Dernières parutions

Les mots de l’esclavage aux Amériques

Les collections -> Les Fondamentaux -> Les mots de

Parution le 28 octobre 2021

Alors que les manifestations de la mémoire de la traite et de l’esclavage ne cessent de prendre de l’ampleur dans le contexte mondialisé de la concurrence entre « mémoires blessées », ces Mots entendent, loin des schématisations abusives, proposer un parcours pédagogique autour des grandes questions relatives à l’esclavage dans les Amériques. Ils invitent ainsi à une incursion sur les trois continents impliqués dans la traite, à la lumière des récentes avancées historiographiques : métropoles européennes donneuses d’ordre, vivier esclavagiste africain et sociétés américaines de réception.

Nathalie Dessens, professeur de civilisation américaine à l’université Toulouse - Jean Jaurès, est spécialiste de l’esclavage aux États-Unis.

Richard Marin, professeur émérite d’histoire à l’université Toulouse
- Jean Jaurès, est spécialiste de l’histoire du Brésil.

Année : 2021
Réf. : MOTS 39

Les mots de l'esclavage aux Amériques

Haut de page Haut de page

Les cultes de Mithra dans l’Empire romain

Les collections -> Les Fondamentaux -> Amphi 7 • Histoire

Dans un monde rempli d’une multitude de dieux, Mithra, que l’on dit venir de Perse, rencontra dès la fin du Ier siècle de notre ère un succès fulgurant qui perdura plus de 300 ans d’un bout à l’autre de l’Empire romain et attira des dizaines de milliers d’adeptes. Phénomène à la fois global et local, le ou plutôt les cultes de Mithra sont aujourd’hui connus par plus de 130 sanctuaires découverts tout autour de la Méditerranée et près de 1 000 inscriptions. Chaque année, de nombreuses fouilles viennent enrichir nos connaissances, révélant statues, textes et lieux de culte.
Pour mieux appréhender ces cultes toujours bien mystérieux, plus de 500 documents sont réunis et commentés dans ce volume, donnant naissance à une synthèse solidement étayée, qui fait le deuil de nombre d’idées reçues et de fantasmes romantiques hérités du XIXe siècle.

Laurent Bricault est professeur d’histoire romaine à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire PLH-ERASME (Patrimoine Littérature Histoire). Il étudie les religions du monde méditerranéen antique et la réception de l’Antiquité. Spécialiste des cultes de l’Égypte tardive, il a écrit et dirigé une quarantaine d’ouvrages, dont les récents Isis Pelagia : Images, Names and Cults of a Goddess of the Seas, Leyde, E.J. Brill, et, en collaboration avec Martin Stadler, Hymnen und Aretalogien im antiken Mittelmeerraum : Von Inana bis Isis, Wiesbaden, Harrassowitz. Il est membre de l’Institut universitaire de France.

Philippe Roy est docteur en sciences de l’Antiquité de l’université Toulouse - Jean Jaurès et chercheur associé auprès du laboratoire PLH-ERASME (Patrimoine Littérature Histoire). Il a consacré sa thèse à La réception du culte de Mithra en Italie et dans les provinces occidentales de l’Empire romain (Ier-IVe siècle) et a publié plusieurs articles sur le sujet.

Année : 2021
Réf. : SED 91

Les cultes de Mithra dans l'Empire romain

Haut de page Haut de page

Crusading Ideas and Fear of the Turks in Late Medieval and Early Modern Europe

Les collections -> Histoire -> Croisades tardives

The volume considers the plurality and diversity of crusading ideas in the late Middle Ages and the Early Modern epoch and sheds light on the actors and groups of actors who conceived these. The guiding question is how these conceptions were related to each other and in what regards they were distinct. The “crusade” is not primarily understood as an essentialist category or as a distinct type of conflict, but rather as an attribution that could serve different argumentative functions depending on context and author – for example in the context of identity construction, representation of power, raising of status or the formation of alliances. This reconceptualization enables a comparative analysis of “Crusading Ideas” and “Fear of the Turks” as close but distinct leading categories of late medieval and Early Modern European thinking about the Ottoman Empire and the Muslim powers in the Mediterranean. The inclusion of non-Catholic case studies also shows that crusading ideas in this sense transcended Catholic Europe and should therefore be regarded as part of common and partly even transconfessional spaces of communication.

Dr. Magnus Ressel is a fellow of the Gerda-Henkel Foundation at the chair of Early Modern History at the University of Frankfurt. He read for his Ph.D. on the relations of Northern Europe with the Barbary Corsairs at the universities of Munich, Bochum and Paris I – Sorbonne (cotutelle). His habilitation (second book) focuses on the German-Italian trade relations during the 18th century. For this project he received fellowships at the German Historical Institute of Rome and at the Center of Advanced Study in Munich and won the Max Weber Award of the Max Weber Center for Advanced Cultural and Social Studies. He has published mostly on economic history, the history of cultural contacts, migration history and the history of slavery in the Early Modern age.

Année : 2021
Réf. : CT 07

Crusading Ideas and Fear of the Turks in Late Medieval and Early Modern Europe

Haut de page Haut de page

n° HS 03 - Le monde grec et l’Orient de 404 à 200 avant notre ère

Les revues -> n° HS 03 - Le monde grec et l’Orient de 404 à 200 avant notre ère

Actes du congrès de la SoPHAU (nouvelle question d’histoire ancienne de l’agrégation d’histoire 2022)

Le volume sur le monde grec et l’Orient de 404 à 200 avant notre ère est l’occasion de procéder à une mise au point scientifique sur un domaine en plein renouvellement, en raison notamment des découvertes et des publications qui se sont succédé depuis une vingtaine d’années. Celles-ci ont enrichi la documentation textuelle et matérielle, ainsi que les interprétations portant sur les formes de contact entre peuples grecs et non grecs durant la période considérée. L’intérêt de la période choisie est de mettre en perspective la conquête de l’empire perse par Alexandre, qui a d’abord été comme facilitée par la connaissance de cet empire progressivement acquise par les Grecs et qui a ensuite abouti à des pratiques politiques originales et à des interactions culturelles de types extrêmement variés.
Les contributions ici réunies traitent des sources documentaires, des pratiques matérielles (monétaires ou artistiques), des pratiques sociales (notamment éducatives et culturelles), religieuses (notamment égyptiennes et juives) ou politiques, non seulement parmi les Grecs mais aussi parmi les habitants d’Asie Mineure, de Mésopotamie ou d’Égypte.

Nicolas RICHER est professeur des universités à l’École normale supérieure de Lyon. Il est spécialiste d’histoire grecque. Il a publié notamment La Religion des Spartiates. Croyances et cultes dans l’Antiquité (Les Belles Lettres, 2012), Sparte, cité des arts, des armes et des lois (Perrin, 2018), et, avec L. Martinez-Sève, le Grand Atlas de l’Antiquité grecque classique et hellénistique (Autrement, 2019).

Actuellement maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université Côte-d’Azur, Laurence MERCURI est spécialiste des échanges et des interculturalités dans la Méditerranée antique. Elle a notamment publié Eubéens en Calabre à l’époque archaïque. Formes de contacts et d’implantation (Rome 2004, BÉFAR 321), et, avec R. González Villaescusa et F. Bertoncello, Implantations humaines en milieu littoral méditerranéen : Facteurs d’installation et processus d’appropriation de l’espace, de la Préhistoire au Moyen Âge, actes du colloque international d’Antibes, octobre 2013 (APDCA, 2014).

Année : 2021
Réf : PALHS 03

n° HS 03 - Le monde grec et l'Orient de 404 à 200 avant notre ère

Haut de page Haut de page

n° 14 - Histoire de la maritimité

Les revues -> n° 14 - Histoire de la maritimité

Ce numéro vise à explorer le potentiel heuristique d’une nouvelle approche des questions d’histoire maritime et côtière – la maritimité – qui permet d’engager une étude comparée des expériences maritimes de la Russie et de la France. En effet, le passé maritime de ces deux pays paraît très dissemblant mais les concepts de maritimité et de maritimisation offrent à l’historien un outillage théorique efficace pour dégager des caractéristiques et cibler des tendances similaires dans des communautés hétérogènes de prime abord.

Sylviane LLINARES est professeure des universités en histoire moderne à l’université Bretagne Sud, directrice adjointe du laboratoire Temps, Mondes, Sociétés (TEMOS, UMR 9016 CNRS) et directrice du GIS « Histoire & Sciences de la Mer » (CNRS InSHS).

Alexei KRAIKOVSKI est membre du laboratoire d’histoire écologique et technologique de l’université nationale de recherche et de l’École supérieure de l’économie de Saint-Pétersbourg.

Irina GOUZÉVITCH est membre du centre Maurice-Halbwachs, EHESS (Paris).

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2021
Réf. : ARTEF 14

n° 14 - Histoire de la maritimité

Haut de page Haut de page

n° 44 - Freire Hoje, Freire Hoy

Les revues -> n° 44 - Freire Hoje, Freire Hoy

Paulo Freire (1921-1997) est une des figures pédagogiques contemporaines incontournables pour tous les professionnels dans les espaces d’éducation formels et informels. Connu pour être le créateur d’une méthode d’alphabétisation des adultes, il a été aussi un acteur politique important au Brésil dans la refonte du système d’éducation et un grand théoricien de l’action éducative. Il a ainsi publié un grand nombre de livres traduits en différentes langues et de nombreuses universités du monde l’ont distingué comme docteur honoris causa.

À l’occasion du centenaire de sa naissance, ce numéro permet de revenir sur les principes organisateurs de sa pensée et de la mettre en lien avec des questions éducatives contemporaines. Ainsi, loin d’être restreints à leur contexte d’émergence dans le Brésil du XXe siècle, ses réflexions et concepts permettent d’analyser sous un angle singulier les conditions de développement de pratiques co-éducatives, de formation par compagnonnage ou de recherche-intervention. Dans le cadre de la pédagogie critique, ses travaux contribuent également à mettre en perspective les dimensions politiques et axiologiques de toute action éducative.

La pensée de Paulo Freire reste donc d’une grande pertinence pour les éducateurs. En cherchant à explorer les différentes facettes et enjeux de ces propositions, ce volume permet de rendre compte de la richesse de cette approche pour les recherches en éducation et en formation.

Année : 2020
Réf. : EDU 44

n° 44 - Freire Hoje, Freire Hoy

Haut de page Haut de page

n° 84 - Le paysage musical : musique et littérature dans la première moitié du XIXe siècle

Les revues -> n° 84 - Le paysage musical : musique et littérature dans la première moitié du XIXe siècle

Dans un fragment célèbre de son roman Oberman (1804), Senancour a livré une description du ranz des vaches qui a fait date, dans la mesure où il y déploie un paysage empruntant aux codes de l’univers pastoral et à la représentation de la haute montagne pour rendre compte de la résonance intérieure de l’air alpestre. Privilégiée par les romantiques, cette façon de dire la musique et ses effets par la description d’un paysage est au cœur de ce numéro, qui en explore les déclinaisons au début du XIXe siècle dans diverses œuvres littéraires et musicales de différents pays (France, Allemagne, Italie, Angleterre). Ainsi se trouve revisité le rêve de la correspondance entre les arts qui a traversé le siècle, tandis que s’enrichit la réflexion sur le pouvoir d’évocation de la musique, sur son aptitude à exprimer l’intime et à réveiller la mémoire d’un âge d’or disparu, que restitue l’imaginaire de la pastorale ou de l’ossianisme.

Fabienne BERCEGOL est professeure à l’université Toulouse - Jean Jaurès, directrice de l’équipe « Patrimoine, Littérature, Histoire ». Elle a publié de nombreux essais et articles sur Chateaubriand, Senancour, Stendhal, Barbey d’Aurevilly, etc. Elle travaille désormais sur les romancières du début du XIXe siècle (co-dir. de Les Femmes en mouvement. L’univers sentimental et intellectuel des romancières du début du XIXe siècle, Frank et Timme, 2017) et sur les usages fictionnels du portrait (direction du n° 176 de Romantisme, co-dir. de Portraits dans la littérature de Gustave Flaubert à Marcel Proust, Classiques Garnier, 2018).

Année : 2021
Réf. : LIT 84

n° 84 - Le paysage musical : musique et littérature dans la première moitié du XIXe siècle

Haut de page Haut de page

Boucan !

Les collections -> Sciences Sociales -> Les Anthropologiques

Au cours des années 2000, alors que les banlieues populaires s’élèvent contre des injustices et des discriminations qui touchent tout particulièrement les populations noires de France, un engouement autour de danses et musiques urbaines africaines se renforce dans certaines boîtes de nuit et MJC de la région parisienne.
Dans ces espaces destinés aux loisirs, une africanité trop souvent disqualifiée est transformée en capital. Les médiations numériques, alors en plein essor, font émerger des proximités nouvelles, tout en permettant à de jeunes Français noirs d’être davantage auteurs de leurs propres représentations. Boucan ! restitue comment on devient quelqu’un dans un « milieu afro » aux contours et aux contenus mouvants. Il explore comment de jeunes Français noirs négocient leur condition paradoxale dans la société française, entre invisibilité et hypervisibilité, par le biais d’une économie de prestige alternative.
Cette dernière célèbre des références, des valeurs et des pratiques qui puisent dans les cultures urbaines du continent africain, tout en étant façonnée dans l’entre-soi des quartiers populaires et un quotidien résolument francilien.

Formée en anthropologie au Royaume-Uni et en France, Laura Steil s’intéresse aux dynamiques sociales et culturelles des villes. Ses recherches portent sur les danses, musiques et cultures populaires, les mondes de la nuit, la production et la mise en scène de soi, les médiations, la mémoire et la transmission. Elle enseigne dans des cursus d’anthropologie et de danse à l’Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis, au Pôle supérieur d’enseignement artistique de Paris - Boulogne-Billancourt et au Centre de formation danse de Cergy.

Année : 2021
Réf. : ANT 14

Boucan !

Haut de page Haut de page

Contacts between South Arabia and the Horn of Africa, from the Bronze Age to Islam

Les collections -> Histoire -> Sites et cités d’Afrique

Over the course of a millennium and a half, from the Bronze Age to the advent of Islam, the Red Sea was a threshold between the Arabian Peninsula and the Horn of Africa. From the Nile Valley to the Arabian Desert, influences, wealth, craftsmen, patterns and ideas circulated, accompanying caravans and travelers. Long-distance navigation was accompanied by cabotage from port to port demonstrating the extent to which seas are corridors rather than borders. Following the example of Abraha – a high-ranking military officer from the kingdom of Aksum on the African side of the Red Sea – who in the middle of the 6th century ruled over Yemen and extended his power over the entirety of the Arabian Peninsula, trade flowed in both directions.

The extravagant church that this Christian sovereign erected in his Yemeni capital Ṣanʿāʾ is still the subject of discussion among scholars. This book features the work of archaeologists, philologists and epigraphists, and is a rendition of the 21st Rencontres sabéennes which took place in Toulouse in 2017 and was devoted to the theme of “Relations between South Arabia and East Africa – from the Bronze Age to the advent of Islam”.

These contributions accompany a collection of moving tributes dedicated to the memory of Rémy Audouin (1935-2016) (Hommage à Rémy Audouin, Editions CEFAS 2020), who devoted his life to the archaeology of South Arabia and Ethiopia.

Christian Darles † (1949-2021), architect and archaeologist, was honorary professor at the École nationale d’Architecture de Toulouse and associate researcher at several institutions including the CNRS. Since 1976 he has participated in French and International field programs in Yemen, Saudi Arabia, Oman, Tunisia, Morocco, and was expert to UNESCO. He was a corresponding member of the French Académie d’Architecture and a Knight of the ordre national des Arts et des Lettres.

Lamya Khalidi is a researcher at the CNRS in the Cultures et Environnements : Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM) laboratory in Nice, and is an archaeologist and specialist in the late prehistory of Arabia and the Horn of Africa (12th - 1st millennium BC). She works on the circulation and production of obsidian, and human-environment interrelations to reconstruct prehistoric human interactions and mobility. She is a permanent member of international archaeological programs in Yemen, Sudan, Ethiopia, Republic of Djibouti, Syria, and Lebanon. Director of several missions in Yemen between 2002 and 2010, she currently directs the VAPOR-Afar project in Ethiopia. She is co-editor of three books and has authored and co-authored more than sixty scientific and mainstream articles.

Mounir Arbach is director of research at the CNRS in the Archéorient laboratory – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, and is an epigrapher and specialist in the languages and history of pre-Islamic South Arabia (8th century BC - 6th century AD). He is a member of the French Archaeological Mission in Yemen (1993-2010) and in Saudi Arabia (2006-2017) and is currently director of the French-Saudi Archaeological Mission in the al-Fāw region (2017-2021). He is author and co-author of a dozen scientific books and a hundred scientific and mainstream articles.

Année : 2021
Réf. : SIT 05

Contacts between South Arabia and the Horn of Africa, from the Bronze Age to Islam

Haut de page Haut de page

n° 27 - Nouvelles recherches d’histoire économique et sociale du Nord aux époques moderne et contemporaine

Les revues -> n° 27 - Nouvelles recherches d’histoire économique et sociale du Nord aux époques moderne et contemporaine

Le dossier de ce numéro a pour objectif de donner aux lecteurs une image significative de la recherche scandinave actuelle en histoire économique et sociale. Pour ceci, un groupe d’une dizaine de jeunes chercheurs, ayant tous terminé leur doctorat après 2010, a été invité à présenter une contribution exposant leurs travaux. Les thèmes abordés sont le commerce suédois dans les Caraïbes au début du XIXe siècle, la domination des réformés sur la Compagnie asiatique danoise, le commerce de la Baltique entre 1750 et 1850 à partir des données du STRO, l’action d’un intermédiaire français dans le commerce franco-suédois fin XVIIIe-début XIXe, l’échec d’un investissement norvégien au Canada, un conflit social à Falun début XVIIe et une synthèse sur l’histoire du climat en Suède à l’époque moderne.

S’y ajoutent deux articles de mélanges, l’un sur les polémiques liées au brûlage du goémon au XVIIIe siècle en Norvège, l’autre sur le général Louis-Marie Camps, parti en Suède avec Bernadotte. La suite d’une traduction de la Navigatio libera de Johann Gröning par D. Gaurier complète le tout.

Pierrick POURCHASSE est professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Bretagne occidentale, directeur adjoint du CRBC Brest. C’est un spécialiste reconnu d’histoire économique de l’Europe septentrionale, notamment d’histoire maritime. Il est l’auteur entre autres de plusieurs ouvrages tels que : Le Commerce du Nord. La France et le commerce de l’Europe septentrionale au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 390 p ; Les Circulations internationales en Europe années 1680-années 1780, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 501 p. (codirection avec Pierre-Yves Beaurepaire) ; La Guerre, la mer et les affaires. Enjeux et réalités maritimes de la Révolution française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017 (en collaboration avec Anne de Mathan et Philippe Jarnoux).

Année : 2018
Réf. : RHN 27

n° 27 - Nouvelles recherches d'histoire économique et sociale du Nord aux époques moderne et contemporaine

Haut de page Haut de page

Nad / Au-dessus

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • polonais

Condamné pour meurtre, Jacob est innocenté après plusieurs années de détention. Il retrouve la liberté, mais le monde extérieur lui paraît aussi fermé et hostile que sa prison. Il s’interroge sur les causes de sa condamnation et sur l’existence d’une main mystérieuse qui régit l’ordre du monde « au-dessus » des lois morales écrites par les hommes. La réflexion sur les questions existentielles, morales et ontologiques fait de cette pièce une grande parabole sur la condition humaine.
La pièce a reçu le Remi d’argent dans la catégorie « Drame » au 48e festival Worldfest à Houston en 2015 et le Prix du drame à Gdynia en 2009.

Mariusz Bieliński, né en 1968, est auteur dramatique, scénariste, metteur en scène et acteur. Tout en se référant aux symboles bibliques et à la langue poétique, Bieliński cherche des manifestations du sacrum dans le prosaïsme du profanum et s’interroge sur l’existence de Dieu.
Parmi ses pièces, souvent primées lors des concours dramaturgiques, il convient de citer :
Cicho [Silence] (2002), Między [Entre] (2004), Nad [Au-dessus] (2006), Mrok [L’obscurité] (2008), inspirée de la vie et de la pensée de Jean-Paul II, Dziesięć [Dix] (2010) et Księga psa [Livre du chien] (2019).

Année : 2021
Réf. : NOUP 15

Nad / Au-dessus

Haut de page Haut de page

n° 64 - L’amour des animaux. Exploration des liens animaux dans la littérature et la culture anglophone

Les revues -> n° 64 - L’amour des animaux. Exploration des liens animaux dans la littérature et la culture anglophone

L’amour des animaux. Exploration des liens animaux dans la littérature et la culture anglophone

Le but de ce volume est d’envisager l’amour des animaux, l’amour animal, l’amour pour les animaux dans sa multiplicité et sous un angle à la fois philosophique, environnemental, scientifique, esthétique et littéraire, en inscrivant ce thème dans la relation plus large de l’homme au monde. L’amour des animaux n’est pas une notion faite pour des idéalistes ou de doux rêveurs. Elle est au cœur d’une société du changement qui donnerait une place de premier plan aux attachements, aux liens et aux connexions, à une empathie qui est la clé de tout changement sociétal. L’amour des animaux soulève de nombreuses questions et ouvre autant de chemins. Rend-il la communication entre espèces plus facile ? Dans la mesure où cette empathie génère une meilleure communication entre espèces différentes, une meilleure écoute du monde animal ne nous aiderait-elle pas, nous humains, à communiquer entre nous d’une manière plus profonde et plus efficace ?

