Dernières parutions

n° 114 - Paraguay : une cartographie entre oubli et mémoire

Les revues -> n° 114 - Paraguay : une cartographie entre oubli et mémoire

Le Paraguay s’est construit au fil des siècles sur des événements qui ont nourri tout autant son histoire que ses mythes sociaux : conquête, colonisation, réductions jésuitiques, dictature de José Gaspar Rodríguez de Francia, guerre de la Triple Alliance (1865-1870), guerre du Chaco (1932-1935), dictature d’Alfredo Stroessner (1954-1989), transition démocratique dans les années 1990. L’évolution et la survivance de la langue guarani, son statut de langue officielle depuis 1992, ses différentes variantes détachées de la présence sur son territoire de peuples indigènes font partie des spécificités et des paradoxes de cette société de moins de 7 millions d’habitants.
Le pays s’ancre dans le troisième millénaire avec d’inquiétants allers-retours vers ses années les plus sombres. Globalisation et intégration régionale oblige, le Paraguay partage aussi les enjeux de ses voisins latino-américains, sans bénéficier autant que certains d’entre eux de l’attention internationale. Phénomènes politiques, mécanismes de réflexion, formes de pensée et de création de cette société séculairement clivée sont analysés dans les contributions de ce dossier à partir de certains de ses acteurs, discours et représentations et à travers le prisme complémentaire de l’oubli et de la mémoire.

Carla FERNANDES est professeure à l’université Bordeaux-Montaigne. Elle est spécialiste de l’Amérique latine et plus particulièrement du Paraguay.

Année : 2020
Réf. : CAR 114

n° 114 - Paraguay : une cartographie entre oubli et mémoire

Haut de page Haut de page

Historia Jakuba / L’Histoire de Jacob

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • polonais

L’Histoire de Jacob est inspirée d’un fait réel : un prêtre catholique apprend à l’âge de 35 ans qu’il est juif… Il s’agit de Romuald Jakub Weksler-Waszkinel, né dans un ghetto et sauvé par une famille polonaise chrétienne. Son histoire, avant d’être portée sur scène par Tadeusz Słobodzianek, a été racontée par la réalisatrice Ronit Kertsner qui, dans son documentaire Karuah [Éclaté], retrace les pérégrinations spirituelles de Jacob dans un kibboutz en Israël où, après avoir quitté la soutane, il cherche à approfondir la foi de ses ancêtres.
Les thèmes de la pièce sont la quête identitaire, la foi, le doute, l’altérité et l’aliénation. Jacob se sent mal à l’aise dans le contexte polonais, mais il éprouvera une solitude encore plus profonde en Israël. Il n’y a de place pour lui nulle part, ni non plus de réponse à ses questionnements. N’étant réellement accepté dans aucune des deux communautés – car aussi bien l’origine que la confession doivent être bien définies pour y accéder –, il n’arrive pas à réunir les deux parties de sa personnalité éclatée.

Tadeusz Słobodzianek, né le 26 avril 1955 à Yeniseysk (Russie), est un auteur dramatique, critique théâtral et metteur en scène polonais. Depuis 2012, il dirige le Théâtre dramatique de Varsovie. Après avoir étudié la théâtrologie à l’université de Cracovie, il a tout d’abord écrit des critiques théâtrales pour différentes revues, puis à partir des années 1980, il s’est entièrement consacré au travail de création dramatique. Il a collaboré avec les théâtres de Varsovie, Łódź, Poznań, Gdańsk et Białystok.
Tadeusz Słobodzianek a reçu de nombreux prix : Passeport de Polityka, Fondation Kościelski, Fringe Firste au Festival du théâtre international à Édimbourg et prix Nike pour la pièce
Notre classe, nommée meilleure pièce européenne par European Theatre Convention. Parmi ses dernières pièces, citons La Mort du prophète (2011), Le Jeune Staline (2013), L’Histoire de Jacob (2015) et Wojtek, l’ours (2016).

Année : 2020
Réf. : NOUP 14

Historia Jakuba / L'Histoire de Jacob

Haut de page Haut de page

Toulouse, une capitale culturelle et artistique à la fin du Moyen Âge

Les collections -> Histoire -> Tempus • Médiévale

Toulouse connaît au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge l’essor de ses activités artistiques. Privée de cour princière, elle n’en est pas moins un centre dynamique qui bénéficie de son rayonnement de capitale régionale. À chaque pas que fait le promeneur du XXIe siècle dans les rues du centre-ville s’offre une parcelle d’un patrimoine historique, largement dominé par l’art médiéval. C’est à la redécouverte de cette intense période de créativité dans tous les domaines artistiques, de la musique à la peinture, de l’enluminure à la sculpture, en passant par l’orfèvrerie et la broderie, que cet ouvrage invite son lecteur.
Bien des livres ont été écrits sur la Toulouse médiévale. L’originalité de celui-ci est de retracer la totalité des activités culturelles et artistiques d’une grande ville du royaume de France aux XIVe et XVe siècles.

Après un doctorat d’histoire sous la direction de Jacques Le Goff sur la violence des étudiants à Toulouse aux XVe et XVIe siècles, et un doctorat d’histoire de l’art sur le mécénat des ducs de Bourgogne, Sophie Brouquet a mené des recherches sur la vie des artistes à Londres à la fin du Moyen Âge. Ses travaux portent actuellement sur le statut des artistes et les conditions de la production artistique au Moyen Âge à Toulouse, et sur l’histoire du genre et des femmes.

Année : 2020
Réf. : TEMP 66

Toulouse, une capitale culturelle et artistique à la fin du Moyen Âge

Haut de page Haut de page

Todos ou Nenhum / Tous ou Aucun

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • portugais

Cette pièce à forte valeur testimoniale sur l’histoire portugaise du XXe siècle est une archive vivante théâtralisée, qui s’adresse en particulier aux lecteurs s’intéressant aux questions de dictature, de démocratie et de liberté. Elle met en scène la question de la libération des prisonniers politiques détenus dans la prison de Caxias, au lendemain de la révolution du 25 avril 1974 qui renversa la dictature portugaise installée depuis près d’un demi-siècle. « Tous ou aucun », telle fut la réponse à la fois déterminée, fraternelle et, somme toute, révolutionnaire des prisonniers et des jeunes officiers. Cet épisode méconnu de la révolution des Œillets est ici revisité par João Menino Vargas, qui en fut l’un des acteurs.

João Menino Vargas est né au Portugal en 1935. Il est colonel de l’armée de terre. En tant qu’officier du MFA, le Mouvement des forces armées qui renversa le régime dictatorial au Portugal le 25 avril 1974, il est chargé de la libération des prisonniers politiques de la prison de Caxias et a contribué à l’extinction de la police politique salazariste.

Année : 2020
Réf. : NOUL 03

Todos ou Nenhum / Tous ou Aucun

Haut de page Haut de page

Chantons sous les néons

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • francophone

À la suite d’un incident technique mystérieux, et donc effrayant, les clients et employés d’un supermarché se retrouvent coincés dans ce temple de la consommation où, venus faire leurs courses quotidiennes, ils traversent une incompréhensible expérience-limite de fin du monde en chantant. Pendant ce temps suspendu, ils interagissent, se disputent, s’imaginent mourir, s’imaginent survivre, tirent des plans, se révèlent aux autres ou à eux-mêmes, s’adaptent et se transforment.
Parabole chorale, et qui relève d’une anticipation d’actualité, cette pièce se présente comme un crypto-thriller musical tragi-comique à l’atmosphère étouffante, parsemé de coups de théâtre, riche de gags, de jeux de mots et de chansons. Mais nous la recevons aussi comme une méditation politique, poétique et scénique sur le langage, cette langue capitaliste et postmoderne qui est celle de notre société, la novlangue d’aujourd’hui.

