les données de la fiction, sa propre vie et l’histoire de l’humanité tout entière, sub speciem aeternitatis. L’unité, dont se réclament ces œuvres inclassables, nous ramène toujours à un drame familial dont les protagonistes sont le Père et son Fils fait homme, la Femme et Lucifer, le Christ immolé et le Saint Esprit, son « cadet » turbulent. Les tribulations de Marchenoir et de Clotilde parmi leurs contemporains se lisent comme un drame théologique dont le déchiffrement, à la fois périlleux et aporétique, est sans cesse menacé par le blasphème et l’hérésie. L’ambivalence du symbole que Bloy porte à sa limite fait en même temps tout l’intérêt de cette écriture romanesque dont le présent ouvrage se propose de retracer la genèse, d’étudier le fonctionnement narratif et de dégager la complexité herméneutique.

Pierre Glaudes est depuis 2007 professeur de littérature française à l’Université de Paris-Sorbonne, après avoir enseigné treize ans à l’Université de Toulouse-Le Mirail. À la Sorbonne, il appartient au Centre de recherche sur la littérature française du XIXe siècle. Il est en outre associé, en tant que membre extérieur, au Centre Jacques Petit de l’université de Franche-Comté et à l’équipe « Patrimoine, Littérature, Histoire » de l’université de Toulouse-Le Mirail.

Année : 2006
Réf. : HC 45

Retour