Animal Love. Considering Animal Attachments in Anglophone Literature and Culture

The aim of this volume is to consider animal love in its multiplicity, from a philosophical, environmental, scientific, aesthetic and literary angle at the same time, by inscribing the theme in the wider relationship of humans with the world. Animal love is not some phrase for idealists or sweet dreamers. It is the core of a society of change that should give a prominent place to attachments, bonds and connections, to an empathy that is the key to all forms of societal changes. Animal love raises many fundamental questions and opens many paths. Does love make communication between species easier ? As that empathy generates a better communication between different species, we can wonder if a better way of listening to the animal world would not help us humans to communicate between one another in a deeper and more effective way.

Année : 2021
Réf. : CAL 64

n° 64 - L'amour des animaux. Exploration des liens animaux dans la littérature et la culture anglophone

Haut de page Haut de page

n° 116 - La bande dessinée argentine : un espace d’engagement politique ?

Les revues -> n° 116 - La bande dessinée argentine : un espace d’engagement politique ?

La bande dessinée argentine est souvent associée à la question de l’engagement politique, comme s’il s’agissait d’une de ses spécificités. Il est vrai que Mafalda en est la principale ambassadrice et que les dessinateurs les plus reconnus sur le plan international ont réalisé des œuvres que l’on peut qualifier d’engagées. Or, la façon dont certaines œuvres s’inscrivent dans les débats ou les conflits ayant cours au moment de leur publication dépasse la seule transposition dans la fiction des horreurs de la dictature ou des affres des crises économiques.
Ce dossier couvre une période qui s’étend des années 1940 à nos jours et permet à la fois de porter un regard nouveau sur certaines œuvres phare et de s’intéresser au parcours d’artistes encore peu étudiés. À travers l’étude de la circulation de certaines œuvres, l’histoire des périodiques et l’évolution du marché, surgissent les questions de la spécificité « nationale » de l’historieta, des rapports de force avec la censure ainsi que des récentes manifestations du militantisme LGBTQ+.
La nature mixte de ce dossier – six articles, un cahier d’artistes et un entretien – permet de produire une réflexion critique qui associe théorie et dessin.

Claire LATXAGUE est normalienne et agrégée, maîtresse de conférences à l’université Paul-Valéry – Montpellier 3, spécialiste de bande dessinée et de dessin de presse. Elle est également fondatrice des éditions Insula, consacrées à la bande dessinée et aux arts graphiques latino-américains, et a réalisé des traductions pour les éditions Tanibis et L’Égouttoir. Elle est l’auteure de Lire Quino. Politique et poétique dans le dessin de presse argentin (1954-1976), Presses universitaires François- Rabelais, coll. « Iconotextes », Tours, 2016.

Année : 2021
Réf. : CAR 116

n° 116 - La bande dessinée argentine : un espace d'engagement politique ?

Haut de page Haut de page

Toulouse au XIVe siècle

Les collections -> Arts -> Tempus Artis

À la fin du XIIIe siècle, après de grands bouleversements qui ont mené à la disparition de la famille comtale, la ville de Toulouse joue un rôle déterminant de capitale régionale. La vie religieuse y est renforcée par l’essor récent des ordres mendiants, et les échanges intellectuels y sont brillants autour de l’université. Par ailleurs, les élites urbaines, liées au pouvoir municipal des capitouls, définitivement fidèles à la monarchie, sont les garantes d’une stabilité politique et économique favorable à la commande artistique. Les conditions sont alors réunies pour que s’épanouissent l’architecture religieuse, la sculpture autour du fameux Maître de Rieux et bien d’autres, les arts précieux et les arts de la couleur, ainsi que les objets du quotidien, qui connaissent un nouvel âge d’or. Ce bel élan n’est freiné que par les malheurs du temps, la peste et la guerre de Cent Ans. Dédié à l’histoire, à l’art (orfèvrerie, enluminure, peinture murale, sculpture, architecture) et à l’archéologie (verre et céramique) à Toulouse au XIVe siècle, cet ouvrage se propose de poser les jalons indispensables à une approche renouvelée de l’une des périodes artistiques les plus riches de la cité toulousaine.

Virginie Czerniak est maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge à l’université Toulouse – Jean Jaurès et membre du laboratoire TRACES, UMR 5608 du CNRS.

Charlotte Riou est conservatrice au musée des Augustins de Toulouse.

Année : 2021
Réf. : TEMPART 11

Toulouse au XIVe siècle

Haut de page Haut de page

Postcolonial/Décolonial. La preuve par l’art

Les collections -> Arts -> Tempus Artis

Les liens entre art contemporain, histoire coloniale, postcolonialisme et mouvements décoloniaux sont anciens et multiples. Des artistes, en Occident et ailleurs, depuis plusieurs décennies déjà, revisitent opportunément des concepts que les études postcoloniales ont approfondis ou inventés – agency (agentivité), mimicry (mimétisme/simulacre) ou essentialisme stratégique –, en autant d’outils utiles à démêler la complexité des relations coloniales et, au-delà, de toutes les relations de domination. Des auteurs, relevant de ces champs d’études conservant aujourd’hui toute leur actualité politique, théorique et polémique, disent en retour tout l’intérêt qu’ils portent à la création contemporaine.

Associant vingt historiens de l’art et chercheurs en littérature, philosophie, droit ou psychanalyse, Postcolonial/Décolonial. La preuve par l’art réunit des textes portant sur des productions artistiques (Betye Saar, Fred Wilson, Sarkis, Lidwien van de Ven, Voluspa Jarpa, Iris Kensmil, Jean Renoir et bien d’autres), des propositions institutionnelles (Centro de Arte y Comunicación de Buenos Aires, Biennale de Venise ou Van Abbemuseum d’Eindhoven), l’historiographie de l’histoire de l’art ou celle du droit. Une place particulière est réservée aux singularités artistiques, théoriques et juridiques en Amérique latine, lieu d’émergence des théories décoloniales.

Année : 2021
Réf. : TEMPART 12

Postcolonial/Décolonial. La preuve par l'art

Haut de page Haut de page

n° 104 - L’idée de monument et ses représentations à l’âge classique. Textes, voix, scènes

Les revues -> n° 104 - L’idée de monument et ses représentations à l’âge classique. Textes, voix, scènes

Longtemps, le monument (le mot et la chose) n’a pas été seulement affaire d’architecture, de vastes proportions ou de patrimoine – mais de mémoire, toujours. De la Renaissance à la Révolution, la richesse sémantique de monumentum en latin a fondé dans la littérature, dans la pensée et dans les arts l’omniprésence du monument comme témoignage, tombeau, trace mémorielle (de quelque ordre qu’elle soit) entre passé et futur, présence de ce qui n’est plus, à la fois figure (image, objet) et parole (inscription, voix d’au-delà), asile des affects, ciment d’une communauté.

Les études réunies dans ce volume considèrent sous différents angles les représentations du monument à l’âge classique. Dans une culture héritière de l’Antiquité, le monument est à la fois sacralisé (dans la poésie) et dévalué (par la philosophie). Au croisement du religieux, du social et de l’esthétique, la notion de monument organise en profondeur rites et discours funèbres. Mais les textes eux-mêmes, se faisant temple ou mémorial, brouillent la distinction théorique entre document et monument. Les monuments enfin triomphent mis en scène et en voix (théâtre, opéra, musique sacrée).

Jean-Philippe GROSPERRIN est maître de conférences en littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles à l’université de Toulouse – Jean Jaurès. Il a publié de nombreux articles, qui portent entre autres sur Fénelon, sur l’éloquence sacrée, sur la tragédie et l’opéra à partir de la fin du xviie siècle. Il a exhumé une tragédie jésuite inédite, Idoménée (1700), de François Paulin (Toulouse, SLC, 2008).

Année : 2021
Réf. : LC 104

n° 104 - L'idée de monument et ses représentations à l'âge classique. Textes, voix, scènes

Haut de page Haut de page

n° 17 - Alimentation

Les revues -> n° 17 - Alimentation

Depuis une vingtaine d’années, l’alimentation n’est plus seulement envisagée dans son aspect économique et nutritionnel, mais également en tant que « bien culturel » (F. Braudel) devenant un véritable champ d’études historiques pour comprendre une société. Plus spécifiquement, la prédominance des débats actuels sur l’alimentation dans son rapport à la santé met en exergue des enjeux qui posent de nouvelles problématiques pour les analyses historiques.

La diététique, la santé publique, la diffusion des savoirs d’utilisation des aliments, la symbolique des aliments, l’alimentation comme marqueur identitaire sont les thèmes que ce numéro présente à travers cinq contributions couvrant une chronologie large allant de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et s’intéressant à différents espaces géographiques. Le numéro est complété par un entretien avec Amanda Herbert, codirectrice du projet Before ‘Farm to Table’ : Early Modern Foodways and Cultures.

Alexandra KOVACS est docteure en histoire grecque et actuellement chercheuse à l’Institut Ausonius, UMR 5607 (université Bordeaux-Montaigne). Ses travaux portent principalement sur l’histoire de l’alimentation et sur les normes sociales. Après avoir mené une thèse sur le végétarisme dans l’Antiquité grecque (à paraître), elle s’intéresse à présent à la consommation des produits carnés et plus largement à l’économie des produits animaliers. Elle est l’auteure de « A Historiography of Vegetarianism in Antiquity », Mare Nostrum, vol. 10, no 1, 2019, p. 10-30, en ligne : https://doi.org/10.11606/ issn.2177-4218.v10i1p10-30 ; et de « Le carnivore insatiable : luxe et alimentation carnée chez Plutarque », dans J.-Ph. Guez, L. Méry, J. Peigney (dir.), Dévorer/dépenser dans le monde hellénistique et romain, Bordeaux, Ausonius, p. 107-118.

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2020
Réf. : HMS 17

n° 17 - Alimentation

Haut de page Haut de page

La nouvelle phraséologie du français

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Interlangues linguistique et didactique

Une troisième édition de cet ouvrage, révisée et augmentée, confirme la montée en puissance de la phraséologie en tant que discipline à part entière au sein des sciences du langage. À la fois singulière et interdisciplinaire, cette branche du savoir se trouve placée à la croisée de plusieurs domaines de connaissance qui s’en approchent sans jamais arriver à l’annexer et sur lesquels elle ne peut pas non plus faire l’impasse. Son objet d’étude, formé d’éléments tenus désormais pour incontournables dans la langue, est ici abordé non seulement d’un point de vue linguistique mais aussi extralinguistique. Dans la présente édition, l’étude formelle, sémantique et pragmatique de ces éléments fait place à une nouvelle catégorie, les pragmatèmes, et donne lieu à des typologies élaborées à partir des principes de la grammaire de constructions. Cette nouvelle organisation du domaine fournit au lecteur l’occasion d’une rencontre à la fois surprenante et enrichissante avec cette partie de la langue qui se meut constamment entre la stabilisation et la déstabilisation, entre la prévisibilité des phrases toutes faites et l’ingéniosité des jeux de mots.

Isabel González Rey est professeure des universités à l’Universidade de Santiago de Compostela (Espagne) où elle enseigne la langue française. Chef du laboratoire Phraseonet (www.phraseonet.com/es) et directrice de la revue Cadernos de Fraseoloxía Galega, elle est réputée pour ses nombreux travaux en phraséologie, notamment en phraséodidactique. Ses études lui ont valu plusieurs distinctions, dont le prix extraordinaire de doctorat pour cet essai sur la phraséologie du français.

Année : 2021
Réf. : LANG 26-3

La nouvelle phraséologie du français

Haut de page Haut de page

n° 10 - Bataille de France, 1940. Repenser les forces aériennes au combat

Les revues -> n° 10 - Bataille de France, 1940. Repenser les forces aériennes au combat

Nacelles n° 10 - Bataille de France, 1940. Repenser les forces aériennes au combat / Battle of France, 1940. Reappraising the Air Force in Combat

Année : 2021

n° 10 - Bataille de France, 1940. Repenser les forces aériennes au combat

Haut de page Haut de page

n° 116 - Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce / La fabrication de l’Antiquité par les Anciens

Les revues -> n° 116 - Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce / La fabrication de l’Antiquité par les Anciens

Dossier 1 : Le développement de l’archéologie contextuelle, la multiplication des données accessibles et les recherches sur l’histoire des collections sont le moteur d’une réévaluation des images produites en Grande Grèce, jusqu’alors souvent séparées de leurs supports et de leurs contextes par les études iconographiques. À travers l’analyse de cas variés, les huit autrices et auteurs de ce dossier montrent la diversité du matériel italiote et offrent un panorama des méthodes actuellement mises en place, démontrant leur important potentiel pour la connaissance des sociétés anciennes.

Dossier 2 : Le dossier « la fabrication de l’Antiquité par les Anciens » envisage les modalités de références au passé et d’utilisation de ce dernier au service de préoccupations présentes, à partir de la recomposition plus ou moins artificielle d’une Antiquité fantasmée, objet de vénération ou de dérision. Cette démarche est étudiée à travers une série de communications centrées sur des domaines divers (étiologie, étymologie, axiologie, objets et lieux de mémoire) et sur un large empan chronologique, de l’Antiquité classique à la Renaissance en passant par l’Antiquité tardive.

Fabien BIÈVRE-PERRIN est actuellement postdoctorant au centre Jean-Bérard (CNRS/École française de Rome) dans le cadre d’une bourse européenne Marie Curie (projet Feminicon, grant agreement no 891118).

Anne-Hélène KLINGER-DOLLÉ, maître de conférences de latin à l’université de Toulouse 2 – Jean Jaurès, est spécialiste de la littérature néolatine de la Renaissance et membre de PLH-ERASME.

François RIPOLL, professeur de latin à l’université de Toulouse 2 – Jean Jaurès, membre de PLH-CRATA, est spécialiste de littérature latine d’époque classique, et plus particulièrement de poésie épique.

Année : 2021
Réf : PAL 116

n° 116 - Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce / La fabrication de l'Antiquité par les Anciens

Haut de page Haut de page

Emmanuel Ntezimana (1947-1995)

Les collections -> Histoire -> Cahiers Afriques

Emmanuel Ntezimana (1947-1995), ancien professeur à l’Université nationale du Rwanda et doyen de la faculté des lettres, est sans doute le plus important historien rwandais du XXe siècle. Dans les années 1990, il fut aussi l’un des principaux acteurs des associations de défense des droits humains dans un pays en proie à la guerre et aux massacres.

En écho à ses recherches dans lesquelles il s’était efforcé de déconstruire et désacraliser le piège ethnique, ses prises de position citoyennes mettent en lumière l’existence d’une pensée attentive à défendre la paix et l’intégration de tous et toutes dans une nation qui aurait pu renoncer à la violence exercée contre une partie de sa population. Le génocide des Tutsi et les massacres d’opposants hutu en 1994 en décidèrent autrement.

Rassembler les principaux articles publiés au Rwanda par Emmanuel Ntezimana entre 1978 et 1993 est donc important, pour redécouvrir la richesse d’une démarche historienne et pénétrer, à travers lui, le milieu intellectuel rwandais d’avant 1994. On y suit le cheminement d’un universitaire usant de sources écrites comme de traditions orales, traitant aussi bien de l’histoire ancienne que de l’histoire coloniale, interrogeant les concepts et catégories identitaires, attentif à l’usage de termes vernaculaires quoique écrivant essentiellement en français. Figure incontournable pour qui s’intéresse au Rwanda, Emmanuel Ntezimana apparaît ainsi comme une figure originale d’intellectuel et historien africain entre les années 1970 et 1990.

Florent Piton est docteur en histoire de l’Afrique de l’université de Paris et membre du laboratoire CESSMA. Ses recherches portent sur l’histoire sociale et politique du Rwanda contemporain et sur le génocide des Tutsi.

Françoise Imbs est docteur en géographie de l’université Paris X Nanterre (1982). Ses travaux portent sur la géographie rurale du Burkina-Faso et du Rwanda.

Année : 2021
Réf. : CAF 32

Emmanuel Ntezimana (1947-1995)

Haut de page Haut de page

Anthologie de la littérature italienne - Tome 3 (3e édition)

Les collections -> Les Fondamentaux -> Amphi 7 • Langues • italien

3e édition revue et corrigée

Après deux volumes respectivement consacrés à la littérature italienne des origines au XVe siècle, puis du XVIe au XVIIIe siècle, cette anthologie se poursuit avec cette livraison portant sur les XIXe et XXe siècles.

Ce troisième tome illustre toute la variété et la richesse d’une littérature confrontée successivement aux luttes d’indépendance qui conduisent à l’unité de l’Italie, puis aux deux Guerres mondiales, et enfin aux enjeux de la reconstruction de l’après-guerre. Les écrivains italiens combattent, résistent ou se compromettent, mais tous témoignent de l’extraordinaire vitalité de l’écriture littéraire durant cette période. À l’image des volumes précédents, nous avons réuni ici les grands auteurs bien connus du public français (Manzoni, Leopardi, D’Annunzio, Pirandello, Ungaretti, Montale, Moravia, Svevo, Pasolini, Calvino, Sciascia…) et présenté des auteurs plus rares, parfois dits « mineurs », et néanmoins essentiels pour saisir l’évolution de cette histoire de la littérature.

Un quatrième et dernier volume de cette anthologie s’attachera à proposer un panorama de la littérature italienne la plus récente depuis les grandes figures qui ont marqué la fin du XXe siècle (songeons par exemple à Andrea Camilleri, Umberto Eco, Antonio Tabucchi ou Dario Fo et Franca Rame) jusqu’aux toutes dernières expériences de l’écriture du premier quart du XXIe siècle. Ainsi cet ouvrage, naturellement destiné aux étudiants italianistes français, s’adresse-t-il aussi à un public plus large de lecteurs curieux de mieux connaître le cheminement de la littérature italienne du XIXe siècle aux années 1980-1990.

Ont collaboré à cet ouvrage :

Jean-Luc Nardone, professeur des universités à l’université Toulouse – Jean Jaurès et coordinateur du volume ;

Muriel Gallot et Margherita Orsino, respectivement maître de conférences honoraire et professeure des universités à l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Année : 2021
Réf. : SED 52-2

Anthologie de la littérature italienne - Tome 3 (3e édition)

Haut de page Haut de page

أقدام بيضاء / Pieds-Blancs

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • arabe

C’est la rencontre dans un hangar du port de Tanger de deux personnages : Arab Lafrance, un Français d’origine marocaine, parti de Clichy-sous-Bois à Marseille après les émeutes de 2005 à la recherche de sa petite amie et qui se retrouve sans le vouloir sur le quai du port de Tanger ; Assas (gardien en arabe), un Marocain des environs de Ouarzazate, arrivé à Tanger dans le but d’émigrer clandestinement en Europe, et qui, après plusieurs tentatives infructueuses, est devenu gardien d’un hangar à camions. Désir et rêve d’émigrer de part et d’autre d’une Méditerranée devenue le cimetière de tant de rêves et de destins, c’est ce qui inscrit Pieds-Blancs au cœur d’une actualité brûlante et tragique.

Dramaturge marocain, Zoubeir Ben Bouchta est né en 1964 à Tanger, au Maroc. En avril 2005, il crée sa propre compagnie théâtrale, « Bab Bhar Ciné Masrah », qui a produit ses pièces les plus récentes. Depuis trois ans, il se consacre à créer, dans la kasbah de Tanger, un espace culturel et artistique unique au Maroc, dédié aux arts vivants, qui ouvrira ses portes courant 2021 : Riad Sultan.

Il écrit ses premières pièces en arabe littéral : La Valise et Le Givre en 1991 et La Pieuvre en 1993. Celles qui vont suivre seront écrites pour la plupart en arabe dialectal marocain, de La Cage en 1996 à la trilogie Hôtel Tanger, en 2010. Il a également écrit des dialogues de films : Une minute de soleil en moins, de Nabil Allouche, en 2001, et Dès l’aube de Jilali Ferhati en 2009. Publiée en 2007, Pieds-Blancs est mise en scène par Jilali Ferhati dans le cadre d’une coproduction entre l’Institut français du Nord et Bab Bhar Cinémasrah. Elle a été traduite en italien par Asma Ghérib.

Année : 2021
Réf. : NOUAB 02

أقدام بيضاء / Pieds-Blancs

Haut de page Haut de page

n° 83 - États d’ivresse

Les revues -> n° 83 - États d’ivresse

Objet avéré du dialogue des disciplines, le corps ivre fait partie à la fois des corps intéressant la plasticité de la représentation littéraire et des corps socialement problématiques. En effet, l’ivresse peut apparaître comme un moyen toléré de dépasser les bornes ou, à l’échelle individuelle, d’aménager les règles de la mémoire et de l’oubli de soi au profit de cette transgression. Le corps ivre met en jeu l’identité et ses modes de subjectivation, le rapport du corps et de l’esprit et celui du normal et du pathologique ; prompt au juron et au blasphème, lieu de la parole échappée, il interroge les normes tant laïques que religieuses du licite et de l’illicite, du tolérable et de l’obscène ou du « bas » ; et il est aussi un corps genré. De l’Antiquité aux Lumières, ce dossier de Littératures s’interroge sur les cadres et les codes de la « bonne » et de la « mauvaise » ivresse, au carrefour de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature et des arts.

Raphaël CAPPELLEN est maître de conférences en langue et littérature du XVIe siècle à l’université de Paris. Il travaille principalement sur l’œuvre de Rabelais (sources, interprétation, histoire de la réception, bibliographie des éditions anciennes).