Lucie Dumas est titulaire du master recherche-création « Écriture dramatique et création scénique » de l’université Toulouse - Jean Jaurès. Elle est également l’autrice de Sous les jupes du majordome (L’Œil du Prince, 2016), de poèmes publiés dans les revues Arpa et Traction-brabant et d’un recueil de poésie, Les Arbres gonflés (Vermifuge, 2012).

Année : 2020
Réf. : NOUF 04

Chantons sous les néons

Haut de page Haut de page

La Guerre Civile dans le cinéma espagnol de la démocratie

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Hespérides Espagne

À partir de l’analyse d’un corpus de 38 films de fiction, cet ouvrage retrace l’évolution des représentations cinématographiques de la Guerre Civile en Espagne après la mort de Franco. Parcourant 28 années de l’histoire espagnole (1976-2003), il met en lumière l’étroite surveillance politico-administrative dont a fait l’objet la mise en images du conflit pendant la Transition alors que certaines narrations filmiques cherchaient à construire un récit du conflit en rupture avec celui diffusé par la dictature. Au fil des années, la Guerre Civile a ainsi été l’objet d’une relecture par les films témoignant de la concurrence des discours et récits sur le passé. Alors que la Guerre d’Espagne devient peu à peu l’enjeu d’une bataille des mémoires, le cinéma apparaît comme l’un des modes d’expression choisis par certains secteurs de la société pour réévaluer ce passé traumatique, fournir une réinterprétation de l’événement en privilégiant, notamment, l’image de groupes antérieurement maltraités par la version officielle. La représentation du conflit a ainsi connu diverses inflexions qui rendent compte du rapport difficile qu’entretient la société espagnole avec son histoire.

Marie-Soledad Rodriguez est maîtresse de conférences habilitée au département d’études ibériques de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches ont tout d’abord porté sur le cinéma de la fin de la dictature franquiste et de la Transition, puis sur la réécriture du passé par le récit cinématographique et un certain cinéma militant. Elle a pour objet d’étude à présent le cinéma des réalisatrices et l’analyse des représentations genrées. Elle a dirigé les ouvrages collectifs Le Cinéma de Julio Medem (2008), Le Fantastique dans le cinéma espagnol contemporain (2011), Les Dramaturges espagnoles d’aujourd’hui (2017, en collaboration avec C. Flepp).

Année : 2020
Réf. : HES 65

La Guerre Civile dans le cinéma espagnol de la démocratie

Haut de page Haut de page

n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

Les revues -> n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

Le dossier étudie, d’un point de vue archéologique et historique, les sociétés nordiques et baltes dans les siècles qui ont précédé l’introduction plus ou moins massive du christianisme dans ces contrées, parfois à l’aide de croisades au XIIIe siècle. Il montre que ces sociétés, loin d’être retardataires, avaient un degré non négligeable de développement. Il souligne aussi que la christianisation a été un processus relativement lent et compliqué, se heurtant à des structures sociétales et mentales solides.
Les deux articles des « mélanges » portent, l’un sur les De la Gardie, une famille française anoblie au service des rois de Suède, et l’autre sur les facteurs socio-économiques qui ont favorisé la victoire russe et la conquête de la Finlande lors de la Grande Guerre du Nord de 1700 à 1714.
La rubrique « Sources » présente pour sa part une traduction française (inédite) de l’œuvre célèbre de Johann Gröning, Navigatio libera.

Lucie MALBOS est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers. Elle est spécialiste d’histoire des sociétés et des économies littorales en Europe du Nord durant le haut Moyen Âge. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle) paru chez Brepols en 2017 et d’une vingtaine d’articles et contributions sur l’histoire de la Scandinavie médiévale.

Maurice CARREZ est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Strasbourg (Sciences Po Strasbourg) et spécialiste d’histoire socio-politique des pays de l’aire baltique aux XIXe et XXe siècles. Il a publié plusieurs ouvrages et de très nombreux articles et contributions touchant à l’histoire des pays du Nord.

Année : 2018
Réf. : RHN 26

n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l'aube de la christianisation

Haut de page Haut de page

n° 12 - Les Grottes artificielles en Europe à la Renaissance

Les revues -> n° 12 - Les Grottes artificielles en Europe à la Renaissance

Les grottes de la Renaissance sont des constructions artificielles évoquant par leur architecture et leur décoration les cavernes naturelles, en se référant aux nymphées de l’Antiquité. Elles ont été bâties à l’intérieur de grandes demeures ou dans des pavillons isolés au milieu des jardins, d’abord en Italie puis dans toute l’Europe du Nord à partir du milieu du XVIe siècle. Commande royale ou princière, ces grottes rivalisent par leur richesse ornementale : sculptures, rocailles, coquillages, jeux d’eaux... Des recherches récentes ont permis de redécouvrir quelques-unes des plus importantes réalisations en Allemagne, au Luxembourg, en France et en Italie. Les travaux de restauration menés par des architectes, les fouilles archéologiques, les études historiques conduites dans de nombreux fonds d’archives renouvellent nos connaissances sur ce sujet.

Bruno BENTZ est docteur en archéologie. Ses recherches portent sur l’archéologie moderne, notamment sur les jardins et l’hydraulique des châteaux de Marly et de Noisy. Il a récemment publié : « Les jardins du château de Noisy », dans Lucie GAUGAIN, Pascal LIÉVAUX et Alain SALAMAGNE (dir.), La fabrique du jardin à la Renaissance, Presses universitaires François-Rabelais, 2019, p. 115-128.

Sabine FROMMEL est directrice d’études à l’EPHE, directrice de l’équipe Histara. Ses recherches concernent notamment les langages architecturaux aux Quattrocento et Cinquecento et les processus de migration de modèles et de techniques en Europe. Elle a récemment publié (en collaboration avec Jean Guillaume) Léonard de Vinci et l’architecture, Mare et Martin, 2020.

Année : 2020
Réf. : ARTEF 12

n° 12 - Les Grottes artificielles en Europe à la Renaissance

Haut de page Haut de page

n° 101 - Médiations et construction de l’Antiquité dans l’Europe moderne

Les revues -> n° 101 - Médiations et construction de l’Antiquité dans l’Europe moderne

La Renaissance inaugure un rapport à l’Antiquité marqué par une profonde ambiguïté, caractérisé à la fois par un souci de vérité et par une volonté de recréation, qui donne lieu à des réappropriations multiples. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce numéro tente d’explorer comment ce double rapport se met en place dans plusieurs domaines : la culture littéraire bien sûr, mais aussi la culture juridique, la fixation ou la transformation des pratiques sociales, ou l’utilisation des mythes et des symboles antiques dans la vie politique. Ce numéro réexamine ainsi le rôle de l’Antiquité dans la culture européenne à l’Époque moderne, en prenant en compte les différentes médiations (éditions, traductions, mais aussi citations, traditions éducatives, et plus largement différentes pratiques culturelles) qui ont contribué à constituer le savoir sur l’Antiquité et son usage.

Flora CHAMPY est professeur assistante au département de français et d’italien de l’université de Princeton. Auteur de plusieurs articles sur Jean-Jacques Rousseau, elle travaille actuellement à un ouvrage consacré au rôle de l’Antiquité dans sa pensée politique.

Caroline LABRUNE est ATER au département de lettres modernes de l’université de Rouen-Normandie. Spécialiste du théâtre sérieux du XVIIe siècle (tragédies, tragi-comédies et comédies héroïques), elle prépare actuellement un ouvrage sur les rapports entre fictions dramatiques et succession monarchique entre 1637 et 1691.