Florence LOTTERIE est professeure de littérature française du XVIIIe siècle à l’université de Paris, spécialiste d’histoire des représentations littéraires, en particulier du tournant des Lumières (1760-1820), et des problématiques de genre. Ses travaux actuels portent sur les imaginaires de la Révolution française et les dimensions de la vie sexuelle dans la fiction du XVIIIe siècle.

Amandine MUSSOU est maîtresse de conférences en langue et littérature médiévales à l’université de Paris. Spécialiste de l’œuvre d’Évrart de Conty, elle a consacré sa thèse aux Eschés amoureux en vers et s’intéresse notamment à l’allégorie. Ses recherches portent par ailleurs sur les lectures contemporaines du Moyen Âge.

Année : 2020
Réf. : LIT 83

n° 83 - États d'ivresse

Haut de page Haut de page

The Art Ensemble of Chicago

Les collections -> Musique, musicologie & partitions -> JAZZ-U Prospectives

The Art Ensemble of Chicago est regardé depuis sa création en 1966 comme l’un des groupes les plus influents du jazz et de la musique expérimentale. Dans ce livre, Paul Steinbeck suit en détail sa trajectoire jusqu’à la fin des années 2010. Il analyse ses performances et explique comment les membres de l’Art Ensemble sont capables d’improviser ensemble dans de nombreux styles différents tout en s’appuyant sur un vaste répertoire de compositions notées.

La nouveauté de la théorie de l’improvisation qui anime le groupe ressort également des dimensions intermédiales de leurs performances, qui intègrent la musique à la poésie, au théâtre, aux costumes et au mouvement. Au-delà de l’activité proprement musicale du groupe, l’auteur éclaire enfin un modèle distinctif de relations sociales, de pratiques de coopération et d’autonomie personnelle que ses membres ont adapté de l’Association for the Advancement of Creative Musicians (AACM), collectif dont The Art Ensemble of Chicago est issu.

Paul Steinbeck est professeur associé de musique à la Washington University in St. Louis. Ses recherches portent sur l’improvisation, l’intermédiation et plus particulièrement sur l’Association for the Advancement of Creative Musicians (AACM). Diplômé de l’université de Columbia (PhD) et de l’université de Chicago (BA), il est également bassiste, compositeur et improvisateur.

Année : 2021
Réf. : JAZZ 16

The Art Ensemble of Chicago

Haut de page Haut de page

Amours et Sexualités

Les collections -> Psychologie - Psychanalyse -> Chemins cliniques

Ce recueil, construit comme un dialogue entre universitaires, psychologues et psychanalystes, cible la complexité des liens qui unissent, un peu, beaucoup, à la folie, passionnément, pas du tout, l’amour à la sexualité, décrivant et analysant la névralgie précisément de leur articulation. La partition du sexe et de l’amour est soumise à travers les chapitres à l’épreuve des contextes psychopathologiques actuels : interrogeant le féminin, la dépendance, la mort, la temporalité, la procréation et la création. Cet ouvrage sur amour et sexualité est aussi une déclaration amoureuse à la psychanalyse et la psychologie clinique, ces disciplines qui courageusement accueillent dans l’intimité de leurs séances la complexe singularité du sujet pour permettre ce qu’Élisabeth Roudinesco nomme une « révolution de l’intime ». Les auteurs rappellent les variations de l’amour et cherchent à les conjuguer à différents temps et modes : aimer, être aimé, s’aimer, sans oublier ses modalités d’expression sous transfert. Les situations cliniques originales qui y sont présentées partagent cette complexité de l’amour, décrivent ses dérives, ses ratages, et décortiquent ses liaisons et déliaisons avec la sexualité.

Anne-Valérie Mazoyer est maître de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès en psychopathologie clinique psychanalytique et psychologue clinicienne. Elle enseigne en psychologie projective et sur la notion de trauma, plus particulièrement sur les retentissements sur la psychosexualité féminine.

Élisa Venturini est docteur en psychologie clinique et psychopathologie psychanalytique. Elle est chargée d’enseignements à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Elle exerce en tant que psychologue clinicienne en libéral et a par ailleurs une activité de supervision auprès d’équipes de psychiatrie.

Année : 2021
Réf. : CHE 18

Amours et Sexualités

Haut de page Haut de page

n° 36 - Négocier l’accueil

Les revues -> n° 36 - Négocier l’accueil

Qui accueillons-nous dans nos sociétés ? À qui refusons-nous l’asile et le logement ? Ces dernières années, cette polémique a fait rage dans les médias et la sphère publique à l’occasion de la « crise des migrants » – en France, en Allemagne et dans de nombreux autres pays européens. Une lumière crue est jetée quotidiennement sur une réalité régulièrement oubliée : les individus ou les groupes dans le besoin ne trouvent pas ipso facto asile dans un territoire, même gouverné selon des principes dits « humanistes ». L’asile doit être négocié. L’asile est demandé, sollicité et argumenté. Les acteurs impliqués développent des stratégies spécifiques, ils négocient, ils concluent parfois des accords et ils doivent bien souvent plaider ou se battre pour obtenir une aide internationale. Ces logiques sont anciennes. Elles sont aussi labiles : il y a quelques décennies encore, c’étaient les réfugiés démunis que l’on répugnait à accueillir, au contraire de migrants porteurs d’un capital financier et social. Les contributions de ce dossier interrogent ainsi l’accueil de l’époque antique à l’actualité la plus brûlante.

Marianne AMAR est historienne, responsable du département de la recherche au Musée national de l’histoire de l’immigration. Chercheuse associée à l’Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220), elle est fellow de l’IC Migrations.

Susanne LACHENICHT est professeur en titre à l’université de Bayreuth (Allemagne). De 2002 à 2004, elle fut présidente de la European Early American Studies Association.

Isabelle LACOUE-LABARTHE est historienne à l’IEP de Toulouse, rattachée au LaSSP (EA 4175). Spécialiste de l’histoire des femmes et du genre, elle est codirectrice de la revue Diasporas.

Mathilde MONGE est historienne (Univ. Toulouse 2 / UMR CNRS 5136) et fellow de l’IC Migrations. Elle est l’auteur, avec Natalia Muchnik, de L’Europe des diasporas (XVIe-XVIIIe siècles) (PUF, 2019).

Annelise RODRIGO a écrit sa thèse de doctorat sur le refuge canadien pendant la Seconde Guerre mondiale (dir. Patrick Cabanel, EPHE, et Magda Fahrni, UQÀM). Elle est membre de l’Association française d’études canadiennes et participe au comité de rédaction de la revue Diasporas.

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2020
Réf. : DIA 36

n° 36 - Négocier l'accueil

Haut de page Haut de page

n° 29 - Sous les projecteurs / Humours et cinémas / Hommages

Les revues -> n° 29 - Sous les projecteurs / Humours et cinémas / Hommages

Comme chaque année depuis 1992, la revue Cinémas d’Amérique latine accompagne le festival. Elle rassemble des articles d’auteurs latino-américains – et cette année nombreux sont les contributeurs brésiliens – et de spécialistes français. La revue est trilingue.

Le numéro 29 apporte des éclairages sur des films de genre rattachés à la veine humoristique tournés au cours de l’Histoire du cinéma sur l’ensemble du continent latino-américain, des entretiens avec l’acteur chilien Alfredo Castro, avec la cinéaste colombienne Laura Huertas Millán, aussi artiste-plasticienne, le portrait du grand acteur brésilien Antonio Pitanga et des hommages qui mettent à l’honneur trois cinéastes majeurs : le Cubain Enrique Colina, le Mexicain Paul Leduc et l’Argentin Fernando Solanas, tous trois disparus au cours de l’année écoulée. Par ailleurs, ce numéro propose une recension de livres récents parus en Amérique latine ou en France sur le sujet. La tonalité de la revue est à l’image de sa diversité : factuelle, émotionnelle, toujours précise et bien informée.

Jacques DANTON est membre du CA et du comité de rédaction de l’ARCALT.

Lorena Magee fait partie du comité de rédaction de Cinémas d’Amérique latine.

Année : 2021
Réf. : CINE 29

n° 29 - Sous les projecteurs / Humours et cinémas / Hommages

Haut de page Haut de page

Distorsions cognitives : formes, récits, imaginaires

Les collections -> Les Fondamentaux -> Amphi 7 • Langues • anglais

Ambiguïtés, ratés, dédoublements du sens, défauts de nomination, non-coïncidences entre interlocuteurs : autant de manifestations d’un jeu permanent dans la langue et dans le discours qui conditionnent la parole et sa réception et, plus généralement, tout le faisceau de relations intersubjectives qui orchestrent la communication. Au sein des variations sur le dire et le dit, les procédés d’ajustement ou de réajustement deviennent alors les maîtres de ce jeu qui interroge en premier lieu la nature même de l’énonciation, des opérations de sélection et de filtrage dont elle procède pour engendrer des interactions verbales au cours desquelles ces mêmes opérations se trouvent démultipliées. À quelles béances, quelles errances sommes-nous confrontés dans ce domaine, et quels sont les moyens mis en œuvre pour rectifier ce qui peut ou doit l’être ? Cet ouvrage collectif se propose d’interroger ces divers phénomènes à la lumière de genres discursifs aussi variés que le discours politique, les séries télévisées, le théâtre, la fiction romanesque, l’autobiographie, le discours prophétique, les unités phraséologiques (proverbes et idiomatismes).

Blandine Pennec est professeur en linguistique anglaise à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire Cultures anglo-saxonnes (CAS). Ses travaux de recherche s’inscrivent essentiellement dans le champ de la linguistique énonciative et de la pragmatique.

Nathalie Vincent-Arnaud est professeur à l’université Toulouse - Jean Jaurès (département des études du monde anglophone) et membre du laboratoire Cultures anglo-saxonnes (CAS). Ses domaines d’enseignement et de recherche sont la stylistique des textes contemporains, la traduction ainsi que les relations entre musique, danse et littérature.

Année : 2021
Réf. : SED 89

Distorsions cognitives : formes, récits, imaginaires

Haut de page Haut de page

n° 115 - Percussions antiques. Organologie – Perceptions - Polyvalence / L’affichage de la parenté dans le monde antique

Les revues -> n° 115 - Percussions antiques. Organologie – Perceptions - Polyvalence / L’affichage de la parenté dans le monde antique

Dossier 1 : Il s’intéresse aux percussions antiques, c’est-à-dire aux instruments de musique et plus largement aux objets sonores selon différents angles d’approche : l’analyse des mécanismes sonores de ces artefacts (archéologie, organologie) ; l’analyse de leurs représentations (iconographie, littérature) ; l’analyse de leurs usages et valeurs symboliques (rhétorique, narration, discours identitaires). Les 9 contributions abordent différentes aires culturelles et historiques : Mésopotamie, Égypte, Grèce, Rome, Mésoamérique.

Dossier 2 : Les articles de ce dossier se donnent pour ambition d’appréhender les modes de construction du familial, du parental, tels qu’ils apparaissent dans les traces consciemment laissées par les protagonistes, se proposant de rendre compte des processus d’identification et d’affiliation, ainsi que des problèmes méthodologiques auxquels nous confrontent les sources anciennes. Sont notamment abordés les modes de nomination, les stratégies familiales, ainsi que la valeur sociale de la parenté.

Arnaud SAURA-ZIEGELMEYER est spécialiste des instruments à percussions dans l’Antiquité. Auteur d’une dizaine d’articles portant sur ces objets sonores mais aussi sur la réception de la musique antique aux XXe et XXIe siècles, il a soutenu une thèse en 2017 à l’université Toulouse - Jean-Jaurès sur le sistre isiaque (en cours de publication).

Maîtresse de conférences en histoire grecque à l’université Rennes 2, Karine KARILA-COHEN est spécialiste d’une histoire sociale d’Athènes hellénistique nourrie par des enquêtes prosopographiques. Elle aborde la difficulté à constituer des généalogies permettant de mesurer le poids de la parenté dans les constructions sociales par des outils quantitatifs et numériques présentés dans plusieurs articles.

Maître de conférences en histoire ancienne à l’université de Nantes, Jérôme WILGAUX consacre ses recherches à l’étude de la société et de la culture grecques antiques, ses publications portant notamment sur les questions de parenté ainsi que les représentations du corps.

Année : 2021
Réf : PAL 115

n° 115 - Percussions antiques. Organologie – Perceptions - Polyvalence / L'affichage de la parenté dans le monde antique

Haut de page Haut de page

n° 10 - L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ?

Les revues -> n° 10 - L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ?

P@lethnologie n° 10 - L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ?

Année : 2019

Haut de page Haut de page

n° 29 - L’argumentation : approches linguistiques et pluridisciplinaires

Les revues -> n° 29 - L’argumentation : approches linguistiques et pluridisciplinaires

Anglophonia n° 29 - L’argumentation : approches linguistiques et pluridisciplinaires

Année : 2020

n° 29 - L'argumentation : approches linguistiques et pluridisciplinaires

Haut de page Haut de page

Les marchés de la santé

Les collections -> Sciences Sociales -> Santé Société

La santé est un bien trop précieux pour être confié au marché. Ce jugement, auquel souscrit la majorité des Européens, ne doit pas occulter la réalité : médicaments, lunettes, transport sanitaire, assurance maladie complémentaire, mais aussi alimentation ou produits sanguins… le marché est partout, même si ses modalités sont souvent très éloignées de l’échange économique « standard ». Promesse ou menace, certains y voient même l’avenir de l’État social. Loin d’être une nouveauté, l’existence de marchés sanitaires est pourtant une réalité ancienne : depuis deux siècles au moins, le marché et la santé ont connu un développement parallèle, se contredisant quelquefois, se renforçant souvent, grâce en particulier – par un paradoxe qui n’est qu’apparent – aux lois sociales cherchant à rendre solvable une demande de santé nouvelle ou ancienne. Ils constituent ainsi deux faces majeures de notre modernité.

Ce livre réunit douze études de cas sur les liens entre santé et marché depuis la fin du XIXe siècle en France et en Europe. Éloigné de toute approche polémique ou partisane, mais aussi de théorisations scientifiques parfois trop distantes de la réalité, il offre une perspective historique, concrète et rigoureuse, sur une question au cœur d’enjeux politiques et sociaux majeurs.

Bruno VALAT est agrégé d’histoire, maître de conférences à l’Institut national universitaire Champollion (université fédérale de Toulouse) à Albi. Spécialiste des politiques sociales, il a notamment publié Histoire de la Sécurité sociale (1945-1967) ; L’État, l’Institution et la Santé (Economica, 2001). Il est secrétaire de rédaction de la Revue d’histoire de la protection sociale.

Année : 2021
Réf. : SANTE 04

Les marchés de la santé

Haut de page Haut de page

La donna più grassa del mondo / La Femme la plus grosse du monde

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • italien

Une grosse fissure menace la sécurité de l’immeuble où vivent les protagonistes de cette histoire. Un seul semble s’en rendre compte : c’est « L’Homme de l’étage au-dessous », qui depuis des mois tente en vain de convaincre ses voisins d’entamer des travaux de rénovation. Mais la fissure se situe exactement sous le sofa où vit « La Femme la plus grosse du monde », qui pèse 460 kg et ne peut plus bouger. La seule solution serait de la faire maigrir, mais le bonheur que la nourriture lui procure est trop grand pour que la femme et son mari puissent y renoncer. Un final surprenant ouvre cette situation comique à des horizons plus universels, en plaçant la dystopie face à la réalité. Dans une époque où notre société semble avoir atteint son plus haut degré de richesse et de satisfaction, cette pièce – grotesque et paradoxale – nous pousse à imaginer une alternative à notre mode de vie, où le bonheur ne soit pas synonyme d’autodestruction.

Emanuele Aldrovandi (Reggio Emilia, 1985) est auteur, scénariste, traducteur, réalisateur. Il a écrit de nombreux textes de théâtre qui ont gagné des prestigieux prix italiens. Il est le fondateur et le directeur artistique de l’Associazione Teatrale Autori Vivi. Il a travaillé avec les plus importants théâtres italiens et participé à des projets internationaux, à l’opéra de Pékin, au LAC de Lugano, au Tank Theater New York. Il a été sélectionné par le programme Fabulamundi Playwriting Europe et ses textes ont été traduits, mis en scène et publiés en anglais, allemand, français, espagnol, polonais, slovène, tchèque, roumain, catalan et arabe. Pour le cinéma, il a écrit et réalisé trois courts-métrages, présentés à des festivals nationaux et internationaux, et il a reçu, entre autre, l’Unicef Award 2020. En France, il est publié aux PUM dans la collection « Nouvelles Scènes – italien » (Alarmes !) et il est également traduit par la Maison Antoine-Vitez (Excusez-nous si nous ne sommes pas morts en mer).

Année : 2021
Réf. : NOUI 19

L’interview avec Emanuele Aldrovandi le 26 mai 2021

La donna più grassa del mondo / La Femme la plus grosse du monde

Haut de page Haut de page

Une Afrique des convoitises foncières. Regards croisés depuis le Mali

Les collections -> Histoire -> Cahiers Afriques

Fait social total, nœud gordien de nombreux projets de développement, la question foncière nourrit depuis 50 ans un dense champ d’étude sur le continent africain. L’ouvrage en rappelle les légitimités foisonnantes sur fond de pluralisme juridique, d’enjeux multiples pour sécuriser les droits et les transactions.

La pression foncière est partout ressentie, du fait d’un accroissement démographique et d’un étalement urbain spectaculaires. Paysans dépossédés, dépositaires coutumiers, bénéficiaires de droits de passage, agents des administrations domaniales, citadins en quête de logement, investisseurs immobiliers… toutes les composantes des sociétés se montrent préoccupées par le contrôle de la rente foncière, l’encombrement judiciaire que provoquent des conflits en nombre ou la délivrance spéculative de titres depuis les villes. Ces convoitises déplacent les lignes du pouvoir local et de l’exclusion économique, rappelant d’autres processus d’accaparement foncier dans le monde. Il s’agit d’en décrire les acteurs et concurrences, d’écouter l’écho politique de ces logiques endogènes, sans s’arrêter aux transactions menées à grande échelle par des capitaux internationaux.

Monique Bertrand est géographe et directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, membre du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques à l’université de Paris. Elle a publié plusieurs livres consacrés aux défis urbains et fonciers de l’Afrique subsaharienne et coordonné le projet « Mobilités ouest africaines » financé par l’Agence nationale de la recherche. Ses derniers travaux s’attachent aux transformations de la capitale du Mali, Bamako.

Année : 2021
Réf. : CAF 31

Une Afrique des convoitises foncières. Regards croisés depuis le Mali

Haut de page Haut de page

n° 63 - Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF

Les revues -> n° 63 - Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF

Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF

Alors que beaucoup appellent désormais non à prévenir une lointaine apocalypse, mais à freiner un effondrement en cours (climatique, énergétique, etc.), ce recueil applique la réflexion technique et anthropologique des collapsologues aux fictions de l’imaginaire. Fort de ce cadrage plus politique qu’eschatologique, il étudie des œuvres récentes influencées par le contexte de l’effondrement, et relit des œuvres anciennes à la lumière de cette nouvelle perspective. Les articles portent sur des œuvres littéraires, des séries télévisées, ou encore des jeux de société. Textes québécois, philippin et irlandais s’ajoutent au corpus étasunien et britannique. L’apocalypse scientifique de la fiction de la Guerre froide est confrontée aux classiques de la fantasy, et la désintégration sociopolitique aux impacts des pandémies et du changement climatique.

Dynamics of Collapse in Fantasy, the Fantastic and SF

While many now call out not to prevent a distant apocalypse, but to slow down an ongoing collapse (of climate, energy resources, etc.), this collection applies the technical and anthropological thinking of theoreticians of systemic collapse to fantastic fiction. Relying on this political rather than eschatological perspective, it explores recent productions influenced by the context of collapse, and reconsiders old works in the light of this new frame of reference. The articles examine literary works, television series, or even board games. Quebec, Filipino and Irish texts supplement the American and British corpus. The scientific apocalypse of Cold War fiction is set against the classics of high fantasy, and socio-political disintegration against the impacts of pandemics and climate change.

Année : 2020
Réf. : CAL 63

n° 63 - Dynamiques de l'effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF

Haut de page Haut de page

L’Ordinaire des mobilités douces

Les collections -> Sciences Sociales -> Socio-logiques

Les politiques d’aménagement urbain ont longtemps consisté à développer des infrastructures censées canaliser et absorber au mieux un trafic motorisé toujours plus dense. Si le « tout automobile » tend à régresser, les aménageurs continuent à penser la mobilité en termes de grands travaux, de macrostructures, de réseaux… Le présent ouvrage entend montrer que la transition vers une mobilité plus douce pourrait aussi passer par la mue plus discrète, mais tout aussi décisive, de la logistique ordinaire des piétons et cyclistes – par un réaménagement à hauteur d’homme des équipements urbains et personnels.

Pour soutenir cette thèse, les auteurs s’appuient sur trois enquêtes. Les deux premières s’intéressent à plus d’un siècle de logistique dans le centre-ville de Toulouse. Elles reposent sur une approche méthodologique originale – des observations quantitatives réalisées à partir d’archives photographiques et d’enregistrements vidéo. Une troisième enquête, plus exploratoire, propose un détour par le design pour imaginer des solutions logistiques inédites susceptibles d’accompagner le développement d’une mobilité durable.

Cet ouvrage pourra nourrir la réflexion et l’action des responsables politiques, géographes, urbanistes, sociologues et anthropologues qui croient en l’avènement d’une ville plus durable. Il invite à oublier le pire des récents confinements – le repli de la vie sociale – et à en garder le meilleur : une ville à proximité de chez soi, et (presque) sans voitures.

Cédric CALVIGNAC est sociologue, maître de conférences à l’Institut national universitaire Jean-François-Champollion d’Albi et membre du CERTOP.

Roland CANU est maître de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du CERTOP.

Franck COCHOY est professeur de sociologie à l’université Toulouse - Jean Jaurès, chercheur au LISST et membre sénior de l’Institut universitaire de France.

Année : 2021
Réf. : SOC 43

L'Ordinaire des mobilités douces

Haut de page Haut de page

n° 115 - L’Amérique latine face à la transition énergétique

Les revues -> n° 115 - L’Amérique latine face à la transition énergétique

L’Amérique latine abrite environ un quart des réserves prouvées mondiales d’hydrocarbures et est le premier exportateur net de denrées alimentaires de base. Or, ces deux secteurs contribuent et sont concernés par le changement climatique et par une nécessaire transition technologique menant à des modèles économiques et énergétiques moins dépendants des combustibles fossiles. La transition énergétique en Amérique latine, soit la capacité des pays et des secteurs productifs à y faire face, est donc au coeur de toute réflexion sur son devenir. Mais de multiples contradictions s’imposent avec, d’une part, la demande d’amélioration des conditions de vie et de développement économique et la dépendance encore forte aux hydrocarbures, et de l’autre, le besoin de réduire les inégalités et de protéger l’environnement. Ce dossier thématique réunit des travaux récents sur l’évolution des secteurs énergétique (hydrocarbures) et agricole en Amérique latine, en regard de la transition énergétique et des objectifs de la COP21. Les trajectoires de pays fortement dépendants de ces deux secteurs (Argentine, Brésil, Mexique, Venezuela), et où les questions de transition sont sensibles, y sont étudiées.

Luis OROZCO est maître de conférences en sciences économiques à l’université Toulouse - Jean Jaurès et directeur adjoint du LEREPS (EA 4212). Il développe des travaux sur l’adoption et la diffusion des innovations et des nouvelles technologies. Plus particulièrement, il travaille actuellement sur le changement technologique face à la transition énergétique, sur l’adoption et usages de nouvelles technologies dans les pays du Sud et sur les stratégies individuelles et collectives de développement en zones rurales.

Année : 2020
Réf. : CAR 115

n° 115 - L'Amérique latine face à la transition énergétique

Haut de page Haut de page

n° 9 - Giulio Douhet, l’air power et la pensée militaire occidentale

Les revues -> n° 9 - Giulio Douhet, l’air power et la pensée militaire occidentale

Nacelles n° 9 - Giulio Douhet, l’air power et la pensée militaire occidentale | Giulio Douhet, Air Power and Western Military Thought

Année : 2020

n° 9 - Giulio Douhet, l'air power et la pensée militaire occidentale

Haut de page Haut de page

Jazz Talk

Les collections -> Les Fondamentaux -> Amphi 7 • Musique

Qu’est-ce que la soulfulness ? Pourquoi motherfucker est-il un compliment ? Êtes-vous hip ou hot, churchy ou corny ? Quel rapport entre le blues, la graisse de poulet et le swing ? Mangez-vous du gumbo ou du cornbread ? Qui sont les Ethiopians et Jim Crow ? Smoking ou burning, pourquoi le jazz est-il incendiaire ?
Et pourquoi, malgré la diffusion du jazz dans le monde entier, ces mots restent-ils des intraduisibles ? C’est que derrière les mots existe un univers de connotations et d’usages qui sont le fond culturel du jazz. Son vocabulaire révèle ainsi des strates de mémoire fondamentales et pourtant souvent inaperçues.
Cet ouvrage propose des clés pour comprendre les spécificités culturelles du jazz et de la musique afro-américaine grâce à une analyse linguistique soucieuse des contenus culturels et solidaire d’un horizon esthétique et historique. Sous la forme de regroupements thématiques abordant le rythme et le corps, la soulfood, la ségrégation, l’expressivité vocale, le blues et la ferveur religieuse, cet ouvrage tente une synthèse unique entre recherche sociolinguistique et critique musicale, lexicologie et analyse culturelle. L’étude sémantique et stylistique de chaque terme entre ainsi en interaction avec l’histoire et l’esthétique du jazz, apportant au passage une lumière nouvelle sur l’étymologie et la diffusion du mot jazz.

Jean Szlamowicz est professeur des universités. Linguiste, traducteur, critique (pour Jazz Hot, puis Down Beat) et producteur (www.spiritofjazz.fr), il est membre de l’Académie du jazz. Spécialiste de l’anglais oral, d’analyse du discours, d’antisémitisme, de traductologie, il est notamment l’auteur de Le sexe et la langue (2018, Intervalles).

Chronique prochainement sur Magazine Jazz Hot

Interview de l’auteur Jean Szlamowicz le 11 février 2021 dans la matinale de TSF Jazz

Compte-rendu de l’ouvrage sur le média Couleurs Jazz par le critique Alain Thomas

Année : 2021
Réf. : SED 87

Jazz Talk

Haut de page Haut de page

Art et économie : une histoire partagée

Les collections -> Arts -> Tempus Artis

À partir de plusieurs cas de figure, par une approche pluridisciplinaire qui se déploie de l’Antiquité à l’époque contemporaine, cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur l’interaction entre processus économiques et dynamiques de la création artistique. Que ce soit dans la cité antique ou dans les cours royales de France, sur les chantiers des églises romanes ou dans les villes italiennes à la Renaissance et à l’époque moderne, dans les boutiques des marchands d’art à Londres et à Paris ou dans les collections et dans les agences photographiques américaines, partout les éléments d’un langage commun se dégagent, pour façonner une histoire réellement partagée. L’attribution des prix et de la valeur, la formation aux métiers de l’art, la fonction des ventes aux enchères, la gestion des legs des peintres, l’administration des théâtres privés et les stratégies pionnières de la publicité d’entreprise, les entreprises d’artistes, le goût bourgeois pour les décors exotiques : autant de thèmes et d’espaces où les arts et l’économie se rencontrent, donnant lieu à des convergences insoupçonnées que ce volume invite à découvrir.

Année : 2021
Réf. : TEMPART 09

Art et économie : une histoire partagée

Haut de page Haut de page

n° 103 - La Mesnardière, un lettré de cour au XVIIe siècle

Les revues -> n° 103 - La Mesnardière, un lettré de cour au XVIIe siècle

Hippolyte‑Jules Pilet de La Mesnardière (1616-1663) fut médecin, dramaturge, poète, traducteur, théoricien de la littérature. Il succéda à Tristan L’Hermite à l’Académie française en 1655. Il est connu aujourd’hui pour deux livres : un texte sur la maladie de la mélancolie, publié lors de l’affaire des possédées de Loudun (1635), et une poétique de la tragédie (1639), qui constitue une étape majeure de la construction de la doctrine littéraire classique. Mais aucune étude d’ensemble n’a été consacrée à cet auteur ; bien plus, une large partie de ses écrits reste à redécouvrir.

La présente publication réunit des études sur l’ensemble de l’œuvre, certaines portant sur des aspects jusqu’ici complètement ignorés (poésie religieuse, poésie scientifique, traductions de Pline, relations de bataille et théorie de l’historiographie, etc.). Elle montre aussi ce qui en fait l’unité : fidèle au projet de Richelieu de fonder une littérature nationale à la fois moderne et héritière de l’Antiquité, La Mesnardière ne visait rien moins qu’à devenir le « législateur du Parnasse ». Ce numéro fera donc date dans le champ des études sur la littérature du XVIIe siècle français.

Carine BARBAFIÉRI est professeur à l’université de Valenciennes.

Jean-Marc CIVARDI est maître de conférences à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines / Université Paris-Saclay.

Jean-Yves VIALLETON est maître de conférences à l’université Grenoble-Alpes. Tous trois sont spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle, en particulier du théâtre.

Année : 2020
Réf. : LC 103

n° 103 - La Mesnardière, un lettré de cour au XVIIe siècle

Haut de page Haut de page

n° 16 - Hygiène du cadavre

Les revues -> n° 16 - Hygiène du cadavre

Ce numéro se propose d’aborder la variété des rapports que les médecins peuvent entretenir avec la mort, non d’un point de vue théorique, mais du point de vue de la gestion matérielle des corps morts et de l’expertise médicale dans ce domaine.

Le XIXe siècle, qui voit les sensibilités funéraires se modifier et les médecins consolider leur statut social, a été particulièrement scruté : les études présentées envisagent la question, en Europe, de la gestion des cadavres du point de vue de la santé publique (la définition médicale des critères de la mort), de la police sanitaire et de l’hygiène (les dangers des cimetières dans l’espace public, les bienfaits de l’incinération), des rites funéraires émergents (l’embaumement ou la crémation). Par ailleurs, en amont, le dossier présente une source associant médecine et cadavre dans le cadre de la montée en puissance de la dissection au XVIe siècle, et, en aval, une évocation des conséquences très actuelles du rôle croissant de la médecine légale dans la gestion funéraire des morts de masse, politiques ou génocidaires.

Anne CAROL est professeur d’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université et membre de l’UMR 7303 Telemme CNRS-AMU (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Ses thèmes de recherche sont : l’histoire de la pensée et de la pratique médicale à l’époque moderne et contemporaine, l’histoire du corps vivant et mort à l’époque contemporaine, l’histoire de la peine capitale. Elle a notamment publié : Les médecins et la mort (Aubier, 2004), L’embaumement, une passion romantique (Champ Vallon, 2015), Au pied de l’échafaud (Belin, 2017).

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2019
Réf. : HMS 16

n° 16 - Hygiène du cadavre

Haut de page Haut de page

n° 82 - Vivre avec le deuil de la Résistance

Les revues -> n° 82 - Vivre avec le deuil de la Résistance

À l’heure où la mémoire de la Résistance s’estompe avec les derniers témoins, il est urgent de questionner nos représentations de cette période, qui se sont pour la plupart mises en place dans un après-guerre dont nous gardons une image tronquée. Ce volume, rassemblant historiens et spécialistes de littérature, propose de les réexaminer à la lumière de ce que l’on peut appeler le deuil de la Résistance et des idéaux qu’elle a incarnés, face à un après-guerre qui n’a pas ressemblé à ce dont avaient rêvé les résistants. Loin des commémorations officielles, des œuvres, la plupart oubliées des histoires littéraires, ont porté ce deuil sous des formes originales, inattendues – où notre sensibilité d’aujourd’hui se reconnaît.

L’historienne Anne Simonin propose une étude inédite des refusés des Éditions de Minuit sous l’Occupation (François Vernet, Louis Parrot, Lucien Chauvet, Andrée Sikorska…), montrant l’émergence d’une image de la Résistance liée à la notion de dignité. Après la Libération, la difficulté de publier des romans discordants, comme celui de Ludovic Massé, Le Refus, montre à quel point il est compliqué de remettre en cause cette représentation. Pourtant, même l’œuvre de Vercors évolue sur ce point, après-guerre. Jean-Yves Laurichesse montre le poids inattendu de cette mémoire dans les premiers romans de Claude Simon, comme en témoignent également la résurgence compliquée de l’expérience du maquis chez Louis-René des Forêts, ou sa place dans les recueils de Pierre Emmanuel et André Frénaud. Les littératures de genre, roman policier et science-fiction, alors en pleine expansion, participent de ce mouvement qui traverse toute la littérature de l’époque, entre contre-discours et réécriture symbolique.

Julien ROUMETTE enseigne à l’université de Toulouse - Jean Jaurès. Il dirige les séries « Romain Gary » et « Georges Perec » de La Revue des lettres modernes. Il a publié Romain Gary ou le deuil de la France Libre (2018), a dirigé Les irréguliers, un autre après-guerre : Gary, Guilloux, Malaquais… (2014), Romain Gary, l’ombre de l’histoire (2007), Récits d’Ellis Island de Georges Perec et Robert Bober au miroir contemporain (2019), co-dirigé le numéro d’ Europe consacré à Romain Gary (2014) ainsi que Jean Malaquais entre deux mondes (2017).

Année : 2020
Réf. : LIT 82

n° 82 - Vivre avec le deuil de la Résistance

Haut de page Haut de page

n° 79 - Manger au Maghreb - partie IV

Les revues -> n° 79 - Manger au Maghreb - partie IV

En Méditerranée, les fruits et légumes constituent un patrimoine alimentaire qui a une longue histoire. Son éventail de végétaux peut apparaître aujourd’hui comme l’un des plus riches et des plus diversifiés au monde. C’est qu’il est aussi le produit d’une longue histoire d’échanges. Une histoire que l’on ne peut appréhender que si l’on prend en compte, non seulement le rôle de la diversité des conditions naturelles dans cette partie de l’ancien monde, mais aussi celui de l’action des hommes, tant dans la constitution de cet éventail, par la culture, que dans sa propagation géographique.
Cette publication s’inscrit dans le cadre de travaux de chercheurs maghrébins et européens consacrés à l’étude et à l’histoire des pratiques alimentaires au Maghreb et en Méditerranée, entamés par la revue Horizons Maghrébins depuis 2006, à travers quatre livraisons thématiques qui ambitionnent de combler un vide en la matière et d’enrichir significativement le domaine traité.

Ont participé à ce numéro :
Louis Albertini, Jamal Bellakhdar, Anouar Benmsila, Marie Caquel, Bernard Cesari, Brigitte Chapou, Dominique Charriez, Driss Chraïbi, Antonio José Marques da Silva, Aude Frère, Hasnaâ Harrak, Lucette Heller-Goldenberg, Abdelilah Meddich, Sonia Mlayah Hamzaoui, Marie-Josèphe Moncorgé, Mohamed Oubahli, Houria Abdennebi-Oularbi, Antoine Pietrobelli, Jérôme Pinel, Marie-Pierre Ruas, Mohammed Habib Samrakandi.

Cahier couleur :
Thierry Genay, « Matières tranquilles ». Les compositions photographiques de Thierry Genay s’inscrivent dans l’histoire sans cesse renouvelée de la nature morte. Gérard Tiné jette un regard lumineux sur l’œuvre artistique de notre invité.
Y figurent aussi les photographies de Dominique Clévenot et Moulay Abdeslam Samrakandi.

Année : 2018
Réf. : MAG 79

n° 79 - Manger au Maghreb - partie IV

Haut de page Haut de page

L’enseignement de l’oral en contexte francophone : pratiques et outils de formation

Les collections -> Sciences de l’Éducation -> Questions d’éducation

Il y a depuis une quinzaine d’années dans de nombreux pays francophones une volonté de développer la pratique de l’oral et son enseignement explicite. Cependant, malgré de nombreuses propositions didactiques et injonctions institutionnelles, un constat s’impose : l’enseignement de l’oral peine encore à s’implanter durablement dans les classes.

Cet ouvrage est issu des XVes Rencontres du réseau international de recherche en éducation et en formation (REF) réunissant un groupe d’une vingtaine de chercheurs francophones – Belges, Canadiens, Français, Suisses – spécialistes de l’enseignement et de l’apprentissage de l’oral en français. Cette dimension internationale permet une mise en perspective des modalités de l’enseignement de l’oral, des pratiques de classe et de la formation des enseignants dans ce domaine à différents niveaux scolaires et dans différents contextes d’apprentissage.

En effet, deux questions sont au cœur des préoccupations des auteurs : quelles sont les pratiques d’enseignement de l’oral ? et quels sont les outils de formation pour l’enseigner ? Les réponses qu’ils proposent portent sur l’élucidation du statut du « continent » oral dans la classe, sur les choix de simplifications (élémentarisations) inhérents à toute transposition didactique, et sur le développement de l’expertise professionnelle des enseignants pour créer et gérer des dispositifs d’apprentissage.

En délimitant ainsi le domaine de l’enseignement de l’oral que vise la discipline « français », il est possible de développer des pratiques reproductibles et généralisables, dans la lignée de celles proposées dans le présent ouvrage, et de contribuer ainsi à la transformation des représentations et des pratiques, en interaction étroite avec la profession des enseignants.

Pascal Dupont est maître de conférences HDR à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Spécialiste en didactique du français, il est enseignant-chercheur à l’INSPE de Toulouse Occitanie-Pyrénées, directeur de la mention de masters « Pratiques et ingénierie de formation », et membre du laboratoire « Éducation, Formation, Travail, Savoirs » (EFTS, MA 122). Ses recherches portent notamment sur la littératie et les genres oraux disciplinaires, ainsi que sur les différents processus d’enseignement et d’apprentissage : médiations langagières, délégation d’outils.

Année : 2021
Réf : QUE 14

L'enseignement de l'oral en contexte francophone : pratiques et outils de formation

Haut de page Haut de page

n° 13 - Ingénieurs et Entreprises (XIXe-XXIe siècle)

Les revues -> n° 13 - Ingénieurs et Entreprises (XIXe-XXIe siècle)

Concours CAPES/agrégation

La question des relations entre ingénieurs et entreprises est au cœur des préoccupations des écoles qui les forment, des entreprises qui en emploient et des réseaux qui les fédèrent. Le sujet est propre à dessiner le portrait changeant, au gré des contextes et des situations historiques, des figures de l’ingénieur. Il offre aussi l’opportunité d’approcher l’entreprise dans ses fonctionnements les plus intimes, en suivant en cela une perspective originale : s’interroger sur ce qu’est un ingénieur (sous-entendu notamment : que fait-il ? à quoi sert-il ?) revient peu ou prou à s’interroger sur ce qui fait une entreprise.

Florent Le Bot est enseignant-chercheur à l’université d’Évry Paris-Saclay (IDHES). Ses recherches portent sur l’histoire industrielle de l’Europe de l’Ouest à l’époque contemporaine. Il a notamment publié Histoire économique de Vichy (avec F. Grenard et C. Perrin), Perrin, 2017 ; et Les chemins de l’industrialisation en France et en Espagne (XVIIIe-XXIe siècle), en codir. avec C. Perrin (Peter Lang, 2011).

Alain P. Michel, professeur à l’université d’Évry Paris-Saclay et directeur de l’IDHES Évry (UMR CNRS 8533), est spécialiste d’histoire industrielle et d’histoire des techniques. Il mobilise les images comme sources pour ses travaux (Travail à la chaîne. Renault, 1898-1947, éd. ETAI, 2007) et prépare la publication de son mémoire inédit d’HDR, Le cas Pierre Bézier. Biographie industrielle d’un ingénieur innovateur (1933-1975), Garnier-Flammarion.

Année : 2020
Réf. : ARTEF 13

n° 13 - Ingénieurs et Entreprises (XIXe-XXIe siècle)

Haut de page Haut de page

Monsieur Goya. Una indagación / Monsieur Goya. Une exploration

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • espagnol

1824, Goya quitte Madrid, accompagné de sa deuxième famille : Leocadia Zorrilla et ses deux enfants, Rosario et Guillermo Weiss. Il s’installe à Bordeaux, auprès de son ami, l’auteur espagnol Leandro Fernández de Moratín.
C’est cet exil bordelais qu’explore un auteur caché dans l’ombre du théâtre. Entre brumes, jeux d’ombres et fantasmagories, il esquisse une œuvre mêlant les événements historiques – la guerre franco-espagnole, le Triennat libéral, la lutte entre libéraux et absolutistes… – et la peinture du grand maître.
Ce faisant, c’est aussi la création et ses incertitudes qui sont explorées, en même temps que sont questionnées l’histoire et ses représentations, sous une plume toujours aussi novatrice et éclairante, à l’esthétique résolument contemporaine.

José Sanchis Sinisterra (1940, Valence) est auteur, metteur en scène et professeur de théâtre internationalement reconnu. Il a notamment reçu en janvier 2020 l’honoris causa de l’université Toulouse - Jean Jaurès. Son engagement social et son esthétique, toujours innovante, lui ont valu, en 2018, le prix théâtral le plus prestigieux en Espagne, Premio Max de las Artes Escénicas. En 60 ans d’activité incessante et toujours militante, il a représenté plus de 40 œuvres, créé trois espaces dédiés à la création artistique, reçu plus de 15 prix (dont le Prix national du théâtre du Ministerio de Cultura)… Sa pensée a nourri – et nourrit encore – une large communauté d’artistes et de chercheurs. Parmi ses œuvres les plus connues, citons ¡Ay, Carmela ! (1986), adaptée au cinéma par Carlos Saura, Ñaque o de piojos y actores (1989), El lector por horas (1999) ou Sangre lunar (2001).

Année : 2020
Réf. : NOUV 23

Critiques Babelio :

- 06/02/2021
- 28/01/2021
- 28/01/2021

Monsieur Goya. Una indagación / Monsieur Goya. Une exploration

Haut de page Haut de page

n° 49 - Varia

Les revues -> n° 49 - Varia

Depuis la relance de la revue en 1998 sous son nouveau nom de Sud-Ouest Européen, on ne trouve guère de numéros varia. Trois seulement : le n° 9 en 2000, le n° 20 en 2005 et le dernier, il y a une douzaine d’années, le n° 25 en 2008. Le choix préférentiel a été fait de privilégier les numéros thématiques. Il semble que le regroupement d’articles autour d’un sujet fédérateur renforce la visibilité de l’ensemble et l’attractivité du numéro concerné. Mais il y a toujours des travaux qui ne s’insèrent pas dans un processus grégaire. Hasards de la recherche, des opportunités collectives ou volonté d’auteurs, des productions demeurent isolées. Certes, les numéros thématiques de la revue abritent très souvent un ou deux de ces articles. Il n’y a donc pas de contradiction entre une production thématisée et l’accueil d’articles isolés. Mais parfois, la conjonction se fait entre une panne de thématique, souvent liée à un retard de réception des articles promis à moins que ce ne soit le fruit des aléas d’une production éditoriale, et un stock suffisant d’articles en varia.