Année : 2019
Réf. : LC 101

n° 101 - Médiations et construction de l'Antiquité dans l'Europe moderne

Haut de page Haut de page

n° 113 - I fluidi corporei nella medicina e nella veterinaria latine. Dottrina, lessico, testi

Les revues -> n° 113 - I fluidi corporei nella medicina e nella veterinaria latine. Dottrina, lessico, testi

Ce numéro, intitulé « Les fluides corporels dans la médecine et la médecine vétérinaire latines. Doctrine, lexique, textes », réunit 17 contributions de spécialistes italiens et étrangers portant sur le thème des fluides corporels dans la médecine et la médecine vétérinaire antiques, étudiés du point de vue des contextes doctrinaux et textuels et des mots techniques qui les désignent.
Les contributions de la première section abordent le thème dans son ensemble, en analysant la présence des quatre humeurs traditionnelles et des autres fluides dans certains textes selon différentes perspectives : physiologique, nosologique, thérapeutique. Les contributions de la deuxième section portent sur les humeurs traditionnelles, en particulier le sang et la bile. Enfin, la troisième réunit des études consacrées à d’autres liquides biologiques : l’urine, la salive, le lait maternel, la sueur, l’aquosus humor de l’hydropique, les humeurs oculaires et les composants de l’ulcère.

Anna Maria URSO est professeure de philologie classique au département des civilisations antiques et modernes de l’université de Messine. Ses recherches portent principalement sur les textes médicaux antiques et sur les divers processus liés à leur transmission, domaine dans lequel elle a publié plusieurs études.

Domenico PELLEGRINO est docteur en philologie classique (Messina, 2018). Il poursuit ses recherches dans le domaine de la médecine ancienne et médiévale, dans lequel il a déjà publié quelques articles. Actuellement, il prépare une édition critique de la traduction du De elementis de Galien réalisée par Burgundio de Pise.

Année : 2020
Réf : PAL 113

n° 113 - I fluidi corporei nella medicina e nella veterinaria latine. Dottrina, lessico, testi

Haut de page Haut de page

n° 62 - Le Suffrage féminin dans l’art, la littérature et l’histoire britanniques

Les revues -> n° 62 - Le Suffrage féminin dans l’art, la littérature et l’histoire britanniques

Le Suffrage féminin dans l’art, la littérature et l’histoire britanniques

Dans le cadre du centenaire de la 1re loi britannique qui autorisa en 1918 certaines femmes à voter, ce numéro de Caliban réunit un ensemble d’articles portant sur l’histoire et les représentations du droit de vote féminin, dans une perspective interdisciplinaire. Les auteur(e)s reviennent sur la genèse du droit de vote féminin au début du XIXe siècle et étudient ses représentations multiples et contradictoires dans l’espace public, dans la presse, au théâtre et dans la littérature. Ce numéro s’interroge enfin sur le processus de mémorialisation de l’histoire du féminisme et de l’héritage des luttes pour les droits des femmes en ce début de XXIe siècle.

Female Suffrage in British Art, Literature and History

This special issue of Caliban reassesses the discourses, controversies, and socio-political movements that prepared and followed the voting of the Representation of the People Act 1918. On the occasion of the 100th anniversary of the Act which secured the principle of female suffrage in Britain, contributors explore the diverse ways in which women’s political status and citizenship were negotiated and theorized. Exploring a wide array of often understudied sources from the beginning of the nineteenth century to the present, the original essays included in this volume testify to the rich polyphony and vital complexity of the history of feminism, and to the difficulties inherent in the making and memorializing of such a history.

Année : 2019
Réf. : CAL 62

n° 62 - Le Suffrage féminin dans l'art, la littérature et l'histoire britanniques

Haut de page Haut de page

Les Associations d’élèves et d’étudiants

Les collections -> Histoire -> Tempus • Moderne

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.
La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.
Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

Maître de conférences en histoire à l’université Toulouse - Jean Jaurès, Véronique Castagnet‑Lars s’intéresse à l’histoire religieuse et à celle de l’éducation au cours de la période moderne au sein du laboratoire FRAMESPA (axe 4 – Corpus, équipe Studium), et plus précisément aux questions éducatives dans les congrégations enseignantes post-tridentines.

Année : 2020
Réf. : TEMP 64

Les Associations d'élèves et d'étudiants

Haut de page Haut de page

Su patria, Madrid. Vida y obra de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Anejos de ’Criticón’

La obra de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo (1581-1635), estrechamente relacionada con la de los grandes narradores y poetas del Siglo de Oro español, constituye asimismo una de las más importantes sátiras de la sociedad de los Austrias. Si bien su literatura ha recibido una creciente atención crítica en años recientes, no se había llevado a cabo un estudio general de su vida desde la biografía que le dedicó Emilio Cotarelo (1907- 1909). Sin embargo, a lo largo de este siglo se habían sucedido en tal sentido importantes descubrimientos documentales e hipótesis que necesitaban una nueva revisión de conjunto. Este libro reúne esas aportaciones junto con numerosos documentos y datos hasta ahora desconocidos, que ofrecen una visión más precisa del trayecto vital de Salas y su desarrollo literario. Un panorama en el que apreciamos mejor el círculo de ayudas y amistades que lo rodeó y las circunstancias que, tras una difícil carrera por lograr el reconocimiento literario de sus coetáneos, lo confinaron en sus últimos días en los puestos más bajos del servicio de la Casa Real.

José Enrique López Martínez es doctor en Filología Española por la Universidad Autónoma de Barcelona (2011), y actualmente es investigador contratado en la Universidad Autónoma de Madrid. Es especialista en edición y estudio de prosa y teatro españoles del siglo XVII. Ha publicado la edición crítica de El caballero puntual, de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo (2016), así como de varias comedias de Lope de Vega y Tirso de Molina, entre otros trabajos.

Année : 2020
Réf. : ANCRI 24

Su patria, Madrid. Vida y obra de Alonso Jerónimo de Salas Barbadillo

Haut de page Haut de page

n° 81 - Écrire les homosexualités au XIXe siècle

Les revues -> n° 81 - Écrire les homosexualités au XIXe siècle

De la Révolution à la Grande Guerre, la littérature en France a reconfiguré le désir pour le même sexe. Elle a doté les personnages d’homosexuel(le)s d’une histoire, en a dessiné le portrait moral et physique. Écriture contrainte et allusive, qui travaille dans les interstices de la langue et, le plus souvent, aux marges des intrigues, prise entre deux écueils : celui de la censure, qui vise à anéantir une réalité en lui déniant un nom, et celui d’un vocabulaire qui nomme celle ou celui qui aime un être de son sexe par les mots de la damnation (sodomite) ou de l’opprobre (gouine, gougnotte), puis de la pathologie (l’inverti). Balzac, Dumas, Lamartine, Sand, Flaubert, le jeune Mauriac et d’autres encore jouent avec les poncifs en suggérant d’autres sexualités que l’hétérosexualité, d’autres affinités que l’entente conjugale. Les dix études réunies dans ce numéro de Littératures examinent les diverses stratégies par lesquelles, au XIXe siècle, le roman, le théâtre, la poésie ou les correspondances ont nommé l’innommable et donné, par la fiction, une existence à l’homosexuel(l)e.

Jean-Marie ROULIN, professeur de littérature française à l’université de Lyon - Saint-Étienne, est l’auteur de Chateaubriand, l’exil et la gloire (Champion, 1994) et de L’Épopée de Voltaire à Chateaubriand : poésie, histoire et politique (Oxford, 2005). Il a dirigé Masculinités en révolution de Rousseau à Balzac (PUSE, 2013, avec D. Maira) et La Littérature du Sida, alors et encore (CRIN, Brill/Rodopi, 2016, avec St. Genetti).

Stéphane GOUGELMANN, maître de conférences à l’université de Lyon - Saint-Étienne, a dirigé avec Jean-Louis Cabanès le numéro d’Europe consacré aux frères Goncourt et à Jules Renard (2015) et publié Jules Renard, écrivain de l’intime (Classiques Garnier, 2017). Il a co-dirigé Écrire le mariage en France au XIXe siècle (PUSE, 2017) et a créé la collection « Le genre en toutes lettres » aux PUSE.

Année : 2019
Réf. : LIT 81

n° 81 - Écrire les homosexualités au XIXe siècle

Haut de page Haut de page

Le Féminin, problème ou devenir ?