La programmation d’un numéro varia ne répond donc pas forcément à une dynamique volontaire. Par contre, cela ne doit pas conduire à penser qu’il s’agit là d’un numéro de deuxième ordre. Au contraire, nous pensons qu’un tel numéro offre, par l’éclectisme de sa composition, la pluralité des thèmes et des terrains, un regard plus élargi sur les recherches en cours. Ce numéro thématique est ainsi composé, outre les classiques et très utiles recensions d’ouvrages, de cinq articles présentant comme point commun de situer leurs investigations dans le Sud-Ouest français et d’aider, de fait, à mieux faire connaissance avec celui-ci et un certain nombre d’enjeux actuels. Le premier s’intéresse à l’organisation supracommunale des espaces ruraux par le biais des débats associés aux projets de méthaniseurs. Deux thèmes importants y sont traités en écho : la gouvernance territoriale et la transition énergétique. Le second article aborde une question clé, celle de la gestion d’une biodiversité dont il s’agit de discuter la hiérarchisation pour en favoriser la gestion. L’article suivant est le produit d’une recherche ayant pour objectif de reconstituer l’évolution de la dynamique hydrosédimentaire d’un gave pyrénéen. Le quatrième article situe ses réflexions dans le même massif pyrénéen mais selon un angle d’attaque bien différent. À partir d’enquêtes menées dans les refuges de trois vallées pyrénéennes centrales durant deux étés successifs, il livre un tableau des usagers de la montagne dont l’analyse sociodémographique constitue aussi un reflet de notre société. Le dernier article clôt cette série pyrénéenne en rappelant le contexte institutionnel de la création du Centre national d’entraînement en altitude de Font-Romeu dans les Pyrénées-Orientales.

Année : 2020
Réf. : SOE 49

n° 49 - Varia

Haut de page Haut de page

Fiction : itinéraire conseillé

Les collections -> Sciences Sociales -> Les Anthropologiques

Cet ouvrage préparé en hommage à Agnès Fine réunit anthropologues, historiennes et sociologues autour d’un projet commun : croiser sciences sociales et fiction dans l’approche des différents domaines et perspectives travaillés par Agnès Fine. Comment la fiction littéraire, cinématographique ou musicale nourrit-elle l’analyse des rapports de genre, des relations de parenté ou des parcours d’initiation ? Comment éclaire-t-elle la démarche anthropologique ? Quels sont les points de rencontre et de démarcation entre création artistique et anthropologie ? Organisées en quatre volets – la construction et les représentations du féminin, la parenté, les relations entre littérature et anthropologie, la mémoire et ses traces –, les contributions réunies dans ce livre s’attachent à comprendre et analyser autrement des expériences sensibles que nos disciplines seules peinent souvent à restituer.
Spécialiste de l’anthropologie et de l’histoire de la parenté et du genre dans les sociétés occidentales, Agnès Fine est l’autrice de nombreux travaux. Peuvent être cités notamment son livre Parrains, Marraines. La parenté spirituelle en Europe (Fayard, 1994) et quelques ouvrages collectifs qu’elle a dirigés, parmi lesquels Adoptions. Ethnologie des parentés choisies (éditions de la MSH, 1998), Le Nom dans les sociétés occidentales contemporaines (avec F.-R. Ouellette, Presses universitaires du Mirail, 2005), États civils en questions. Papiers, identités, sentiment de soi (éditions du CTHS, 2008).

Année : 2020
Réf. : ANT 13

Fiction : itinéraire conseillé

Haut de page Haut de page

Frontières

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • linguae

Coordonné par Antonella Capra

À l’ère de la mondialisation, bouleversée par la crise économique et migratoire, les frontières n’ont jamais été aussi présentes. Depuis le rêve des civilisations qui ont voulu repousser les frontières de leur espace, jusqu’aux voyages de l’espoir à la recherche de terres d’accueil, l’être humain n’a eu de cesse de redessiner la carte du monde.
Le théâtre contemporain se fait porte-parole des mouvements des individus et des peuples, en donnant une voix, par le biais de la fiction scénique, à ceux qui dans la réalité sont souvent invisibles, en marge, oubliés, ou tout simplement des êtres en transition, à qui la parole manque.
Cette anthologie réunit des textes de provenances géographiques et linguistiques très diverses. À travers le thème de la frontière, ils nous parlent de la confrontation des cultures, de la posture face à l’autre, et nous permettent de déplacer notre regard.

Année : 2020
Réf. : LING 02

Critiques Babelio :

- 19/02/2021
- 25/02/2021
- 11/02/2021

Frontières

Haut de page Haut de page

Mirror Teeth • Sand / Dents Miroir • Sable

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • anglais

Prologues au Brexit et à la crise de la mondialisation, les deux pièces de ce volume témoignent de l’état de l’Angleterre et du monde.

Mirror Teeth est une comédie grinçante en trois actes. À force d’expressions fossilisées et de situations stéréotypées tirées du quotidien de « la petite Angleterre », la langue acerbe de Gill invente du neuf et surtout du vrai sur le monde globalisé, la famille, la xénophobie.
Le premier acte se passe chez les Jones, une famille typiquement anglaise, structurée par le machisme du père, le racisme de la mère, la frustration sexuelle de la fille et le pédantisme du fils, jeune étudiant. Le deuxième acte entraîne la famille au Moyen-Orient. Curieusement, la maison n’a pas changé, et les préjugés non plus. Le troisième acte se déroule dans le même pays et démarre par le récit cocasse du camouflage d’un cadavre. Entre jusqu’au-boutisme colonisateur et freudisme caricatural, la comédie se fait forme par excellence du tragique.

Sand, pièce inédite jusqu’ici, prend le contrepied de cette mécanique comique bien huilée et s’attaque à la prolifération de l’arme atomique. L’action, portée par une narratrice, circule entre époques et lieux divers (Corée du Nord, Hiroshima, Newcastle) concernés par la problématique de l’arme nucléaire jusqu’à ce que le texte, comme le monde, se pulvérise en un sable apocalyptique.

Nick Gill est un dramaturge, musicien, performeur en prise sur les problématiques sociétales contemporaines et en quête de formes nouvelles pour les exprimer. Lauréat de la bourse de la Fondation Peggy Ramsey pour Mirror Teeth, il a écrit plusieurs pièces courtes jouées en Europe et aux États-Unis : Funeralesque (Trafalgar Studios), Something I Wrote in a Hurry (Theatre 503), Oh Death, Where is Thy Stinga-a-ling ? (Soho Theatre). En France, Mirror Teeth a été créée par Guillaume Doucet et le groupe Vertigo en 2012. Sand a été créée à Londres au Royal Court (2013) et à The Other Theatre (2016) et aux États-Unis, en 2019 (Know Theatre).

Année : 2020
Réf. : NOUA 14

Critiques Babelio :

- 06/02/2021
- 17/02/2021

Mirror Teeth • Sand / Dents Miroir • Sable

Haut de page Haut de page

Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)

Les collections -> Les Fondamentaux -> Amphi 7 • Langues • arabe

Nouvelle édition revue et augmentée

Ce manuel d’arabe littéral, langue écrite, lue et enseignée dans tous les pays arabes, est la réédition du manuel Lire et écrire en arabe littéral, paru en 2014, revu et étendu au niveau B2 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). La progression est construite à travers l’étude détaillée de douze textes extraits de la littérature arabe contemporaine, roman, poésie et théâtre. La méthode se base sur le réemploi, chaque chapitre reprenant les acquis du chapitre précédent. La grammaire et la conjugaison sont étudiées de façon implicite et constamment dans l’usage, sans jamais faire l’objet de leçons particulières. L’accent est mis de façon prioritaire sur l’acquisition du vocabulaire et son utilisation dans la compréhension et l’expression écrite, le but ultime étant la maîtrise de la lecture non vocalisée par l’acquisition des réflexes de lecture. Le manuel s’achève sur un mémento des principales notions de grammaire, de conjugaison et d’orthographe et par des exercices d’auto-évaluation. Un enregistrement permet l’écoute des textes et donne les corrigés des exercices, les traductions et les explications nécessaires en français.

Professeur certifié de lettres françaises et d’arabe, Saïd Benjelloun a enseigné la didactique du français à l’ENS de Rabat. En France, il a enseigné l’arabe littéral et l’arabe dialectal en collège, lycée puis à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Il est l’auteur de deux manuels d’arabe marocain, Al-lugha dyali (Pays-Bas, 1998 et 2000), d’un manuel d’arabe littéral, Lire et écrire en arabe littéral (PUM, 2014), et d’un manuel d’arabe maghrébin, Comprendre et parler l’arabe maghrébin (PUM, 2018). Il travaille sur les liens entre la langue maternelle et la langue d’enseignement en France et dans les pays arabes.

Année : 2020
Réf. : SED 76-2

Zip - 5 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap._0-3
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 4.3 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.1
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 6.9 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.2
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 13.6 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.3
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 12 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.4
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 12.3 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.5
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 13.9 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.6
Zip - 14 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.7
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 19.8 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.8
Zip - 21.3 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap._9-2
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 21.8 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap._10-2
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 28.6 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap._11-2
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 25.4 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap._12-2
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 6.4 Mo
Arabe_Litteral__2020_Chap.13
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 14.6 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.14-2
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Zip - 8.7 Mo
Arabe_Litteral_2020_Chap.15
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)
Lire et écrire en arabe littéral (2e édition)

Haut de page Haut de page

The Spanish Match

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Interlangues Textes

Au début du XVIIe siècle, alors que l’Espagne et l’Angleterre traversent une période où le vrai pouvoir n’est plus aux mains des monarques mais de leurs conseillers, le projet d’un mariage est conçu entre le second fils de Jacques Ier, Charles d’Angleterre (1600-1649), alors déjà prince de Galles, et la sœur de Philippe IV, Marie-Anne d’Autriche (1608-1646), infante d’Espagne. Or, malgré plusieurs mois de tractations secrètes jusque dans les couloirs du Vatican, et une longue visite du prince de Galles en Espagne de mars à août 1623, le mariage n’a finalement pas lieu.

Cet ouvrage s’intéresse à ce mariage manqué à travers des textes de l’époque, présentés en édition bilingue, introduits et traduits par des spécialistes, croisant la littérature (poésie et théâtre) et l’écriture politique (rapport d’ambassade, pamphlet). Les documents proposés ici, pour certains inédits et jamais traduits en français, attestent que l’histoire du mariage manqué entre Charles et Marie-Anne ne fut pas qu’une péripétie : long voyage du prince héritier et d’un Buckingham au faîte de sa gloire, tentative historique d’alliance entre protestants et catholiques, réceptions somptueuses en l’honneur des Anglais à Madrid et échanges époustouflants de présents entre les deux puissances : toute l’Europe est alors suspendue à ce qui aurait pu être le mariage du siècle.

Jean-Luc Nardone est professeur à l’université Toulouse - Jean Jaurès, spécialiste de littérature italienne des XVIe-XVIIe siècles.

Ont collaboré à cet ouvrage : Guido Braun (université de Haute-Alsace), Sophie Chiari (université Clermont Auvergne), Françoise Gilbert (université Toulouse - Jean Jaurès), Françoise Knopper (université Toulouse - Jean Jaurès), Jacqueline Malherbe-Galy (université Toulouse - Jean Jaurès).

Année : 2020
Réf. : LANG 74

Ouvrage publié avec le concours de l’Institut de recherche pluridisciplinaire en arts, lettres et langues (IRPALL) de l’université Toulouse - Jean Jaurès

JPG - 728.2 ko

Critiques Babelio :

- 06/02/2021
- 22/02/2021
- 01/02/2021

The Spanish Match

Haut de page Haut de page

La Puissance du vent

Les collections -> Histoire -> Histoire et Techniques

L’éolienne est une machine de production présente depuis le Moyen Âge en Occident et qui dès l’origine met en œuvre un principe physique et une architecture globale qu’elle conserve encore aujourd’hui. L’histoire proposée dans ce livre s’articule autour de quatre scènes techniques, chacune située à une époque et dans un lieu précis et présentant un type particulier d’éolienne : moulins à huile à Lille aux XVIIIe et XIXe siècles, moulin électrique au Danemark au tournant du XXe siècle, aérogénérateurs en France dans les années 1950 et éoliennes modernes en Allemagne du Nord à la fin du XXe siècle. Pour chacune de ces scènes, les dynamiques techniques et les dynamiques socio-économiques qui façonnent l’éolienne sont présentées à partir d’une analyse historique détaillée. Sur la base de ces histoires, deux indicateurs de long terme sont définis donnant un éclairage nouveau sur l’histoire de cette machine, articulant recherche technique d’efficacité et exigence sociale de régularité de production.

Ingénieur Arts et Métiers, Philippe Bruyerre a créé en 1980 puis en 1992 des sociétés dans le domaine de l’énergie éolienne, une activité qu’il a cessée en 2007. Titulaire d’un mastère en philosophie des techniques en 2002, il a soutenu en 2017 sa thèse de docteur en sciences sociales à l’École des hautes études en sciences sociales (centre Alexandre-Koyré) intitulée Dynamiques d’innovation technique et d’intégration socio-économique. Le cas de l’éolienne en Allemagne, au Danemark et en France (sous la direction de Liliane Hilaire-Pérez).

Cet ouvrage a reçu une mention honorable lors du prix Turriano ICOHTEC 2021 (Comité international pour l’histoire de la technologie).

Année : 2020
Réf. : HT 02

La Puissance du vent

Haut de page Haut de page

Habiter l’ornement

Les collections -> Arts -> L’Art en œuvre

L’ouvrage collectif Habiter l’ornement appelle à renouveler les études plus traditionnelles qui ont été consacrées à l’ornement au regard des pratiques artistiques contemporaines et des théories de ces dernières décennies. La réflexion se fonde sur une analyse critique de ce qui a défini et qualifié l’ornement depuis des siècles selon des approches parfois opposées : l’ornement est second, illégitime, mensonger, non nécessaire, non essentiel, supplémentaire, superflu, superficiel, dispendieux, condamnable, bien plus encore qu’il ne fut, selon les périodes ou les territoires, vecteur d’une démarche culturelle et spirituelle, objet de sensibilité, d’émotion, de plaisir, d’harmonie, de beauté et d’ordre. La sémantique de l’ornement est en effet d’une ambiguïté certaine si l’on s’en remet aux textes fondateurs et à leurs interprétations successives.
Les réflexions appellent donc à toutes les actualisations du terme ornement et de l’évolution de son sens et de son usage. Cependant cet ouvrage prétend déplacer quelque peu l’approche du sujet. Habiter l’ornement suppose que l’on s’attache à des questions plus liées à des pratiques habitantes telles qu’Heidegger en a développé une trame essentielle dans « Bâtir, habiter, penser » et « “L’homme habite en poète” ». En quoi et comment l’habiter, en tant que disposition physique ou de l’esprit, se déployant dans le temps et dans l’espace en des manières d’être au monde spécifiques à chacun, est-il indissolublement lié à des pratiques ornementales ? Quel rapport l’ornemental entretient-il avec la façon d’habiter la ville, une maison, son propre corps, le monde ? Quelles propositions les architectes, les designers, les plasticiens font-ils au regard des pratiques de l’habiter et de ses représentations ? Comment le regard de chacun a-t-il la capacité de transformer toute chose en ornement et quelle relation particulière l’ornement entretient-il avec le jugement esthétique qui se joue dans l’habiter ?

Année : 2020
Réf. : ART 06

Critique de Babélio :

- 28/12/2020
- 12/01/2021
- 17/01/2021

Habiter l'ornement

Haut de page Haut de page

n° 35 - Les Parcours de l’humanisme

Les revues -> n° 35 - Les Parcours de l’humanisme

L’expansion ample et protéiforme du mouvement humaniste à travers l’Europe des XVe-XVIe siècles est un phénomène aussi central que fascinant pour l’histoire culturelle de la Renaissance. Le présent dossier s’inscrit dans un contexte historiographique très vif, au sein duquel le paradigme de la progression spatiale à partir du berceau italien, d’une part, et l’analyse par variante nationale, d’autre part, tendent à être largement mis en discussion au profit d’une lecture par « foyers » de connexion et d’appropriation, pour décrire une floraison luxuriante, non linéaire et cosmopolite, qui a fait de l’humanisme une « culture européenne » au plein sens du terme. Dans ce cadre de réflexion, qui replace au centre de l’attention la question des motifs et des vecteurs individuels de transfert et de réception par-delà celle des origines et des espaces, il s’agit de mettre ici l’accent sur les mobilités professionnelles comme facteurs d’expansion. À la fois le rôle d’un marché international du travail intellectuel dans la promotion de l’humanisme et les multiples formes de circulations liées à l’exercice d’un métier qui ont, parfois incidemment, nourri la domination de ce modèle culturel.

Cécile CABY est professeur d’histoire médiévale à l’université Lyon II, et membre du laboratoire CIHAM.

Clémence REVEST est chargée de recherches en histoire médiévale (CNRS / Centre Roland-Mousnier, Sorbonne Université).

Parmi les contributeurs : David RUNDLE (Université de Kent, Centre for Medieval and Early Modern Studies) ; Raffaele SAVIGNI (Université de Bologne, Dipartimento di Beni Culturali) ; Martina HACKE (Université de Düsseldorf) ; Astrid QUILLIEN (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Amélie FERRIGNO (Centre d’études supérieures de la Renaissance) ; Daniele ARGENIO (École des hautes études en sciences sociales, Centre Norbert-Élias / Université de Rome La Sapienza)

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2020
Réf. : DIA 35

n° 35 - Les Parcours de l'humanisme

Haut de page Haut de page

La Bibliothèque des dominicains de Toulouse

Les collections -> Arts -> Tempus Artis

Une des bibliothèques « les plus rares de France », déployée dans un vaisseau « très vaste et tout rempli de livres qui sont sur des pupitres »... Grande était l’admiration des visiteurs de l’Ancien Régime qui ont pu pénétrer dans la bibliothèque du couvent des Jacobins de Toulouse. Bien que celle-ci ait aujourd’hui disparu, ses collections les plus précieuses, et en particulier ses manuscrits du Moyen Âge, ont été mises à disposition de la nation au moment de la Révolution française et appartiennent désormais au fonds de la Bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse.
Pour marquer les 800 ans de la fondation de l’ordre des Dominicains à Toulouse, la Bibliothèque a exposé une trentaine de manuscrits parmi les plus fameux de cet ensemble et organisé deux journées d’études avec les spécialistes du sujet. Cet ouvrage est l’aboutissement de ces recherches et vient offrir aux lecteurs les dernières connaissances en date sur ce fonds exceptionnel : registres de l’Inquisition, portraits des dominicains qui ont marqué l’histoire toulousaine (Bernard Gui, Vincent Ferrier), réflexions sur la bibliothèque de Bernard de Castanet, enquête sur les enlumineurs de talent qui ont travaillé à Toulouse… Cet ouvrage richement illustré présente les pièces les plus fameuses du fonds des dominicains de Toulouse et prouve s’il en était besoin qu’ils n’ont pas légué que leur église au patrimoine de la ville.

Magali Vène est conservatrice en chef des collections patrimoniales à la Bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse.

Émilie Nadal, docteure en histoire de l’art médiéval, est spécialiste de l’enluminure du Midi de la France.

Année : 2020
Réf. : TEMPART 08

Critiques Babelio :

- 04/01/2021
- 17/01/2021
- 17/01/2021

La Bibliothèque des dominicains de Toulouse

Haut de page Haut de page

maggio ‛43 / Mai 43

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • italien

Les récits de guerre abondent dans le corpus littéraire, pourtant tout est nouveau dans Mai 43. Deux singularités cimentent cette histoire : le langage hybride de l’enfant qui raconte et l’observation innocente qui le protège de la cruauté. Orphelin de 12 ans, Gioacchino vit avec ses oncles et ses tantes à Palerme, mais la famille doit fuir la ville pour échapper à la guerre. Entre des parties de cartes truquées, des perquisitions fascistes, des bombardements aériens, et des repas qui ne se composent que de citrons, Gioacchino, qui n’est plus un enfant mais qui n’est pas encore un homme, devra manœuvrer et réagir pour pouvoir survivre. À son insu, il devient le héros d’une épopée.
Mai 43 est représentatif du teatro di narrazione, genre très répandu en Italie, caractérisé par la performance scénique d’un auteur/narrateur, des sujets engagés et une esthétique des plus épurée. Davide Enia va puiser ses sources dramatiques dans la tradition de sa terre natale, dans le cunto sicilien, une forme de récit dramatisé à l’origine très ancienne et au rythme syncopé. Un récit qu’on lit d’une seule traite, entre rires et larmes, nostalgie et tendresse.

Acteur, metteur en scène et dramaturge sicilien, Davide Enia commence à écrire en 1998 et débute comme dramaturge en 2002. Il compte parmi les auteurs les plus importants du théâtre de narration. Ses œuvres théâtrales se fondent sur une récupération originale de la tradition orale du cunto, récit raconté par un seul narrateur, cadencé par la poésie et par le chant. Le rythme de ses pièces est modulé par l’incursion de la musique et du dialecte palermitains. Avec Italie-Brésil 3 à 2, il a obtenu les prix les plus prestigieux dans le domaine théâtral. Il a écrit deux romans, tous deux publiés en France chez Albin Michel : Sur cette terre comme au ciel, qui a reçu le prix du premier roman étranger en 2016, et La Loi de la mer.

Année : 2020
Réf. : NOUI 18

Critiques Babelio :

- 11/02/2021
- 11/02/2021
- 25/01/2021

maggio ‛43 / Mai 43

Haut de page Haut de page

n° 43 - La littératie. Un espace conceptuel pour l’enseignement et l’éducation

Les revues -> n° 43 - La littératie. Un espace conceptuel pour l’enseignement et l’éducation

À un moment où de nombreux domaines affichent des préoccupations relatives à la littératie, il paraît utile de s’attacher à la constitution et à la réinterprétation de son espace conceptuel dans le champ de l’enseignement et de l’éducation. Plutôt que de se focaliser sur les différentes tentatives définitoires qui ont pu en être proposées, les contributions de ce volume tendent à explorer la plasticité de cet espace à partir de ses racines épistémologiques et scientifiques afin de le rendre plus opératoire pour les chercheurs et les praticiens.

Il s’agit de voir en quoi il conduit à penser autrement le développement des activités langagières : le continuum de leurs apprentissages, leurs interactions, leurs usages dans différentes institutions sociales, leurs fonctionnalités pour l’individu et la société. Le tissage des points de vue des auteurs francophones, de différentes nationalités, permet d’envisager les apports potentiels de cet espace conceptuel et renouvelle le regard porté sur les questions d’enseignement et sur les interventions éducatives.

Année : 2020
Réf. : EDU 43

n° 43 - La littératie. Un espace conceptuel pour l'enseignement et l'éducation

Haut de page Haut de page

n° 114 - Bons ou mauvais jeux ? Pratiques ludiques et sociabilité / Toulouse capitale des Wisigoths

Les revues -> n° 114 - Bons ou mauvais jeux ? Pratiques ludiques et sociabilité / Toulouse capitale des Wisigoths

Dossier 1 : Le dossier explore les multiples facettes de la valeur du jeu selon différentes perspectives, philologiques, philosophiques, littéraires, épigraphiques et archéologiques, regroupées en trois axes : 1. Jeux et pratique pédagogique, 2. Bienfaits et dynamique de l’activité ludique, 3. Le jeu contre-modèle. Le jeu peut être défini comme un mode structuré d’interaction sociale, proche d’une performance rituelle. Il fait partie des pratiques éducatives antiques où jeu et sérieux s’articulent pour permettre l’acquisition participative de savoirs et constitue un élément fondamental de la sociabilité antique. Cependant, il ne rime pas nécessairement avec bien-être. Il peut être aussi une source de conflits et de harcèlement humiliant, voire être instrumentalisé pour caractériser les bons ou mauvais individus.
Dossier 2 : Ce dossier s’intéresse à l’histoire du royaume wisigoth de Toulouse, à travers la langue, la culture, la religion, l’art et l’archéologie.

Véronique DASEN est professeure d’archéologie classique à l’université de Fribourg (Suisse). Spécialiste d’iconographie, de culture matérielle et d’histoire sociale, elle travaille notamment sur l’histoire de l’enfant, des femmes, du corps et de ses pratiques, médicales et magiques. Elle dirige actuellement le projet européen ERC Locus Ludi. The Cultural Fabric of Play and Games in Classical Antiquity (741520), consacré au jeu en tant que véhicule de normes et de valeurs qui construisent une société dans toutes ses dimensions, sociale, religieuse, politique et genrée.

Marco VESPA est philologue classique. Il collabore au projet ERC Locus Ludi. The Cultural Fabric of Play and Games in Classical Antiquity. Spécialiste des pratiques savantes anciennes et de la transmission des savoirs scientifiques (zoologie, médecine, tactique militaire), il est notamment l’auteur de plusieurs articles concernant les animaux et leur place dans les récits et les textes de l’Antiquité.

François RIPOLL est professeur de langue et littérature latines à l’université Toulouse - Jean Jaurès.

Année : 2020
Réf : PAL 114

n° 114 - Bons ou mauvais jeux ? Pratiques ludiques et sociabilité / Toulouse capitale des Wisigoths

Haut de page Haut de page

n° 102 - Figures de l’inspiration dans la poésie et la poétique françaises et néo-latines (fin XVIe - début XVIIIe siècle)

Les revues -> n° 102 - Figures de l’inspiration dans la poésie et la poétique françaises et néo-latines (fin XVIe - début XVIIIe siècle)

Ce numéro vise à une réévaluation critique de la place de l’inspiration dans la poésie française et les poétiques néo-latines et françaises, de la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Quoique l’inspiration n’y joue pas le même rôle qu’à la Renaissance, elle y demeure créatrice de valeur poétique, capable de rendre compte de la singularité voire de la sacralité d’une activité poétique jamais tout à fait réductible aux inflexions technicistes ou aux régularisations institutionnelles et mondaines qui marquent la période. Cet héritage travaille la poésie sous la forme déplacée de figures, c’est-à-dire de formes aussi bien imaginaires que verbales et intellectuelles qui mobilisent de manière fragmentée l’ancienne « fureur » poétique.
Au travers d’une reconfiguration parfois polémique et satirique, ces figures peuvent exprimer les conditions anthropologiques qui fondent le « génie » du poète, faire la démonstration d’une compétence poétique ou d’une légitimité sociale à écrire des vers, ou encore formuler des conceptions de l’efficacité de la parole poétique.

Audrey DURU est maître de conférences en littérature française (XVIe siècle) à l’université de Picardie-Jules Verne (Trame). Ses travaux confrontent sécularisation et littérarisation du discours chrétien, dans le contexte de vernacularisation et vulgarisation de la Renaissance au premier XVIIe siècle, pour le domaine français.

Clément DUYCK est agrégé de lettres modernes et collaborateur scientifique de l’INCAL (GEMCA) à l’université catholique de Louvain. Il a publié sa thèse sur la Poétique de l’extase (France, 1601-1675) aux éditions Classiques Garnier (2019). Ses travaux portent sur l’énonciation littéraire au XVIIe siècle, en particulier dans la poésie lyrique et les Vies spirituelles, et sur la réception et les usages de la littérature mystique.

Année : 2020
Réf. : LC 102

n° 102 - Figures de l'inspiration dans la poésie et la poétique françaises et néo-latines (fin XVIe - début XVIIIe siècle)

Haut de page Haut de page

n° 15 - Nouvelles recherches en histoire contemporaine

Les revues -> n° 15 - Nouvelles recherches en histoire contemporaine

Pour son quinzième numéro, la revue Histoire, médecine et santé propose un dossier autour des « Nouvelles recherches en histoire contemporaine ». Il s’agit de valoriser les travaux inédits de jeunes docteur(e)s qui ont soutenu très récemment une thèse en histoire de la santé ou de la médecine. La vitalité de ce champ de recherche, notamment pour la période contemporaine, est mise en perspective par un article introductif d’Anne Rasmussen.
Quatre jeunes docteur(e)s y présentent soit un panorama de leur recherche, soit une de leurs problématiques. De la quantification des populations infirmes dans la France du XIXe siècle (Pauline Hervois) aux préventions sanitaires de l’État grec des années 1830-1840 (Thanasis Barlagianis), en passant par les liens entre expertises médicales et naissance de l’armée impériale japonaise dans la seconde moitié du XIXe siècle (Ken Daimaru), le dossier se clôt sur la mobilisation du LSD dans la médecine du XXe siècle (Zoë Dubus).

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2019
Réf. : HMS 15

n° 15 - Nouvelles recherches en histoire contemporaine

Haut de page Haut de page

Études de linguistique slave

Les collections -> Les Fondamentaux -> Amphi 7 • Langues • russe

Par le présent ouvrage les amis, les collègues et les disciples de Robert Roudet, professeur émérite à l’université Jean-Moulin Lyon III, ont voulu honorer sa carrière universitaire et scientifique exemplaire à l’occasion de son départ à la retraite. Auteur d’une quarantaine de publications, dont la monographie magistrale consacrée à la syntaxe du russe, Robert Roudet occupe une place de premier rang dans la slavistique française. Il a joué et continue de jouer un rôle qu’on ne saurait ignorer, celui d’un savant qui a le don de découvrir la vocation de linguiste chez ses étudiants et de stimuler la recherche de ses collègues enseignants. Son sens de l’observation, sa perspicacité, sa manière fine d’appréhender la langue russe dans toute sa complexité suscitent l’admiration et la reconnaissance de ses nombreux élèves et collègues.
Le savoir et les centres d’intérêt philologiques de Robert Roudet dépassent largement la linguistique et s’étendent à la littérature, à la traduction et à la civilisation russes. Aussi la diversité des contributions de ce recueil témoigne-t-elle de la notoriété de Robert Roudet auprès des chercheurs dans les domaines très différents de la slavistique. Les articles représentent diverses traditions et approches théoriques à la croisée des questions fondamentales de la linguistique slave et traitent de la syntaxe, de la sémantique, de la phraséologie, de l’analyse énonciative et textuelle, mais également de la traductologie et des interrelations entre le langage et la pensée. Leurs auteurs rendent ainsi un hommage sincère et cordial à l’inlassable chercheur et pédagogue qu’est Robert Roudet.

Olga Artyushkina est maître de conférences en linguistique russe à l’université Jean-Moulin Lyon III, membre du Centre d’études linguistiques. Ses travaux de recherche se situent essentiellement dans le champ de la linguistique textuelle, y compris dans son aspect contrastif entre les langues slaves orientales et langues romanes. Ses articles traitent des problèmes de connecteurs, de l’expression de la fréquence et de l’itérativité, réduplications, ainsi que des questions du discours rapporté et, plus largement, de la polyphonie et du dialogisme.

Vladimir Beliakov est professeur des universités à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Rattaché à l’UMR 5263 « Cognition, langue, langages, ergonomie » (UT2J / CNRS), il est auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la sémantique lexicale russe, notamment sur la combinatoire lexicale et la phraséologie.

Natalia Bernitskaïa est maître de conférences de linguistique russe à Sorbonne Université, rattachée à l’équipe de la recherche CELISO (Centre de linguistique en Sorbonne - EA7332). Ses travaux portent principalement sur la syntaxe du russe, en particulier sur le verbe. Depuis 2014, elle est présidente du Comité national français des slavistes.

Tatiana Bottineau est professeur des universités en linguistique russe à l’INALCO et membre titulaire du Cerlom (INALCO) et du Labex EFL (CNRS / INALCO). Menés dans le cadre de la linguistique énonciative, ses travaux portent sur les marqueurs discursifs, l’itérativité, les problèmes de l’aspect en russe et la dérivation suffixale. Tatiana Bottineau est auteur de plusieurs dizaines de publications linguistiques et de traductions littéraires.

Année : 2020
Réf. : SED 88

Études de linguistique slave

Haut de page Haut de page

n° 114 - Paraguay : une cartographie entre oubli et mémoire

Les revues -> n° 114 - Paraguay : une cartographie entre oubli et mémoire

Le Paraguay s’est construit au fil des siècles sur des événements qui ont nourri tout autant son histoire que ses mythes sociaux : conquête, colonisation, réductions jésuitiques, dictature de José Gaspar Rodríguez de Francia, guerre de la Triple Alliance (1865-1870), guerre du Chaco (1932-1935), dictature d’Alfredo Stroessner (1954-1989), transition démocratique dans les années 1990. L’évolution et la survivance de la langue guarani, son statut de langue officielle depuis 1992, ses différentes variantes détachées de la présence sur son territoire de peuples indigènes font partie des spécificités et des paradoxes de cette société de moins de 7 millions d’habitants.
Le pays s’ancre dans le troisième millénaire avec d’inquiétants allers-retours vers ses années les plus sombres. Globalisation et intégration régionale oblige, le Paraguay partage aussi les enjeux de ses voisins latino-américains, sans bénéficier autant que certains d’entre eux de l’attention internationale. Phénomènes politiques, mécanismes de réflexion, formes de pensée et de création de cette société séculairement clivée sont analysés dans les contributions de ce dossier à partir de certains de ses acteurs, discours et représentations et à travers le prisme complémentaire de l’oubli et de la mémoire.

Carla FERNANDES est professeure à l’université Bordeaux-Montaigne. Elle est spécialiste de l’Amérique latine et plus particulièrement du Paraguay.

Année : 2020
Réf. : CAR 114

n° 114 - Paraguay : une cartographie entre oubli et mémoire

Haut de page Haut de page

Historia Jakuba / L’Histoire de Jacob

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • polonais

L’Histoire de Jacob est inspirée d’un fait réel : un prêtre catholique apprend à l’âge de 35 ans qu’il est juif… Il s’agit de Romuald Jakub Weksler-Waszkinel, né dans un ghetto et sauvé par une famille polonaise chrétienne. Son histoire, avant d’être portée sur scène par Tadeusz Słobodzianek, a été racontée par la réalisatrice Ronit Kertsner qui, dans son documentaire Karuah [Éclaté], retrace les pérégrinations spirituelles de Jacob dans un kibboutz en Israël où, après avoir quitté la soutane, il cherche à approfondir la foi de ses ancêtres.
Les thèmes de la pièce sont la quête identitaire, la foi, le doute, l’altérité et l’aliénation. Jacob se sent mal à l’aise dans le contexte polonais, mais il éprouvera une solitude encore plus profonde en Israël. Il n’y a de place pour lui nulle part, ni non plus de réponse à ses questionnements. N’étant réellement accepté dans aucune des deux communautés – car aussi bien l’origine que la confession doivent être bien définies pour y accéder –, il n’arrive pas à réunir les deux parties de sa personnalité éclatée.

Tadeusz Słobodzianek, né le 26 avril 1955 à Yeniseysk (Russie), est un auteur dramatique, critique théâtral et metteur en scène polonais. Depuis 2012, il dirige le Théâtre dramatique de Varsovie. Après avoir étudié la théâtrologie à l’université de Cracovie, il a tout d’abord écrit des critiques théâtrales pour différentes revues, puis à partir des années 1980, il s’est entièrement consacré au travail de création dramatique. Il a collaboré avec les théâtres de Varsovie, Łódź, Poznań, Gdańsk et Białystok.
Tadeusz Słobodzianek a reçu de nombreux prix : Passeport de Polityka, Fondation Kościelski, Fringe Firste au Festival du théâtre international à Édimbourg et prix Nike pour la pièce
Notre classe, nommée meilleure pièce européenne par European Theatre Convention. Parmi ses dernières pièces, citons La Mort du prophète (2011), Le Jeune Staline (2013), L’Histoire de Jacob (2015) et Wojtek, l’ours (2016).

Année : 2020
Réf. : NOUP 14

Critique Babelio :

- 09/10/2020

Historia Jakuba / L'Histoire de Jacob

Haut de page Haut de page

Toulouse, une capitale culturelle et artistique à la fin du Moyen Âge

Les collections -> Histoire -> Tempus • Médiévale

Toulouse connaît au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge l’essor de ses activités artistiques. Privée de cour princière, elle n’en est pas moins un centre dynamique qui bénéficie de son rayonnement de capitale régionale. À chaque pas que fait le promeneur du XXIe siècle dans les rues du centre-ville s’offre une parcelle d’un patrimoine historique, largement dominé par l’art médiéval. C’est à la redécouverte de cette intense période de créativité dans tous les domaines artistiques, de la musique à la peinture, de l’enluminure à la sculpture, en passant par l’orfèvrerie et la broderie, que cet ouvrage invite son lecteur.
Bien des livres ont été écrits sur la Toulouse médiévale. L’originalité de celui-ci est de retracer la totalité des activités culturelles et artistiques d’une grande ville du royaume de France aux XIVe et XVe siècles.

Après un doctorat d’histoire sous la direction de Jacques Le Goff sur la violence des étudiants à Toulouse aux XVe et XVIe siècles, et un doctorat d’histoire de l’art sur le mécénat des ducs de Bourgogne, Sophie Brouquet a mené des recherches sur la vie des artistes à Londres à la fin du Moyen Âge. Ses travaux portent actuellement sur le statut des artistes et les conditions de la production artistique au Moyen Âge à Toulouse, et sur l’histoire du genre et des femmes.

Année : 2020
Réf. : TEMP 66

Toulouse, une capitale culturelle et artistique à la fin du Moyen Âge

Haut de page Haut de page

Todos ou Nenhum / Tous ou Aucun

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • portugais

Cette pièce à forte valeur testimoniale sur l’histoire portugaise du XXe siècle est une archive vivante théâtralisée, qui s’adresse en particulier aux lecteurs s’intéressant aux questions de dictature, de démocratie et de liberté. Elle met en scène la question de la libération des prisonniers politiques détenus dans la prison de Caxias, au lendemain de la révolution du 25 avril 1974 qui renversa la dictature portugaise installée depuis près d’un demi-siècle. « Tous ou aucun », telle fut la réponse à la fois déterminée, fraternelle et, somme toute, révolutionnaire des prisonniers et des jeunes officiers. Cet épisode méconnu de la révolution des Œillets est ici revisité par João Menino Vargas, qui en fut l’un des acteurs.

João Menino Vargas est né au Portugal en 1935. Il est colonel de l’armée de terre. En tant qu’officier du MFA, le Mouvement des forces armées qui renversa le régime dictatorial au Portugal le 25 avril 1974, il est chargé de la libération des prisonniers politiques de la prison de Caxias et a contribué à l’extinction de la police politique salazariste.

Année : 2020
Réf. : NOUL 03

Critiques Babelio :

- 24/09/2020
- 27/10/2020

Todos ou Nenhum / Tous ou Aucun

Haut de page Haut de page

Chantons sous les néons

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • francophone

À la suite d’un incident technique mystérieux, et donc effrayant, les clients et employés d’un supermarché se retrouvent coincés dans ce temple de la consommation où, venus faire leurs courses quotidiennes, ils traversent une incompréhensible expérience-limite de fin du monde en chantant. Pendant ce temps suspendu, ils interagissent, se disputent, s’imaginent mourir, s’imaginent survivre, tirent des plans, se révèlent aux autres ou à eux-mêmes, s’adaptent et se transforment.
Parabole chorale, et qui relève d’une anticipation d’actualité, cette pièce se présente comme un crypto-thriller musical tragi-comique à l’atmosphère étouffante, parsemé de coups de théâtre, riche de gags, de jeux de mots et de chansons. Mais nous la recevons aussi comme une méditation politique, poétique et scénique sur le langage, cette langue capitaliste et postmoderne qui est celle de notre société, la novlangue d’aujourd’hui.

Lucie Dumas est titulaire du master recherche-création « Écriture dramatique et création scénique » de l’université Toulouse - Jean Jaurès. Elle est également l’autrice de Sous les jupes du majordome (L’Œil du Prince, 2016), de poèmes publiés dans les revues Arpa et Traction-brabant et d’un recueil de poésie, Les Arbres gonflés (Vermifuge, 2012).

Année : 2020
Réf. : NOUF 04

Critiques Babelio :

- 24/09/2020
- 07/10/2020

Chantons sous les néons

Haut de page Haut de page

La Guerre Civile dans le cinéma espagnol de la démocratie

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Hespérides Espagne

À partir de l’analyse d’un corpus de 38 films de fiction, cet ouvrage retrace l’évolution des représentations cinématographiques de la Guerre Civile en Espagne après la mort de Franco. Parcourant 28 années de l’histoire espagnole (1976-2003), il met en lumière l’étroite surveillance politico-administrative dont a fait l’objet la mise en images du conflit pendant la Transition alors que certaines narrations filmiques cherchaient à construire un récit du conflit en rupture avec celui diffusé par la dictature. Au fil des années, la Guerre Civile a ainsi été l’objet d’une relecture par les films témoignant de la concurrence des discours et récits sur le passé. Alors que la Guerre d’Espagne devient peu à peu l’enjeu d’une bataille des mémoires, le cinéma apparaît comme l’un des modes d’expression choisis par certains secteurs de la société pour réévaluer ce passé traumatique, fournir une réinterprétation de l’événement en privilégiant, notamment, l’image de groupes antérieurement maltraités par la version officielle. La représentation du conflit a ainsi connu diverses inflexions qui rendent compte du rapport difficile qu’entretient la société espagnole avec son histoire.

Marie-Soledad Rodriguez est maîtresse de conférences habilitée au département d’études ibériques de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches ont tout d’abord porté sur le cinéma de la fin de la dictature franquiste et de la Transition, puis sur la réécriture du passé par le récit cinématographique et un certain cinéma militant. Elle a pour objet d’étude à présent le cinéma des réalisatrices et l’analyse des représentations genrées. Elle a dirigé les ouvrages collectifs Le Cinéma de Julio Medem (2008), Le Fantastique dans le cinéma espagnol contemporain (2011), Les Dramaturges espagnoles d’aujourd’hui (2017, en collaboration avec C. Flepp).

Année : 2020
Réf. : HES 65

La Guerre Civile dans le cinéma espagnol de la démocratie

Haut de page Haut de page

n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

Les revues -> n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

Le dossier étudie, d’un point de vue archéologique et historique, les sociétés nordiques et baltes dans les siècles qui ont précédé l’introduction plus ou moins massive du christianisme dans ces contrées, parfois à l’aide de croisades au XIIIe siècle. Il montre que ces sociétés, loin d’être retardataires, avaient un degré non négligeable de développement. Il souligne aussi que la christianisation a été un processus relativement lent et compliqué, se heurtant à des structures sociétales et mentales solides.
Les deux articles des « mélanges » portent, l’un sur les De la Gardie, une famille française anoblie au service des rois de Suède, et l’autre sur les facteurs socio-économiques qui ont favorisé la victoire russe et la conquête de la Finlande lors de la Grande Guerre du Nord de 1700 à 1714.
La rubrique « Sources » présente pour sa part une traduction française (inédite) de l’œuvre célèbre de Johann Gröning, Navigatio libera.