Les collections -> Psychologie - Psychanalyse -> Chemins cliniques

Depuis Freud, nous parlons de bisexualité psychique. Jung a apporté à cette notion une complexité qui pourrait bien dépasser nos oppositions d’aujourd’hui entre sexe et genre. À partir de son expérience de clinicien, il a proposé et élaboré la problématique d’une libido qui serait bisexuelle et dont la source se trouverait dans un féminin archaïque, hermaphrodite des origines. Comment, dès lors, la sexualité infantile s’élaborerait-elle, celle de la fille en particulier ?
Ce livre explore l’altérité, intérieure et extérieure, représentée par les figures inconscientes de l’autre, l’Ombre d’une part, d’autre part tout un ensemble de figures sexuées, féminines pour l’homme (Jung parlait d’anima), masculines pour la femme (Jung parlait alors d’animus), et leur interrelation.
Il se trouve aussi que nos conceptions et pratiques du féminin et du politique se nouent dans la manière dont les femmes sont représentées et traitées à un moment donné et dans une société donnée. Pouvons-nous envisager de penser et de vivre les relations sexuées dans des perspectives nouvelles ?
Enfin, matrice de la conception, l’utérus peut-il se représenter ?

Mariette Mignet est psychanalyste, membre de la Société française de psychologie analytique - Institut C. G. Jung de Paris et de l’IAAP de Zurich. Psychologue clinicienne, titulaire d’un doctorat de psychologie et de recherche en psychanalyse, elle a écrit de nombreux articles, entre autres dans les Cahiers jungiens de psychanalyse et dans la Revue de psychologie analytique. Elle enseigne à l’Institut C. G. Jung de Paris (SFPA) ainsi qu’à l’Association de formation à la psychologie analytique de Tunis (AFPAT).

Année : 2020
Réf. : CHE 17

Le Féminin, problème ou devenir ?

Haut de page Haut de page

Duelos textuales en tiempos de Reforma

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Anejos de ’Criticón’

Disponible sur OpenEdition Books

El estallido que supusieron las tesis de Lutero de 1517 ha oscurecido frecuentemente la influencia de otras obras que contribuyeron igualmente a hacer de Europa un escenario de conflictos ideológicos. Los trabajos que reúne Duelos textuales en tiempos de Reforma exploran las huellas de varios de los principales textos del primer cuarto del siglo XVI en el contexto del enfrentamiento físico y simbólico que cambió el continente y configuró el Renacimiento.
El volumen ofrece tres bloques que desarrollan algunas de las repercusiones y tomas de posición generadas desde 1517 : las estrategias de defensa católicas ante las ideas reformistas europeas en los primeros años de su expansión ; los intentos de eludir los términos del conflicto y la búsqueda de respuestas “laterales” en forma de utopías o ideas escépticas ; y, finalmente —en un movimiento inverso al de los años veinte—, las expresiones exteriores del reformismo español en el exilio, que dejará una impronta perdurable en el reformismo europeo.

José Luis OCASAR ARIZA es profesor en el departamento de Filología Española de la Universidad Autónoma de Madrid. Ha impartido clases en diversas universidades de España y Canadá. Ha editado por primera vez los Coloquios de Palatino y Pinciano de Juan Arce de Otálora, así como otras obras de sátira política y diálogos españoles del siglo XVI. Sus investigaciones abarcan las conexiones entre formas literarias e ideología, y también entran en el campo de la Crítica Genética ; ambas vías se funden en La lucha invisible. Estudio genético-literario de los CPyP de Arce de Otálora.

Consolación BARANDA LETURIO ha realizado varias ediciones críticas de obras renacentistas y del siglo XVII, la última de las cuales es el Epistolario de Francisco López de Villalobos. Entre sus publicaciones —además del libro La Celestina y el mundo como conflicto— figuran estudios sobre la literatura celestinesca, diálogos literarios, el apólogo en el Renacimiento y el género epistolar. En la actualidad trabaja sobre diálogos científicos en lengua vulgar en el siglo XVI y literatura utópica (Omníbona). Es miembro del Comité de dirección de Dialogyca desde sus inicios, en 2004.

Année : 2020
Réf. : ANCRI 23

Duelos textuales en tiempos de Reforma

Haut de page Haut de page

n° 28 - Patricio Guzmán / Luis Ospina / Cinéma témoin du temps présent

Les revues -> n° 28 - Patricio Guzmán / Luis Ospina / Cinéma témoin du temps présent

Ce numéro propose plusieurs articles sur deux cinéastes qui ont consacré leur vie et leurs films pour la défense du 7e art : Luis Ospina, réalisateur colombien de films documentaires d’importance disparu l’automne dernier ; et Patricio Guzmán, réalisateur chilien dont ce numéro analyse la dernière trilogie et la Batalla de Chile.
Il rend compte par ailleurs de la convergence de nouvelles productions audiovisuelles et de leurs conditions de création, témoins du temps présent.
Il s’intéresse enfin à l’actualité des luttes sociales dans plusieurs pays du continent, à travers les collectifs qui ont vu le jour lors des rébellions de l’hiver 2019-2020.

L’ARCALT (Association Rencontres Cinémas d’Amérique latine) organise chaque année depuis 1989 un festival de cinémas latino-américains à Toulouse afin que se créent des liens entre les créateurs latino-américains invités, le public, les professionnels et les médias. Le but premier de l’ARCALT est de faire connaître des cinématographies marginalisées par les circuits de distribution commerciale et de contribuer à leur diffusion. Créée à l’initiative de Paulo Antonio Paranagua, historien reconnu des cinémas d’Amérique latine, la revue rend compte de l’actualité et de la mémoire des cinématographies latino-américaines.

Jacques DANTON est membre du CA et du comité de rédaction de l’ARCALT.

Année : 2020
Réf. : CINE 28

n° 28 - Patricio Guzmán / Luis Ospina / Cinéma témoin du temps présent

Haut de page Haut de page

Des patrimoines en action

Les collections -> Sciences Sociales -> Socio-logiques

En ce début de XXIe siècle, tout objet, tout lieu, tout concept ou idée semble susceptible de devenir un jour patrimoine. Au-delà de l’entrée traditionnelle par l’expertise professionnelle et scientifique de la protection des monuments historiques et du ministère de la Culture, l’entrée en patrimoine est possible par de multiples portes. En effet, les processus qui tendent à désigner un objet matériel ou immatériel comme patrimonial se complexifient, à la fois du point de vue des valeurs qui lui sont attribuées et des acteurs impliqués.
Cet ouvrage pose un regard nouveau sur les processus contemporains de construction d’un patrimoine à l’œuvre à l’université. Ce mode de production et de transmission des savoirs n’échappe pas aux changements de paradigme évoqués précédemment. Le passé des activités scientifiques fait régulièrement l’objet de pratiques mémorielles, menées aussi bien par des chercheurs que par les hommes politiques ou encore par les médias. Mais quel est le sens de ces commémorations, de ces productions historiographiques, de ces procédés muséographiques, de ces stratégies de communication, etc. ? Tendent-ils à instituer une partie des sciences en patrimoine ? À partir du cas de l’université de Toulouse, les études présentées ici donnent à voir la multiplicité des processus engagés pour attribuer une valeur mémorielle et patrimoniale à une figure, à un lieu ou à un instrument scientifique.

Muriel Lefebvre est professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du LERASS (EA 827).

Anne-Claire Jolivet est aujourd’hui rédactrice en chef du média en ligne EXPLOREUR, de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées. Elle s’est occupée entre 2005 et 2018 de la mission « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain » de la Région Occitanie (secteur Ouest).

Année : 2020
Réf. : SOC 45

Des patrimoines en action

Haut de page Haut de page

Étudier les ruralités contemporaines

Les collections -> Géographie -> Ruralités Nord-Sud

Du repeuplement des campagnes à l’économie résidentielle, de la recomposition de la société villageoise à la transition mobilitaire, de la culture au village au marketing territorial ou du local au global, les mutations de la ruralité sont considérables. Elles appellent un profond renouvellement des catégories qui permettent d’en rendre compte. Cinquante auteurs réunis ici y apportent leur contribution, par leurs réflexions sur les usages, les ressources et les gouvernances des territoires ruraux.