Lucie MALBOS est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers. Elle est spécialiste d’histoire des sociétés et des économies littorales en Europe du Nord durant le haut Moyen Âge. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle) paru chez Brepols en 2017 et d’une vingtaine d’articles et contributions sur l’histoire de la Scandinavie médiévale.

Maurice CARREZ est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Strasbourg (Sciences Po Strasbourg) et spécialiste d’histoire socio-politique des pays de l’aire baltique aux XIXe et XXe siècles. Il a publié plusieurs ouvrages et de très nombreux articles et contributions touchant à l’histoire des pays du Nord.

Année : 2018
Réf. : RHN 26

n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l'aube de la christianisation

Haut de page Haut de page

n° 12 - Les Grottes artificielles en Europe à la Renaissance

Les revues -> n° 12 - Les Grottes artificielles en Europe à la Renaissance

Les grottes de la Renaissance sont des constructions artificielles évoquant par leur architecture et leur décoration les cavernes naturelles, en se référant aux nymphées de l’Antiquité. Elles ont été bâties à l’intérieur de grandes demeures ou dans des pavillons isolés au milieu des jardins, d’abord en Italie puis dans toute l’Europe du Nord à partir du milieu du XVIe siècle. Commande royale ou princière, ces grottes rivalisent par leur richesse ornementale : sculptures, rocailles, coquillages, jeux d’eaux... Des recherches récentes ont permis de redécouvrir quelques-unes des plus importantes réalisations en Allemagne, au Luxembourg, en France et en Italie. Les travaux de restauration menés par des architectes, les fouilles archéologiques, les études historiques conduites dans de nombreux fonds d’archives renouvellent nos connaissances sur ce sujet.

Bruno BENTZ est docteur en archéologie. Ses recherches portent sur l’archéologie moderne, notamment sur les jardins et l’hydraulique des châteaux de Marly et de Noisy. Il a récemment publié : « Les jardins du château de Noisy », dans Lucie GAUGAIN, Pascal LIÉVAUX et Alain SALAMAGNE (dir.), La fabrique du jardin à la Renaissance, Presses universitaires François-Rabelais, 2019, p. 115-128.

Sabine FROMMEL est directrice d’études à l’EPHE, directrice de l’équipe Histara. Ses recherches concernent notamment les langages architecturaux aux Quattrocento et Cinquecento et les processus de migration de modèles et de techniques en Europe. Elle a récemment publié (en collaboration avec Jean Guillaume) Léonard de Vinci et l’architecture, Mare et Martin, 2020.

Année : 2020
Réf. : ARTEF 12

n° 12 - Les Grottes artificielles en Europe à la Renaissance

Haut de page Haut de page

n° 101 - Médiations et construction de l’Antiquité dans l’Europe moderne

Les revues -> n° 101 - Médiations et construction de l’Antiquité dans l’Europe moderne

La Renaissance inaugure un rapport à l’Antiquité marqué par une profonde ambiguïté, caractérisé à la fois par un souci de vérité et par une volonté de recréation, qui donne lieu à des réappropriations multiples. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce numéro tente d’explorer comment ce double rapport se met en place dans plusieurs domaines : la culture littéraire bien sûr, mais aussi la culture juridique, la fixation ou la transformation des pratiques sociales, ou l’utilisation des mythes et des symboles antiques dans la vie politique. Ce numéro réexamine ainsi le rôle de l’Antiquité dans la culture européenne à l’Époque moderne, en prenant en compte les différentes médiations (éditions, traductions, mais aussi citations, traditions éducatives, et plus largement différentes pratiques culturelles) qui ont contribué à constituer le savoir sur l’Antiquité et son usage.

Flora CHAMPY est professeur assistante au département de français et d’italien de l’université de Princeton. Auteur de plusieurs articles sur Jean-Jacques Rousseau, elle travaille actuellement à un ouvrage consacré au rôle de l’Antiquité dans sa pensée politique.

Caroline LABRUNE est ATER au département de lettres modernes de l’université de Rouen-Normandie. Spécialiste du théâtre sérieux du XVIIe siècle (tragédies, tragi-comédies et comédies héroïques), elle prépare actuellement un ouvrage sur les rapports entre fictions dramatiques et succession monarchique entre 1637 et 1691.

Année : 2019
Réf. : LC 101

n° 101 - Médiations et construction de l'Antiquité dans l'Europe moderne

Haut de page Haut de page

n° 113 - I fluidi corporei nella medicina e nella veterinaria latine. Dottrina, lessico, testi

Les revues -> n° 113 - I fluidi corporei nella medicina e nella veterinaria latine. Dottrina, lessico, testi

Ce numéro, intitulé « Les fluides corporels dans la médecine et la médecine vétérinaire latines. Doctrine, lexique, textes », réunit 17 contributions de spécialistes italiens et étrangers portant sur le thème des fluides corporels dans la médecine et la médecine vétérinaire antiques, étudiés du point de vue des contextes doctrinaux et textuels et des mots techniques qui les désignent.
Les contributions de la première section abordent le thème dans son ensemble, en analysant la présence des quatre humeurs traditionnelles et des autres fluides dans certains textes selon différentes perspectives : physiologique, nosologique, thérapeutique. Les contributions de la deuxième section portent sur les humeurs traditionnelles, en particulier le sang et la bile. Enfin, la troisième réunit des études consacrées à d’autres liquides biologiques : l’urine, la salive, le lait maternel, la sueur, l’aquosus humor de l’hydropique, les humeurs oculaires et les composants de l’ulcère.

Anna Maria URSO est professeure de philologie classique au département des civilisations antiques et modernes de l’université de Messine. Ses recherches portent principalement sur les textes médicaux antiques et sur les divers processus liés à leur transmission, domaine dans lequel elle a publié plusieurs études.

Domenico PELLEGRINO est docteur en philologie classique (Messina, 2018). Il poursuit ses recherches dans le domaine de la médecine ancienne et médiévale, dans lequel il a déjà publié quelques articles. Actuellement, il prépare une édition critique de la traduction du De elementis de Galien réalisée par Burgundio de Pise.

Année : 2020
Réf : PAL 113

n° 113 - I fluidi corporei nella medicina e nella veterinaria latine. Dottrina, lessico, testi

Haut de page Haut de page

n° 62 - Le Suffrage féminin dans l’art, la littérature et l’histoire britanniques

Les revues -> n° 62 - Le Suffrage féminin dans l’art, la littérature et l’histoire britanniques

Le Suffrage féminin dans l’art, la littérature et l’histoire britanniques

Dans le cadre du centenaire de la 1re loi britannique qui autorisa en 1918 certaines femmes à voter, ce numéro de Caliban réunit un ensemble d’articles portant sur l’histoire et les représentations du droit de vote féminin, dans une perspective interdisciplinaire. Les auteur(e)s reviennent sur la genèse du droit de vote féminin au début du XIXe siècle et étudient ses représentations multiples et contradictoires dans l’espace public, dans la presse, au théâtre et dans la littérature. Ce numéro s’interroge enfin sur le processus de mémorialisation de l’histoire du féminisme et de l’héritage des luttes pour les droits des femmes en ce début de XXIe siècle.

Female Suffrage in British Art, Literature and History

This special issue of Caliban reassesses the discourses, controversies, and socio-political movements that prepared and followed the voting of the Representation of the People Act 1918. On the occasion of the 100th anniversary of the Act which secured the principle of female suffrage in Britain, contributors explore the diverse ways in which women’s political status and citizenship were negotiated and theorized. Exploring a wide array of often understudied sources from the beginning of the nineteenth century to the present, the original essays included in this volume testify to the rich polyphony and vital complexity of the history of feminism, and to the difficulties inherent in the making and memorializing of such a history.

Année : 2019
Réf. : CAL 62

n° 62 - Le Suffrage féminin dans l'art, la littérature et l'histoire britanniques

Haut de page Haut de page

Les Associations d’élèves et d’étudiants

Les collections -> Histoire -> Tempus • Moderne

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.
La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.
Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

Maître de conférences en histoire à l’université Toulouse - Jean Jaurès, Véronique Castagnet‑Lars s’intéresse à l’histoire religieuse et à celle de l’éducation au cours de la période moderne au sein du laboratoire FRAMESPA (axe 4 – Corpus, équipe Studium), et plus précisément aux questions éducatives dans les congrégations enseignantes post-tridentines.

Année : 2020
Réf. : TEMP 64

Les Associations d'élèves et d'étudiants

Haut de page Haut de page

Su patria, Madrid. Vida y obra de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Anejos de ’Criticón’

La obra de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo (1581-1635), estrechamente relacionada con la de los grandes narradores y poetas del Siglo de Oro español, constituye asimismo una de las más importantes sátiras de la sociedad de los Austrias. Si bien su literatura ha recibido una creciente atención crítica en años recientes, no se había llevado a cabo un estudio general de su vida desde la biografía que le dedicó Emilio Cotarelo (1907- 1909). Sin embargo, a lo largo de este siglo se habían sucedido en tal sentido importantes descubrimientos documentales e hipótesis que necesitaban una nueva revisión de conjunto. Este libro reúne esas aportaciones junto con numerosos documentos y datos hasta ahora desconocidos, que ofrecen una visión más precisa del trayecto vital de Salas y su desarrollo literario. Un panorama en el que apreciamos mejor el círculo de ayudas y amistades que lo rodeó y las circunstancias que, tras una difícil carrera por lograr el reconocimiento literario de sus coetáneos, lo confinaron en sus últimos días en los puestos más bajos del servicio de la Casa Real.

José Enrique López Martínez es doctor en Filología Española por la Universidad Autónoma de Barcelona (2011), y actualmente es investigador contratado en la Universidad Autónoma de Madrid. Es especialista en edición y estudio de prosa y teatro españoles del siglo XVII. Ha publicado la edición crítica de El caballero puntual, de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo (2016), así como de varias comedias de Lope de Vega y Tirso de Molina, entre otros trabajos.

Année : 2020
Réf. : ANCRI 24

Su patria, Madrid. Vida y obra de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo

Haut de page Haut de page

n° 81 - Écrire les homosexualités au XIXe siècle

Les revues -> n° 81 - Écrire les homosexualités au XIXe siècle

De la Révolution à la Grande Guerre, la littérature en France a reconfiguré le désir pour le même sexe. Elle a doté les personnages d’homosexuel(le)s d’une histoire, en a dessiné le portrait moral et physique. Écriture contrainte et allusive, qui travaille dans les interstices de la langue et, le plus souvent, aux marges des intrigues, prise entre deux écueils : celui de la censure, qui vise à anéantir une réalité en lui déniant un nom, et celui d’un vocabulaire qui nomme celle ou celui qui aime un être de son sexe par les mots de la damnation (sodomite) ou de l’opprobre (gouine, gougnotte), puis de la pathologie (l’inverti). Balzac, Dumas, Lamartine, Sand, Flaubert, le jeune Mauriac et d’autres encore jouent avec les poncifs en suggérant d’autres sexualités que l’hétérosexualité, d’autres affinités que l’entente conjugale. Les dix études réunies dans ce numéro de Littératures examinent les diverses stratégies par lesquelles, au XIXe siècle, le roman, le théâtre, la poésie ou les correspondances ont nommé l’innommable et donné, par la fiction, une existence à l’homosexuel(l)e.

Jean-Marie ROULIN, professeur de littérature française à l’université de Lyon - Saint-Étienne, est l’auteur de Chateaubriand, l’exil et la gloire (Champion, 1994) et de L’Épopée de Voltaire à Chateaubriand : poésie, histoire et politique (Oxford, 2005). Il a dirigé Masculinités en révolution de Rousseau à Balzac (PUSE, 2013, avec D. Maira) et La Littérature du Sida, alors et encore (CRIN, Brill/Rodopi, 2016, avec St. Genetti).

Stéphane GOUGELMANN, maître de conférences à l’université de Lyon - Saint-Étienne, a dirigé avec Jean-Louis Cabanès le numéro d’Europe consacré aux frères Goncourt et à Jules Renard (2015) et publié Jules Renard, écrivain de l’intime (Classiques Garnier, 2017). Il a co-dirigé Écrire le mariage en France au XIXe siècle (PUSE, 2017) et a créé la collection « Le genre en toutes lettres » aux PUSE.

Année : 2019
Réf. : LIT 81

n° 81 - Écrire les homosexualités au XIXe siècle

Haut de page Haut de page

Le Féminin, problème ou devenir ?

Les collections -> Psychologie - Psychanalyse -> Chemins cliniques

Depuis Freud, nous parlons de bisexualité psychique. Jung a apporté à cette notion une complexité qui pourrait bien dépasser nos oppositions d’aujourd’hui entre sexe et genre. À partir de son expérience de clinicien, il a proposé et élaboré la problématique d’une libido qui serait bisexuelle et dont la source se trouverait dans un féminin archaïque, hermaphrodite des origines. Comment, dès lors, la sexualité infantile s’élaborerait-elle, celle de la fille en particulier ?
Ce livre explore l’altérité, intérieure et extérieure, représentée par les figures inconscientes de l’autre, l’Ombre d’une part, d’autre part tout un ensemble de figures sexuées, féminines pour l’homme (Jung parlait d’anima), masculines pour la femme (Jung parlait alors d’animus), et leur interrelation.
Il se trouve aussi que nos conceptions et pratiques du féminin et du politique se nouent dans la manière dont les femmes sont représentées et traitées à un moment donné et dans une société donnée. Pouvons-nous envisager de penser et de vivre les relations sexuées dans des perspectives nouvelles ?
Enfin, matrice de la conception, l’utérus peut-il se représenter ?

Mariette Mignet est psychanalyste, membre de la Société française de psychologie analytique - Institut C. G. Jung de Paris et de l’IAAP de Zurich. Psychologue clinicienne, titulaire d’un doctorat de psychologie et de recherche en psychanalyse, elle a écrit de nombreux articles, entre autres dans les Cahiers jungiens de psychanalyse et dans la Revue de psychologie analytique. Elle enseigne à l’Institut C. G. Jung de Paris (SFPA) ainsi qu’à l’Association de formation à la psychologie analytique de Tunis (AFPAT).

Année : 2020
Réf. : CHE 17

Critiques Babelio :

- 27/07/2020
- 04/08/2020

Le Féminin, problème ou devenir ?

Haut de page Haut de page

Duelos textuales en tiempos de Reforma

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Anejos de ’Criticón’

Disponible sur OpenEdition Books

El estallido que supusieron las tesis de Lutero de 1517 ha oscurecido frecuentemente la influencia de otras obras que contribuyeron igualmente a hacer de Europa un escenario de conflictos ideológicos. Los trabajos que reúne Duelos textuales en tiempos de Reforma exploran las huellas de varios de los principales textos del primer cuarto del siglo XVI en el contexto del enfrentamiento físico y simbólico que cambió el continente y configuró el Renacimiento.
El volumen ofrece tres bloques que desarrollan algunas de las repercusiones y tomas de posición generadas desde 1517 : las estrategias de defensa católicas ante las ideas reformistas europeas en los primeros años de su expansión ; los intentos de eludir los términos del conflicto y la búsqueda de respuestas “laterales” en forma de utopías o ideas escépticas ; y, finalmente —en un movimiento inverso al de los años veinte—, las expresiones exteriores del reformismo español en el exilio, que dejará una impronta perdurable en el reformismo europeo.

José Luis OCASAR ARIZA es profesor en el departamento de Filología Española de la Universidad Autónoma de Madrid. Ha impartido clases en diversas universidades de España y Canadá. Ha editado por primera vez los Coloquios de Palatino y Pinciano de Juan Arce de Otálora, así como otras obras de sátira política y diálogos españoles del siglo XVI. Sus investigaciones abarcan las conexiones entre formas literarias e ideología, y también entran en el campo de la Crítica Genética ; ambas vías se funden en La lucha invisible. Estudio genético-literario de los CPyP de Arce de Otálora.

Consolación BARANDA LETURIO ha realizado varias ediciones críticas de obras renacentistas y del siglo XVII, la última de las cuales es el Epistolario de Francisco López de Villalobos. Entre sus publicaciones —además del libro La Celestina y el mundo como conflicto— figuran estudios sobre la literatura celestinesca, diálogos literarios, el apólogo en el Renacimiento y el género epistolar. En la actualidad trabaja sobre diálogos científicos en lengua vulgar en el siglo XVI y literatura utópica (Omníbona). Es miembro del Comité de dirección de Dialogyca desde sus inicios, en 2004.

Année : 2020
Réf. : ANCRI 23

Duelos textuales en tiempos de Reforma

Haut de page Haut de page

n° 28 - Patricio Guzmán / Luis Ospina / Cinéma témoin du temps présent

Les revues -> n° 28 - Patricio Guzmán / Luis Ospina / Cinéma témoin du temps présent

Ce numéro propose plusieurs articles sur deux cinéastes qui ont consacré leur vie et leurs films pour la défense du 7e art : Luis Ospina, réalisateur colombien de films documentaires d’importance disparu l’automne dernier ; et Patricio Guzmán, réalisateur chilien dont ce numéro analyse la dernière trilogie et la Batalla de Chile.
Il rend compte par ailleurs de la convergence de nouvelles productions audiovisuelles et de leurs conditions de création, témoins du temps présent.
Il s’intéresse enfin à l’actualité des luttes sociales dans plusieurs pays du continent, à travers les collectifs qui ont vu le jour lors des rébellions de l’hiver 2019-2020.

L’ARCALT (Association Rencontres Cinémas d’Amérique latine) organise chaque année depuis 1989 un festival de cinémas latino-américains à Toulouse afin que se créent des liens entre les créateurs latino-américains invités, le public, les professionnels et les médias. Le but premier de l’ARCALT est de faire connaître des cinématographies marginalisées par les circuits de distribution commerciale et de contribuer à leur diffusion. Créée à l’initiative de Paulo Antonio Paranagua, historien reconnu des cinémas d’Amérique latine, la revue rend compte de l’actualité et de la mémoire des cinématographies latino-américaines.

Jacques DANTON est membre du CA et du comité de rédaction de l’ARCALT.

Année : 2020
Réf. : CINE 28

n° 28 - Patricio Guzmán / Luis Ospina / Cinéma témoin du temps présent

Haut de page Haut de page

Des patrimoines en action

Les collections -> Sciences Sociales -> Socio-logiques

En ce début de XXIe siècle, tout objet, tout lieu, tout concept ou idée semble susceptible de devenir un jour patrimoine. Au-delà de l’entrée traditionnelle par l’expertise professionnelle et scientifique de la protection des monuments historiques et du ministère de la Culture, l’entrée en patrimoine est possible par de multiples portes. En effet, les processus qui tendent à désigner un objet matériel ou immatériel comme patrimonial se complexifient, à la fois du point de vue des valeurs qui lui sont attribuées et des acteurs impliqués.
Cet ouvrage pose un regard nouveau sur les processus contemporains de construction d’un patrimoine à l’œuvre à l’université. Ce mode de production et de transmission des savoirs n’échappe pas aux changements de paradigme évoqués précédemment. Le passé des activités scientifiques fait régulièrement l’objet de pratiques mémorielles, menées aussi bien par des chercheurs que par les hommes politiques ou encore par les médias. Mais quel est le sens de ces commémorations, de ces productions historiographiques, de ces procédés muséographiques, de ces stratégies de communication, etc. ? Tendent-ils à instituer une partie des sciences en patrimoine ? À partir du cas de l’université de Toulouse, les études présentées ici donnent à voir la multiplicité des processus engagés pour attribuer une valeur mémorielle et patrimoniale à une figure, à un lieu ou à un instrument scientifique.

Muriel Lefebvre est professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du LERASS (EA 827).

Anne-Claire Jolivet est aujourd’hui rédactrice en chef du média en ligne EXPLOREUR, de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées. Elle s’est occupée entre 2005 et 2018 de la mission « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain » de la Région Occitanie (secteur Ouest).

Année : 2020
Réf. : SOC 45

Critiques Babelio :

- 26/07/2020
- 27/07/2020
- 05/08/2020

Des patrimoines en action

Haut de page Haut de page

Étudier les ruralités contemporaines

Les collections -> Géographie -> Ruralités Nord-Sud

Du repeuplement des campagnes à l’économie résidentielle, de la recomposition de la société villageoise à la transition mobilitaire, de la culture au village au marketing territorial ou du local au global, les mutations de la ruralité sont considérables. Elles appellent un profond renouvellement des catégories qui permettent d’en rendre compte. Cinquante auteurs réunis ici y apportent leur contribution, par leurs réflexions sur les usages, les ressources et les gouvernances des territoires ruraux.

Ces réflexions sont rassemblées autour de cinq invitations pour redéfinir le rural et les ruralités, actualiser les méthodes, croiser l’usage des lieux et la mobilité, intégrer la diversité des activités productives, réévaluer les enjeux fonciers. Mieux étudier les ruralités permet alors de mieux comprendre les configurations inédites par lesquelles les acteurs répondent aux défis de la globalisation, de la solidarité, de la transmission entre les générations, de la sécurité alimentaire, du changement climatique et de la réorganisation des territoires.

Michaël Pouzenc, Bernard Charlery de la Masselière et Fabienne Cavaillé font partie de la commission de géographie rurale du Comité national français de géographie. Ils sont membres de l’université Toulouse - Jean Jaurès (UMR LISST - Dynamiques rurales).