Ces réflexions sont rassemblées autour de cinq invitations pour redéfinir le rural et les ruralités, actualiser les méthodes, croiser l’usage des lieux et la mobilité, intégrer la diversité des activités productives, réévaluer les enjeux fonciers. Mieux étudier les ruralités permet alors de mieux comprendre les configurations inédites par lesquelles les acteurs répondent aux défis de la globalisation, de la solidarité, de la transmission entre les générations, de la sécurité alimentaire, du changement climatique et de la réorganisation des territoires.

Michaël Pouzenc, Bernard Charlery de la Masselière et Fabienne Cavaillé font partie de la commission de géographie rurale du Comité national français de géographie. Ils sont membres de l’université Toulouse - Jean Jaurès (UMR LISST - Dynamiques rurales).

Année : 2020
Réf. : RUR 12

Étudier les ruralités contemporaines

Haut de page Haut de page

Les Mille et Une Vies d’Isis

Les collections -> Histoire -> Tempus • Antique

Si la destruction par le fer et le feu du grand temple de Sérapis à Alexandrie (392) à la suite des édits de Théodose condamnant les pratiques polythéistes marque, officiellement et brutalement, la fin du culte public des dieux de l’Égypte antique, les noms, images et pouvoirs de ces divinités autrefois souveraines ont survécu dans la mémoire des peuples jusqu’à nos jours, sous des formes multiples et dans des domaines variés. Revisitées, détournées, resémantisées, instrumentalisées parfois, les divinités du cercle isiaque ont traversé les siècles dans les arts et la musique, la littérature, les sciences (y compris les sciences occultes), la philosophie, les savoirs antiquaires et même la politique, donnant naissance à l’un des imaginaires les plus foisonnants qui soient.

Laurent Bricault est professeur d’histoire romaine à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire PLH (Patrimoine Littérature Histoire). Spécialiste des cultes de l’Égypte tardive, il a écrit et dirigé de nombreux ouvrages sur le sujet. Il est membre de l’Institut universitaire de France.

Corinne Bonnet est professeur d’histoire grecque à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire PLH. Elle dirige actuellement le projet ERC Advanced Grant « Mapping Ancient Polytheisms » (2017-2022). Elle est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles. Elle est correspondante étrangère de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Carole Gomez est docteur en sciences de l’Antiquité de l’université Toulouse - Jean Jaurès.

Année : 2020
Réf. : TEMP 63

Les Mille et Une Vies d'Isis

Haut de page Haut de page

n° 112 - Political Refugees in the Ancient Greek World

Les revues -> n° 112 - Political Refugees in the Ancient Greek World

Ce numéro explore l’histoire des réfugiés politiques dans le monde grec ancien, selon une temporalité allant de l’époque archaïque jusqu’à la conquête romaine de la Grèce, et dans une perspective géographique large, car non limitée à la réalité athénienne.
Le sujet est abordé selon trois axes différents : une approche descriptive des sources littéraires portant sur les réfugiés politiques, qui ne néglige pas les aspects religieux et anthropologiques ; une perspective plus proprement historique et historiographique qui met en évidence l’histoire et le traitement des réfugiés par les pays d’origine et les pays d’accueil ; une enquête philosophique sur l’exil politique en termes d’attitudes et de mentalités vis-à-vis de la vie en exil.

Laura LODDO est chercheur en histoire grecque (Ricercatore tdA) à l’Università di Cagliari.

Année : 2020
Réf : PAL 112

n° 112 - Political Refugees in the Ancient Greek World

Haut de page Haut de page

n° 42 - Évolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux

Les revues -> n° 42 - Évolutions et défis des sciences de l’éducation. Regards transnationaux

En écho aux manifestations du 50e anniversaire de l’institutionnalisation, en 1967, des « sciences de l’éducation » dans l’Université française, ce volume retrace, au-delà de cette date symbolique, la genèse et les évolutions multiformes de cette discipline du XIXe siècle à nos jours, à l’échelle nationale et internationale. L’accent est placé sur les trajectoires et pratiques effectives des chercheurs en sciences de l’éducation, sur les collectifs, réseaux et instances qui incarnent et configurent cette discipline, montrant la pluralité des protagonistes qui y œuvrent, inscrits dans leur monde environnant et le contexte international. Faisant varier aussi bien les approches que les échelles et les temporalités d’analyse, les auteurs témoignent d’une lucidité critique sur diverses questions vives, toujours d’actualité : pressions politiques, logiques de territoires, débats saturés d’idéologie, scientificités contestées, reconfigurations mouvementées, standardisations discriminantes. Ils explorent également les potentialités d’une discipline susceptible de contribuer à élargir l’accès à la culture et à consolider nos démocraties. Sans négliger les parts d’ombres, ce Dossier des sciences de l’éducation démontre la fécondité de dialogues pluridisciplinaires et transnationaux, ainsi que la multiplicité des problématiques, terrains et réseaux au sein desquels les sciences de l’éducation et de la formation se sont déployées et ont pu faire valoir leur expertise.

Année : 2019
Réf. : EDU 42

n° 42 - Évolutions et défis des sciences de l'éducation. Regards transnationaux

Haut de page Haut de page

n° 8 - Les Matériaux de l’aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Les revues -> n° 8 - Les Matériaux de l’aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Nacelles n° 8 - Les Matériaux de l’aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Année : 2020

n° 8 - Les Matériaux de l'aéronautique : approches historiques et patrimoniales | Aeronautical Materials : Historical and Heritage Approaches

Haut de page Haut de page

Nirgends in Friede. Antigone. / Nulle part en paix. Antigone.

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • allemand

Incarnation du potentiel révolutionnaire des femmes, l’Antigone de Darja Stocker est plurielle, elle jette des ponts entre les vivants et les morts. Réclamant justice pour son frère, engagée dans les soulèvements du Printemps arabe ou aux côtés des personnes réfugiées et exclues de la forteresse Europe, ses colères sont fécondes. Elles dénoncent une humanité bafouée, un monde étrange où l’on vit « en guerre dans la paix ». Antigone devient la figure de proue d’une génération révoltée, mais qui croit en la possibilité d’une solidarité mondiale.
Second volet du diptyque ouvert en 2012 par La Colère d’Olympe, Nulle part en paix. Antigone. est une réécriture originale de la pièce de Sophocle. Nourrie par plusieurs séjours d’enquête en Égypte et en Tunisie, elle tisse avec subtilité des liens entre le mythe d’Antigone et les textes de Heiner Müller, Judith Butler ou encore Einar Schleef. Créée à Bâle en 2015, la pièce a reçu le Prix d’écriture dramatique du Cercle culturel de l’économie allemande.

Née à Zurich en 1983, Darja Stocker étudie l’écriture scénique à l’UdK, l’université des Arts de Berlin, jusqu’en 2012. Elle est révélée dès 2005 par sa pièce Nachtblind (Leila, en français), premier prix du Stückemarkt de Heidelberg. La plupart de ses pièces, récompensées par des prix et traduites dans plus de douze langues, sont depuis lors régulièrement données sur les scènes germanophones et internationales. Darja Stocker explore et met en scène les formes de la résistance moderne, notamment dans Zornig geboren (La Colère d’Olympe) en 2009, Reicht es nicht zu sagen, ich will leben (« Ne suffit-il pas de dire, je veux vivre », pièce co-écrite avec Claudia Grehn) en 2011, les pièces courtes Precious et Take care comrade en 2014 et Hundert Jahre weinen oder hundert Bomben werfen (« Pleurer cent ans ou jeter cent bombes ») en 2019.

Année : 2020
Réf. : NOUG 23

Nirgends in Friede. Antigone. / Nulle part en paix. Antigone.

Haut de page Haut de page

Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l’histoire grecque jusqu’à nos jours

Les collections -> Histoire -> Méridiennes

Juan Andrés (Planes, Alicante, 1740 - Rome, 1817), auteur emblématique de l’École universaliste espagnole du XVIIIe siècle, fait partie de l’encyclopédisme européen jusque-là représenté par Diderot et d’Alembert. Ce jésuite qui, après son expulsion d’Espagne (1767), s’installa en Italie, allait produire parmi d’autres une œuvre monumentale sous le titre Dell’origine, progressi e stato attuale d’ogni letteratura (1782-1799).

Cette œuvre fut l’objet, à son époque, de plusieurs rééditions italiennes, de révisions jusqu’aux années 1830 et d’une traduction en espagnol en sept volumes par le frère de l’auteur, Carlos Andrés. L’apport essentiel d’Andrés à l’historiographie européenne moderne, largement reconnu grâce à l’énorme diffusion de son œuvre majeure aussi bien dans son édition princeps en italien que dans sa version espagnole, a suscité l’intérêt en France dans son époque. L’avocat italien Giuseppe Emanuele Ortolani (1758-1828) proposa une version française, bien que seul le premier tome fût publié. Il s’agit d’une édition assez insolite, tronquée et adultérée, sous le titre d’Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l’histoire grecque jusqu’à nos jours (Imprimerie impériale, Paris, 1805).

La profonde méconnaissance de la dimension encyclopédique de Juan Andrés, oublié depuis la seconde moitié du XIXe siècle, et ce jusqu’aux dernières années du XXe siècle, exigeait que l’on revienne en France sur la sagesse intellectuelle du jésuite Juan Andrés et que l’on modernise, tout en ajoutant un appareil critique, l’ancienne version traduite par Ortolani précédée d’une étude préliminaire.

Ce travail a reçu le VIIIe « Premio internacional Juan Andrés de Ensayo e Investigación en Ciencias Humanas » (2018) décerné par l’Instituto Juan Andrés de Comparatística y Globalización.

Année : 2020
Réf. : MERI 20

Histoire générale des sciences et de la littérature depuis les temps antérieurs à l'histoire grecque jusqu'à nos jours

Haut de page Haut de page

n° 103 - Déconnexion des connexions

Les revues -> n° 103 - Déconnexion des connexions

Dans nos sociétés hyperconnectées, de par leur quasi-instantanéité et leur couverture informationnelle, les TIC – technologies en information et communication – ont considérablement remodelé les pratiques privées et professionnelles en matière d’information. Mais c’est sur un autre plan que l’innovation a été la plus remarquable, jusqu’à être qualifiée de « révolution culturelle » : dépassant les principes ancestraux d’une information descendante et unidirectionnelle, la logique des réseaux a instauré des modalités d’échanges transversaux et ascendants, et contribué à l’avènement de nouveaux dispositifs de nature réticulée, omniprésents.

Si, selon un discours commun, aucune entreprise ou organisation, aucun individu des sociétés dites « développées » ne peut aujourd’hui se passer des TIC sous peine d’être considéré comme rétrograde, d’autres tendances se font jour : sans dénier les avancées majeures apportées par ces technologies, on voit en effet apparaître des mouvements et courants d’idées militant dans le sens d’une « digital detox », d’une « déconnexion » – au moins temporaire – des connexions qui sont notre lot commun et façonnent notre quotidien. Manque de temps, d’efficacité, de sécurité, de connaissance de l’outil, de moyens financiers, crainte de l’isolement, de la perte de contact avec la réalité, de l’insécurité, de l’intrusion dans la vie privée, de la surcharge cognitive…, les raisons invoquées en faveur d’une telle « déconnexion » sont multiples. Le politique lui-même s’en est mêlé, puisque depuis le 1er janvier 2017, la loi Travail prévoit un dispositif de « droit à la déconnexion », visant dans les entreprises de plus de 50 salariés à protéger ceux-ci d’une hyperconnexion généralisée, subie en contexte professionnel.

Dans cette livraison de Sciences de la Société, le groupe de recherche TICIS tente d’approcher quelques causes et effets de la déconnexion, qu’elle soit partielle ou intégrale, temporaire ou définitive, délibérée ou assumée.

Année : 2019
Réf. : LERA 103

n° 103 - Déconnexion des connexions

Haut de page Haut de page

Le paysan et la mer. Ruralités littorales et maritimes en Europe au Moyen Âge et à l’Époque moderne

Les collections -> Histoire -> Flaran

39es Journées internationales d’histoire de Flaran, 13-14 octobre 2017

Les campagnes littorales de l’Europe médiévale et moderne sont des campagnes communes. Elles sont aussi, en de nombreux secteurs, des ruralités originales par les liens qu’elles entretiennent avec la mer. À des degrés divers, elles peuvent être des ruralités maritimes. De multiples possibilités s’offrent au paysan établi près de la côte : l’exploitation des ressources halieutiques dans les lagunes, les étiers, sur l’estran, parfois au large ; la collecte du goémon, l’extraction du sel et, ici et là, de la tourbe dans les marais du Nord ; la capture de l’énergie produite par le mouvement oscillatoire des marées. Se développe ainsi une véritable pluriactivité qui n’est pas un signe d’archaïsme mais, au contraire, le témoignage d’une réelle capacité d’adaptation aux potentialités locales et aux impulsions extérieures.

Source d’opportunités, la mer reste cependant un horizon menaçant et conditionne un rapport tendu de l’homme à l’environnement. Elle contraint les populations à faire face à des dangers récurrents (tempêtes, submersions, invasions de sable, etc.). Une lutte toujours recommencée est soutenue par la communauté rurale, encadrée par le seigneur laïc ou ecclésiastique, avant que, comme en France, l’État n’impose son propre agenda domanial sur le littoral.

Longtemps cantonnée aux marges d’ouvrages consacrés à l’histoire maritime, la recherche sur les campagnes littorales connaît depuis plusieurs décennies une floraison remarquable de travaux. Les études réunies dans ce volume ont pour objet d’en rendre compte.

Année : 2020
Réf. : FLA 39

Le paysan et la mer. Ruralités littorales et maritimes en Europe au Moyen Âge et à l'Époque moderne

Haut de page Haut de page

n° 113 - Narcotrafic et productions culturelles mexicaines / Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Les revues -> n° 113 - Narcotrafic et productions culturelles mexicaines / Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Dossier 1 : Depuis une trentaine d’années, « el narco » s’est ancré dans le paysage social, politique, économique mais aussi culturel du Mexique, posant de nombreux défis aux autorités légales ainsi qu’à l’ensemble de la société. Alors que les aspects policiers et politiques de la question ont déjà fait l’objet de nombreuses publications, l’impact du narcotrafic et du crime organisé sur les productions culturelles mexicaines reste méconnu, notamment en Europe, alors même que cette influence devient de plus en plus visible. Ce dossier explore le phénomène en analysant des œuvres littéraires et cinématographiques contemporaines, étudiées ici dans leur rapport au narco, selon une approche panoramique et transnationale qui embrasse à la fois la culture populaire et les formes plus légitimes de production artistique.

Dossier 2 : Ce dossier souhaite mettre en évidence la façon dont la littérature latino-américaine se resémantise dans ses formes d’écriture et de réception, en s’intéressant plus spécifiquement aux productions des maisons d’édition indépendantes locales, ainsi qu’à la question de l’identité latino-américaine à travers la circulation sur le marché mondial des œuvres latino-américaines via leur traduction.

Gersende Camenen est maître de conférences en littérature hispano-américaine, spécialisée dans les théories et pratiques de la traduction et la traduction et réception de la littérature hispano-américaine en France.

Emmanuel Vincenot est professeur à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée. Spécialiste de civilisation et cinéma latino-américains, il est l’auteur de nombreux articles et de l’ouvrage Histoire de La Havane (Fayard, 2016).