Année : 2020
Réf. : RUR 12

Critiques Babelio :

- 13/07/2020
- 13/07/2020
- 17/07/2020

Étudier les ruralités contemporaines

Haut de page Haut de page

Les Mille et Une Vies d’Isis

Les collections -> Histoire -> Tempus • Antique

Si la destruction par le fer et le feu du grand temple de Sérapis à Alexandrie (392) à la suite des édits de Théodose condamnant les pratiques polythéistes marque, officiellement et brutalement, la fin du culte public des dieux de l’Égypte antique, les noms, images et pouvoirs de ces divinités autrefois souveraines ont survécu dans la mémoire des peuples jusqu’à nos jours, sous des formes multiples et dans des domaines variés. Revisitées, détournées, resémantisées, instrumentalisées parfois, les divinités du cercle isiaque ont traversé les siècles dans les arts et la musique, la littérature, les sciences (y compris les sciences occultes), la philosophie, les savoirs antiquaires et même la politique, donnant naissance à l’un des imaginaires les plus foisonnants qui soient.

Laurent Bricault est professeur d’histoire romaine à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire PLH (Patrimoine Littérature Histoire). Spécialiste des cultes de l’Égypte tardive, il a écrit et dirigé de nombreux ouvrages sur le sujet. Il est membre de l’Institut universitaire de France.

Corinne Bonnet est professeur d’histoire grecque à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire PLH. Elle dirige actuellement le projet ERC Advanced Grant « Mapping Ancient Polytheisms » (2017-2022). Elle est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles. Elle est correspondante étrangère de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Carole Gomez est docteur en sciences de l’Antiquité de l’université Toulouse - Jean Jaurès.

Année : 2020
Réf. : TEMP 63

Les Mille et Une Vies d'Isis

Haut de page Haut de page

n° 112 - Political Refugees in the Ancient Greek World

Les revues -> n° 112 - Political Refugees in the Ancient Greek World

Ce numéro explore l’histoire des réfugiés politiques dans le monde grec ancien, selon une temporalité allant de l’époque archaïque jusqu’à la conquête romaine de la Grèce, et dans une perspective géographique large, car non limitée à la réalité athénienne.
Le sujet est abordé selon trois axes différents : une approche descriptive des sources littéraires portant sur les réfugiés politiques, qui ne néglige pas les aspects religieux et anthropologiques ; une perspective plus proprement historique et historiographique qui met en évidence l’histoire et le traitement des réfugiés par les pays d’origine et les pays d’accueil ; une enquête philosophique sur l’exil politique en termes d’attitudes et de mentalités vis-à-vis de la vie en exil.

Laura LODDO est chercheur en histoire grecque (Ricercatore tdA) à l’Università di Cagliari.

Année : 2020
Réf : PAL 112

n° 112 - Political Refugees in the Ancient Greek World

Haut de page Haut de page

n° 42 - Évolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux

Les revues -> n° 42 - Évolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux

En écho aux manifestations du 50e anniversaire de l’institutionnalisation, en 1967, des « sciences de l’éducation » dans l’Université française, ce volume retrace, au-delà de cette date symbolique, la genèse et les évolutions multiformes de cette discipline du XIXe siècle à nos jours, à l’échelle nationale et internationale. L’accent est placé sur les trajectoires et pratiques effectives des chercheurs en sciences de l’éducation, sur les collectifs, réseaux et instances qui incarnent et configurent cette discipline, montrant la pluralité des protagonistes qui y œuvrent, inscrits dans leur monde environnant et le contexte international. Faisant varier aussi bien les approches que les échelles et les temporalités d’analyse, les auteurs témoignent d’une lucidité critique sur diverses questions vives, toujours d’actualité : pressions politiques, logiques de territoires, débats saturés d’idéologie, scientificités contestées, reconfigurations mouvementées, standardisations discriminantes. Ils explorent également les potentialités d’une discipline susceptible de contribuer à élargir l’accès à la culture et à consolider nos démocraties. Sans négliger les parts d’ombres, ce Dossier des sciences de l’éducation démontre la fécondité de dialogues pluridisciplinaires et transnationaux, ainsi que la multiplicité des problématiques, terrains et réseaux au sein desquels les sciences de l’éducation et de la formation se sont déployées et ont pu faire valoir leur expertise.

Année : 2019
Réf. : EDU 42

n° 42 - Évolutions et défis des sciences de l'éducation. Regards transnationaux

Haut de page Haut de page

n° 8 - Les Matériaux de l’aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Les revues -> n° 8 - Les Matériaux de l’aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Nacelles n° 8 - Les Matériaux de l’aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Année : 2020

n° 8 - Les Matériaux de l'aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Haut de page Haut de page

Nirgends in Friede. Antigone. / Nulle part en paix. Antigone.

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • allemand

Incarnation du potentiel révolutionnaire des femmes, l’Antigone de Darja Stocker est plurielle, elle jette des ponts entre les vivants et les morts. Réclamant justice pour son frère, engagée dans les soulèvements du Printemps arabe ou aux côtés des personnes réfugiées et exclues de la forteresse Europe, ses colères sont fécondes. Elles dénoncent une humanité bafouée, un monde étrange où l’on vit « en guerre dans la paix ». Antigone devient la figure de proue d’une génération révoltée, mais qui croit en la possibilité d’une solidarité mondiale.
Second volet du diptyque ouvert en 2012 par La Colère d’Olympe, Nulle part en paix. Antigone. est une réécriture originale de la pièce de Sophocle. Nourrie par plusieurs séjours d’enquête en Égypte et en Tunisie, elle tisse avec subtilité des liens entre le mythe d’Antigone et les textes de Heiner Müller, Judith Butler ou encore Einar Schleef. Créée à Bâle en 2015, la pièce a reçu le Prix d’écriture dramatique du Cercle culturel de l’économie allemande.

Née à Zurich en 1983, Darja Stocker étudie l’écriture scénique à l’UdK, l’université des Arts de Berlin, jusqu’en 2012. Elle est révélée dès 2005 par sa pièce Nachtblind (Leila, en français), premier prix du Stückemarkt de Heidelberg. La plupart de ses pièces, récompensées par des prix et traduites dans plus de douze langues, sont depuis lors régulièrement données sur les scènes germanophones et internationales. Darja Stocker explore et met en scène les formes de la résistance moderne, notamment dans Zornig geboren (La Colère d’Olympe) en 2009, Reicht es nicht zu sagen, ich will leben (« Ne suffit-il pas de dire, je veux vivre », pièce co-écrite avec Claudia Grehn) en 2011, les pièces courtes Precious et Take care comrade en 2014 et Hundert Jahre weinen oder hundert Bomben werfen (« Pleurer cent ans ou jeter cent bombes ») en 2019.

Année : 2020
Réf. : NOUG 23

Critiques Babelio :

- 27/09/2020
- 02/10/2020
- 14/10/2020

Nirgends in Friede. Antigone. / Nulle part en paix. Antigone.

Haut de page Haut de page

Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l’histoire grecque jusqu’à nos jours

Les collections -> Histoire -> Méridiennes

Juan Andrés (Planes, Alicante, 1740 - Rome, 1817), auteur emblématique de l’École universaliste espagnole du XVIIIe siècle, fait partie de l’encyclopédisme européen jusque-là représenté par Diderot et d’Alembert. Ce jésuite qui, après son expulsion d’Espagne (1767), s’installa en Italie, allait produire parmi d’autres une œuvre monumentale sous le titre Dell’origine, progressi e stato attuale d’ogni letteratura (1782-1799).

Cette œuvre fut l’objet, à son époque, de plusieurs rééditions italiennes, de révisions jusqu’aux années 1830 et d’une traduction en espagnol en sept volumes par le frère de l’auteur, Carlos Andrés. L’apport essentiel d’Andrés à l’historiographie européenne moderne, largement reconnu grâce à l’énorme diffusion de son œuvre majeure aussi bien dans son édition princeps en italien que dans sa version espagnole, a suscité l’intérêt en France dans son époque. L’avocat italien Giuseppe Emanuele Ortolani (1758-1828) proposa une version française, bien que seul le premier tome fût publié. Il s’agit d’une édition assez insolite, tronquée et adultérée, sous le titre d’Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l’histoire grecque jusqu’à nos jours (Imprimerie impériale, Paris, 1805).

La profonde méconnaissance de la dimension encyclopédique de Juan Andrés, oublié depuis la seconde moitié du XIXe siècle, et ce jusqu’aux dernières années du XXe siècle, exigeait que l’on revienne en France sur la sagesse intellectuelle du jésuite Juan Andrés et que l’on modernise, tout en ajoutant un appareil critique, l’ancienne version traduite par Ortolani précédée d’une étude préliminaire.

Ce travail a reçu le VIIIe « Premio internacional Juan Andrés de Ensayo e Investigación en Ciencias Humanas » (2018) décerné par l’Instituto Juan Andrés de Comparatística y Globalización.

Année : 2020
Réf. : MERI 20

Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l'histoire grecque jusqu'à nos jours

Haut de page Haut de page

n° 103 - Déconnexion des connexions

Les revues -> n° 103 - Déconnexion des connexions

Dans nos sociétés hyperconnectées, de par leur quasi-instantanéité et leur couverture informationnelle, les TIC – technologies en information et communication – ont considérablement remodelé les pratiques privées et professionnelles en matière d’information. Mais c’est sur un autre plan que l’innovation a été la plus remarquable, jusqu’à être qualifiée de « révolution culturelle » : dépassant les principes ancestraux d’une information descendante et unidirectionnelle, la logique des réseaux a instauré des modalités d’échanges transversaux et ascendants, et contribué à l’avènement de nouveaux dispositifs de nature réticulée, omniprésents.

Si, selon un discours commun, aucune entreprise ou organisation, aucun individu des sociétés dites « développées » ne peut aujourd’hui se passer des TIC sous peine d’être considéré comme rétrograde, d’autres tendances se font jour : sans dénier les avancées majeures apportées par ces technologies, on voit en effet apparaître des mouvements et courants d’idées militant dans le sens d’une « digital detox », d’une « déconnexion » – au moins temporaire – des connexions qui sont notre lot commun et façonnent notre quotidien. Manque de temps, d’efficacité, de sécurité, de connaissance de l’outil, de moyens financiers, crainte de l’isolement, de la perte de contact avec la réalité, de l’insécurité, de l’intrusion dans la vie privée, de la surcharge cognitive…, les raisons invoquées en faveur d’une telle « déconnexion » sont multiples. Le politique lui-même s’en est mêlé, puisque depuis le 1er janvier 2017, la loi Travail prévoit un dispositif de « droit à la déconnexion », visant dans les entreprises de plus de 50 salariés à protéger ceux-ci d’une hyperconnexion généralisée, subie en contexte professionnel.

Dans cette livraison de Sciences de la Société, le groupe de recherche TICIS tente d’approcher quelques causes et effets de la déconnexion, qu’elle soit partielle ou intégrale, temporaire ou définitive, délibérée ou assumée.

Année : 2019
Réf. : LERA 103

n° 103 - Déconnexion des connexions

Haut de page Haut de page

Le paysan et la mer. Ruralités littorales et maritimes en Europe au Moyen Âge et à l’Époque moderne

Les collections -> Histoire -> Flaran

39es Journées internationales d’histoire de Flaran, 13-14 octobre 2017

Les campagnes littorales de l’Europe médiévale et moderne sont des campagnes communes. Elles sont aussi, en de nombreux secteurs, des ruralités originales par les liens qu’elles entretiennent avec la mer. À des degrés divers, elles peuvent être des ruralités maritimes. De multiples possibilités s’offrent au paysan établi près de la côte : l’exploitation des ressources halieutiques dans les lagunes, les étiers, sur l’estran, parfois au large ; la collecte du goémon, l’extraction du sel et, ici et là, de la tourbe dans les marais du Nord ; la capture de l’énergie produite par le mouvement oscillatoire des marées. Se développe ainsi une véritable pluriactivité qui n’est pas un signe d’archaïsme mais, au contraire, le témoignage d’une réelle capacité d’adaptation aux potentialités locales et aux impulsions extérieures.

Source d’opportunités, la mer reste cependant un horizon menaçant et conditionne un rapport tendu de l’homme à l’environnement. Elle contraint les populations à faire face à des dangers récurrents (tempêtes, submersions, invasions de sable, etc.). Une lutte toujours recommencée est soutenue par la communauté rurale, encadrée par le seigneur laïc ou ecclésiastique, avant que, comme en France, l’État n’impose son propre agenda domanial sur le littoral.

Longtemps cantonnée aux marges d’ouvrages consacrés à l’histoire maritime, la recherche sur les campagnes littorales connaît depuis plusieurs décennies une floraison remarquable de travaux. Les études réunies dans ce volume ont pour objet d’en rendre compte.

Année : 2020
Réf. : FLA 39

Le paysan et la mer. Ruralités littorales et maritimes en Europe au Moyen Âge et à l'Époque moderne

Haut de page Haut de page

n° 113 - Narcotrafic et productions culturelles mexicaines / Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Les revues -> n° 113 - Narcotrafic et productions culturelles mexicaines / Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Dossier 1 : Depuis une trentaine d’années, « el narco » s’est ancré dans le paysage social, politique, économique mais aussi culturel du Mexique, posant de nombreux défis aux autorités légales ainsi qu’à l’ensemble de la société. Alors que les aspects policiers et politiques de la question ont déjà fait l’objet de nombreuses publications, l’impact du narcotrafic et du crime organisé sur les productions culturelles mexicaines reste méconnu, notamment en Europe, alors même que cette influence devient de plus en plus visible. Ce dossier explore le phénomène en analysant des œuvres littéraires et cinématographiques contemporaines, étudiées ici dans leur rapport au narco, selon une approche panoramique et transnationale qui embrasse à la fois la culture populaire et les formes plus légitimes de production artistique.

Dossier 2 : Ce dossier souhaite mettre en évidence la façon dont la littérature latino-américaine se resémantise dans ses formes d’écriture et de réception, en s’intéressant plus spécifiquement aux productions des maisons d’édition indépendantes locales, ainsi qu’à la question de l’identité latino-américaine à travers la circulation sur le marché mondial des œuvres latino-américaines via leur traduction.

Gersende Camenen est maître de conférences en littérature hispano-américaine, spécialisée dans les théories et pratiques de la traduction et la traduction et réception de la littérature hispano-américaine en France.

Emmanuel Vincenot est professeur à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée. Spécialiste de civilisation et cinéma latino-américains, il est l’auteur de nombreux articles et de l’ouvrage Histoire de La Havane (Fayard, 2016).

Ana Gallego Cuiñas est docteure en philologie hispanique et diplômée en anthropologie sociale et culturelle (Universidad de Granada). Elle est actuellement chercheuse principale du Projet I+D LETRAL et éditrice de la Revista Electrónica de Estudios Transatlánticos de Literatura de l’université de Granada.

Année : 2019
Réf. : CAR 113

n° 113 - Narcotrafic et productions culturelles mexicaines / Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Haut de page Haut de page

n° 11 - Pannes et accidents (XIXe-XXIe siècle)

Les revues -> n° 11 - Pannes et accidents (XIXe-XXIe siècle)

Les pannes et les accidents des systèmes de production de biens et de services n’ont pas encore retenu l’attention suffisante des historiens. Le fait est d’autant plus surprenant que ces événements ne sont pas rares, mais rythment bien au contraire la marche des techniques et les activités quotidiennes des économies et des sociétés. Ils constituent des crises génératrices d’une documentation aussi abondante que riche d’informations, permettant d’étudier, par un angle d’attaque décalé, des éléments placés au cœur du fonctionnement des systèmes techniques et des organisations qui les animent. C’est ce que se propose de faire ce dossier en plaçant la focale sur diverses thématiques, depuis le quotidien des techniques jusqu’aux relations entre les acteurs en charge des machines et des dispositifs de production.

Année : 2019
Réf. : ARTEF 11

n° 11 - Pannes et accidents (XIXe-XXIe siècle)

Haut de page Haut de page

n° 48 - Régions en tension, régions en recomposition

Les revues -> n° 48 - Régions en tension, régions en recomposition

L’Union européenne a développé plusieurs programmes à l’échelle des régions. Celles-ci sont un échelon territorial clé de l’objectif de cohésion. Mais l’histoire régionale européenne est multiple, aboutissant à des territoires de tailles diverses et dotés d’une dimension institutionnelle variable dans ses attributions. Plusieurs pays européens connaissent des évolutions de leur organisation en régions, sous la forme d’unités intermédiaires entre le local et l’État. Ces évolutions procèdent de contextes géohistoriques et sociopolitiques différents. Elles questionnent le rôle de ces échelons « méso » dans l’aménagement et le développement des territoires, ainsi que la relation entre les États, les régions et les sociétés qui les habitent.

D’assez nombreuses publications confirment l’intérêt que la question régionale suscite à l’échelle européenne. Ce numéro propose de faire un bilan et d’ouvrir des perspectives sur l’état des régions et de la régionalisation plus spécifiquement dans le Sud-Ouest européen, perspectives complétées par des éclairages issus d’autres parties de l’Europe.

La question régionale est ainsi abordée à travers un spectre très diversifié de cas et de situations en France, Espagne et Portugal, entre régionalisation fonctionnelle sans transfert d’autonomie et régionalisation quasi fédérale. Les différentes contributions permettent de revenir sur des situations contemporaines qui ont des conséquences sur les évolutions sociales et territoriales dans certains de ces pays : réforme des régions en France, transformation de l’organisation territoriale de l’Espagne ou du Portugal avec parfois des conflits entre État et région (crise catalane, régionalisme écossais, par exemple). La question régionale est aussi abordée sous l’angle des programmes de coopération territoriale de l’Union européenne et de leur impact sur les dynamiques interrégionales européennes. Cet ensemble d’analyses des recompositions régionales dans l’Europe du Sud-Ouest et au-delà permet de réfléchir au rôle des régions dans l’évolution de la construction européenne.

Thomas Perrin est maître de conférences en aménagement et urbanisme à l’université de Lille, laboratoire TVES. Il dirige le réseau franco-néerlandais de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il travaille sur les régions, l’aménagement régional et la coopération territoriale en Europe, ainsi que sur l’aménagement culturel du territoire.

François-Olivier Seys est professeur de géographie et vice-président des relations internationales à l’université de Lille, laboratoire TVES. Spécialiste des pays d’Europe centrale et orientale, ainsi que de l’Asie centrale, il s’intéresse notamment aux dynamiques démographiques dans l’aménagement du territoire.

Année : 2019
Réf. : SOE 48

n° 48 - Régions en tension, régions en recomposition

Haut de page Haut de page

Vivre la mort

Les collections -> Sciences Sociales -> Santé Société

Dans une approche pluridisciplinaire inédite, des historiens, anthropologues, sociologues, médecins s’attachent à rendre compte des mutations historiques des relations entre les vivants et les défunts, de même qu’ils se penchent sur les manières de faire société « autour de » et « avec » la mort. L’ouvrage envisage les mutations historiques et constances anthropologiques dans les relations entre vivants et défunts puis, dans une seconde section, à l’aune de l’interventionnisme médical contemporain, la prise en charge de la fin de vie et de la mort.
Les auteurs se proposent de faire état de la réalité sociale qui accompagne l’expérience du mourir, sujette aux mutations socioculturelles, à l’échelle de l’histoire occidentale.

Anastasia MEIDANI est enseignante-chercheure à l’université Toulouse - Jean Jaurès au LISST. Ses travaux portent sur la santé, le rapport au corps, le genre et les expériences du vieillir.

Jean-Yves BOUSIGUE est docteur en médecine, chargé de cours à l’université Paul-Sabatier et chercheur associé à FRAMESPA à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Ses travaux portent sur les rapports entre médecine et société, et sur les institutions médicales.

Année : 2020
Réf. : SANTE 03

Critiques Babelio :

- 17/03/2020
- 31/03/2020

Vivre la mort

Haut de page Haut de page

Du héros à la communauté

Les collections -> Histoire -> Cahiers Afriques

Cet ouvrage est consacré aux multiples formes d’énonciation des identités et aux modalités de leur concrétisation en Afrique. Il rassemble dans une même analyse des énoncés de types très différents qui, tous, participent aux constructions identitaires : discours et récits oraux, textes littéraires, journalistiques ou administratifs, objets emblématiques ou encore délimitations territoriales. Résolument transdisciplinaire, il retrace le cheminement des identités en Afrique, à travers l’institution imaginaire des territoires, la fabrique textuelle des héros et les usages mémoriels des figures historiques.
Ce faisant, il donne des pistes, invitant à ne négliger aucune approche pour une analyse plus complète des processus de construction identitaire.

Elara Bertho est chargée de recherches CNRS au sein du laboratoire Les Afriques dans le Monde (UMR 5115). Ses recherches portent sur les imaginaires des guerres coloniales au Niger et en Guinée. Elle est autrice de Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales de résistants africains, Honoré Champion, 2019.

Jean-Luc Martineau est maître de conférences à l’INALCO et membre du laboratoire CESSMA (UMR 245). Ses recherches sont consacrées au Nigeria, aux questions de constructions identitaires, à l’histoire culturelle, politique et urbaine de l’espace yoruba en particulier.

Céline Pauthier est maîtresse de conférences à l’université de Nantes et membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique. Ses recherches portent sur les imaginaires de l’indépendance, les constructions identitaires et les circulations militantes en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement en Guinée au XXe siècle.

Florent Piton est doctorant à l’université Paris Diderot et membre du laboratoire CESSMA (UMR 245). Ancien chargé de cours à Sciences Po Paris, puis ATER en histoire contemporaine de l’Afrique à l’université Paris Diderot, ses recherches portent sur l’histoire des mobilisations sociales et politiques au Rwanda des années 1950 au génocide des Tutsi. Il est l’auteur de Le Génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, 2018.

Année : 2020
Réf. : CAF 30

Du héros à la communauté

Haut de page Haut de page

Actualités