Ana Gallego Cuiñas est docteure en philologie hispanique et diplômée en anthropologie sociale et culturelle (Universidad de Granada). Elle est actuellement chercheuse principale du Projet I+D LETRAL et éditrice de la Revista Electrónica de Estudios Transatlánticos de Literatura de l’université de Granada.

Année : 2019
Réf. : CAR 113

n° 113 - Narcotrafic et productions culturelles mexicaines / Les marchés de la littérature du XXIe siècle

Haut de page Haut de page

n° 11 - Pannes et accidents (XIXe-XXIe siècle)

Les revues -> n° 11 - Pannes et accidents (XIXe-XXIe siècle)

Les pannes et les accidents des systèmes de production de biens et de services n’ont pas encore retenu l’attention suffisante des historiens. Le fait est d’autant plus surprenant que ces événements ne sont pas rares, mais rythment bien au contraire la marche des techniques et les activités quotidiennes des économies et des sociétés. Ils constituent des crises génératrices d’une documentation aussi abondante que riche d’informations, permettant d’étudier, par un angle d’attaque décalé, des éléments placés au cœur du fonctionnement des systèmes techniques et des organisations qui les animent. C’est ce que se propose de faire ce dossier en plaçant la focale sur diverses thématiques, depuis le quotidien des techniques jusqu’aux relations entre les acteurs en charge des machines et des dispositifs de production.

Année : 2019
Réf. : ARTEF 11

n° 11 - Pannes et accidents (XIXe-XXIe siècle)

Haut de page Haut de page

n° 48 - Régions en tension, régions en recomposition

Les revues -> n° 48 - Régions en tension, régions en recomposition

L’Union européenne a développé plusieurs programmes à l’échelle des régions. Celles-ci sont un échelon territorial clé de l’objectif de cohésion. Mais l’histoire régionale européenne est multiple, aboutissant à des territoires de tailles diverses et dotés d’une dimension institutionnelle variable dans ses attributions. Plusieurs pays européens connaissent des évolutions de leur organisation en régions, sous la forme d’unités intermédiaires entre le local et l’État. Ces évolutions procèdent de contextes géohistoriques et sociopolitiques différents. Elles questionnent le rôle de ces échelons « méso » dans l’aménagement et le développement des territoires, ainsi que la relation entre les États, les régions et les sociétés qui les habitent.

D’assez nombreuses publications confirment l’intérêt que la question régionale suscite à l’échelle européenne. Ce numéro propose de faire un bilan et d’ouvrir des perspectives sur l’état des régions et de la régionalisation plus spécifiquement dans le Sud-Ouest européen, perspectives complétées par des éclairages issus d’autres parties de l’Europe.

La question régionale est ainsi abordée à travers un spectre très diversifié de cas et de situations en France, Espagne et Portugal, entre régionalisation fonctionnelle sans transfert d’autonomie et régionalisation quasi fédérale. Les différentes contributions permettent de revenir sur des situations contemporaines qui ont des conséquences sur les évolutions sociales et territoriales dans certains de ces pays : réforme des régions en France, transformation de l’organisation territoriale de l’Espagne ou du Portugal avec parfois des conflits entre État et région (crise catalane, régionalisme écossais, par exemple). La question régionale est aussi abordée sous l’angle des programmes de coopération territoriale de l’Union européenne et de leur impact sur les dynamiques interrégionales européennes. Cet ensemble d’analyses des recompositions régionales dans l’Europe du Sud-Ouest et au-delà permet de réfléchir au rôle des régions dans l’évolution de la construction européenne.

Thomas Perrin est maître de conférences en aménagement et urbanisme à l’université de Lille, laboratoire TVES. Il dirige le réseau franco-néerlandais de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il travaille sur les régions, l’aménagement régional et la coopération territoriale en Europe, ainsi que sur l’aménagement culturel du territoire.

François-Olivier Seys est professeur de géographie et vice-président des relations internationales à l’université de Lille, laboratoire TVES. Spécialiste des pays d’Europe centrale et orientale, ainsi que de l’Asie centrale, il s’intéresse notamment aux dynamiques démographiques dans l’aménagement du territoire.

Année : 2019
Réf. : SOE 48

n° 48 - Régions en tension, régions en recomposition

Haut de page Haut de page

Vivre la mort

Les collections -> Sciences Sociales -> Santé Société

Dans une approche pluridisciplinaire inédite, des historiens, anthropologues, sociologues, médecins s’attachent à rendre compte des mutations historiques des relations entre les vivants et les défunts, de même qu’ils se penchent sur les manières de faire société « autour de » et « avec » la mort. L’ouvrage envisage les mutations historiques et constances anthropologiques dans les relations entre vivants et défunts puis, dans une seconde section, à l’aune de l’interventionnisme médical contemporain, la prise en charge de la fin de vie et de la mort.
Les auteurs se proposent de faire état de la réalité sociale qui accompagne l’expérience du mourir, sujette aux mutations socioculturelles, à l’échelle de l’histoire occidentale.

Anastasia MEIDANI est enseignante-chercheure à l’université Toulouse - Jean Jaurès au LISST. Ses travaux portent sur la santé, le rapport au corps, le genre et les expériences du vieillir.

Jean-Yves BOUSIGUE est docteur en médecine, chargé de cours à l’université Paul-Sabatier et chercheur associé à FRAMESPA à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Ses travaux portent sur les rapports entre médecine et société, et sur les institutions médicales.

Année : 2020
Réf. : SANTE 03

Vivre la mort

Haut de page Haut de page

Du héros à la communauté

Les collections -> Histoire -> Cahiers Afriques

Cet ouvrage est consacré aux multiples formes d’énonciation des identités et aux modalités de leur concrétisation en Afrique. Il rassemble dans une même analyse des énoncés de types très différents qui, tous, participent aux constructions identitaires : discours et récits oraux, textes littéraires, journalistiques ou administratifs, objets emblématiques ou encore délimitations territoriales. Résolument transdisciplinaire, il retrace le cheminement des identités en Afrique, à travers l’institution imaginaire des territoires, la fabrique textuelle des héros et les usages mémoriels des figures historiques.
Ce faisant, il donne des pistes, invitant à ne négliger aucune approche pour une analyse plus complète des processus de construction identitaire.

Elara Bertho est chargée de recherches CNRS au sein du laboratoire Les Afriques dans le Monde (UMR 5115). Ses recherches portent sur les imaginaires des guerres coloniales au Niger et en Guinée. Elle est autrice de Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales de résistants africains, Honoré Champion, 2019.

Jean-Luc Martineau est maître de conférences à l’INALCO et membre du laboratoire CESSMA (UMR 245). Ses recherches sont consacrées au Nigeria, aux questions de constructions identitaires, à l’histoire culturelle, politique et urbaine de l’espace yoruba en particulier.

Céline Pauthier est maîtresse de conférences à l’université de Nantes et membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique. Ses recherches portent sur les imaginaires de l’indépendance, les constructions identitaires et les circulations militantes en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement en Guinée au XXe siècle.

Florent Piton est doctorant à l’université Paris Diderot et membre du laboratoire CESSMA (UMR 245). Ancien chargé de cours à Sciences Po Paris, puis ATER en histoire contemporaine de l’Afrique à l’université Paris Diderot, ses recherches portent sur l’histoire des mobilisations sociales et politiques au Rwanda des années 1950 au génocide des Tutsi. Il est l’auteur de Le Génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, 2018.

Année : 2020
Réf. : CAF 30

Du héros à la communauté

Haut de page Haut de page

L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme

Les collections -> Géographie -> Ruralités Nord-Sud

Depuis les années 1950, les manuels scolaires de géographie dépeignent les espaces ruraux d’Afrique sans se dégager des représentations exotico-coloniales. Cet imaginaire inscrit dans une mythologie coloniale s’articule autour de quatre objets géographiques : la nature, le village, la société et les espaces agricoles. La résistance d’un regard exotique semble liée au système « manuel », générateur de blocages et d’immobilisme, mais aussi à la structure des discours dans laquelle les images et les mots s’allient pour « exotiser » ces espaces.

Des enquêtes menées auprès d’élèves du primaire et du secondaire, en France et en lycée français d’Afrique, complétées par des entretiens d’enseignants confirment que les manuels participent activement au processus de construction des savoirs sur l’Afrique en classe. De fait, les représentations exotico-coloniales se diffusent. Ainsi, la géographie scolaire produit une culture structurée autour d’espaces métonymiques. Cette pratique attribue à chaque espace une fonction pédagogique et didactique, ce qui revient à mettre en place une idée pour un lieu. Si cette technique a des valeurs pédagogiques indéniables, elle va à l’encontre d’une éducation à l’altérité prônée par les instructions officielles, car elle favorise le maintien de l’exotisme dans les discours. Pourtant, le travail de terrain montre que cette fabrication d’imaginaire exotique est conscientisée par les acteurs et que les déformations sont constitutives de l’acte d’enseigner. Par conséquent, l’exotisation est un processus paradoxal car il est à la fois un héritage colonial et le témoin d’une mauvaise orchestration de la classe, mais il est aussi un outil didactique et pédagogique opérationnel pour une éducation à l’altérité.

David Bédouret est maître de conférences en géographie à l’INSPE de Toulouse Occitanie-Pyrénées et membre du laboratoire Géode UMR CNRS 5602. Ses recherches portent sur la didactique de la géographie, la construction des savoirs, l’imaginaire et les « éducations à » (EDD, altérité, risques).

Année : 2020
Réf. : RUR 11

L'Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l'exotisme

Haut de page Haut de page

La sociologie en toutes lettres

Les collections -> Sciences Sociales -> Socio-logiques

Le travail épistolaire représente une grande partie de l’activité des sociologues et se matérialisait jusqu’il y a encore quelques décennies par des lettres administratives, professionnelles, scientifiques ou même familiales. Ces correspondances constituent un matériau précieux, qu’il s’agisse de retracer les itinéraires des sociologues, de reconstituer des réseaux d’échange intellectuel, d’apprécier l’influence d’une pensée, d’analyser l’élaboration d’une théorie, de saisir la force d’un débat, de mettre à jour des stratégies professionnelles ou des engagements, de comprendre un contexte social, scientifique, politique…

Les treize chapitres rassemblés dans cet ouvrage proposent une illustration diversifiée de ces documents épistolaires et de leurs usages pour l’histoire de la discipline. Écrites par des sociologues réputés (tels Durkheim, Bouglé, Gurvitch, Crozier, Merton) ou par des sociologues moins connus, ces correspondances se révèlent en effet très différentes par leur ampleur – certains écrivent beaucoup, d’autres peu –, par le nombre et la qualité des correspondants, par l’objet de leur contenu ou par le statut de l’échange épistolaire, renvoyant à des époques et des contextes eux aussi divers. Si les lettres échangées appellent à certaines précautions analytiques, elles offrent une saisie intimiste de la discipline et du travail du sociologue.

Patricia VANNIER est maître de conférences en sociologie à l’université Toulouse - Jean Jaurès et membre du laboratoire LISST (UMR 5193).

Année : 2020
Réf. : SOC 46

La sociologie en toutes lettres

Haut de page Haut de page

n° 34 - Nations et empires

Les revues -> n° 34 - Nations et empires

Longtemps considéré à l’aune des modèles grecs et juifs, et des revendications que certains groupes portaient pour un État-nation aux XIXe et XXe siècles, le rapport entre diasporas, nations et État-nation a longtemps semblé évident. La prolifération des études diasporiques et la nouvelle histoire des empires a fini par rendre ce rapport plus complexe et compliqué.

Ce volume met en perspective les époques modernes et contemporaines, les espaces européens, américains et africains : comment imaginait-on « nation » et « État » dans l’Europe de l’époque moderne, puis avec les révolutions atlantiques et l’émergence de l’État-nation vers la fin du XVIIIe siècle ? À l’époque moderne, les empires utilisaient des groupes diasporiques, des « nations étrangères », dans le processus d’expansion européenne. Elles devenaient « des agents et des victimes des empires » (J. Israel). Qu’en est-il, pour les XIXe et XXe siècles, de l’exil des « nationalistes » italiens ou polonais à Paris et à Bruxelles qui produisent des « nationalismes » internationaux (M. Isabella) et mettent ainsi en avant l’aspect transnational des nationalismes ? Et qu’en est-il des contextes postcoloniaux de la deuxième moitié du XXe siècle ?

Les contributions de ce numéro, qui envisage une approche chronologique large (du XVe au XXIe siècle), permettront de faire dialoguer des champs historiographiques, histoire de l’Europe moderne, histoire de l’État-nation du XIXe siècle, États africains postcoloniaux de la deuxième moitié du XXe siècle, qui ne se croisent que rarement.

Susanne LACHENICHT est enseignante à l’Universität Bayreuth en Allemagne. Ses domaines de recherche concernent l’histoire de l’Europe, l’histoire Atlantique, l’histoire des diasporas à l’époque moderne.

Mathilde MONGE est maître de conférences en histoire moderne à l’université Toulouse II, et travaille sur l’histoire des diasporas à l’époque moderne et l’histoire des minorités religieuses. Elle a notamment publié avec Natalia Muchnik, L’Europe des diasporas, XVIe-XVIIIe siècle (PUF, 2019).

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Année : 2019
Réf. : DIA 34

n° 34 - Nations et empires

Haut de page Haut de page

n° 78 - L’adobe autour de la méditerranée

Les revues -> n° 78 - L’adobe autour de la méditerranée

Les contributions nous viennent de tous les bords de la Méditerranée. Des chercheurs, des architectes, des maçons mettent en mots ce que l’adobe leur évoque dans leur environnement actuel ou leur histoire. Ils écrivent depuis leur laboratoire, leur table de travail, leur chantier. Le travail, la planète, la simplicité, la santé sont quelques-unes des entrées dans le monde de l’adobe. Rien n’est plus sain ni plus écologique que lui ! Et les temps qui s’annoncent font du respect de l’environnement le critère premier. Ces professionnels témoignent de leur perception de la construction en terre. Leurs contributions constituent à elles seules une approche pluridisciplinaire. Cette livraison permet de découvrir des exemples représentatifs de l’usage de l’adobe autour de la Méditerranée. Le cahier couleur est d’une très grande diversité des regards.

Ont contribué à ce numéro :
Oumaïma Bouslama (Tunisie), Claire-Anne de Chazelles (France), Paulina Faria (Portugal), Georgi Georgiev (Bulgarie), Pascale Hassoun (France), Macario Iglesias (Espagne-Suisse), Mary Jamin (France), Erri de Luca (Italie), Alain Marcom (France), Isabelle Moulis (Montpellier), Elie Mouyal (Maroc), Alina Negru (Roumanie), Ines Olivieira (Portugal), Mohamed Oubahli (France-Maroc), Teresa Sampaio (Portugal), François Santos (Espagne), Sandrine Ruefly (France), Mohammed Habib Samrakandi (France), Alessandro Serra (Italie), Carole Stadniki (France), Jérôme Tugayé (France).

Ma part de Gaulois : Regards croisés sur le récit de Magyd Cherfi
Lucette Heller Goldenberg, Bernadette Mimozo Ruiz, Simone Molina, François Rigal.

Année : 2018
Réf. : MAG 78

n° 78 - L'adobe autour de la méditerranée

Haut de page Haut de page

n° 100 - L’aventure au XVIIe siècle : itinéraires d’une notion

Les revues -> n° 100 - L’aventure au XVIIe siècle : itinéraires d’une notion

La plasticité et la fécondité de la notion d’« aventure » – des récits viatiques d’explorations qui en donnent des témoignages vécus ou inventés, aux histoires dramatiques ou romanesques qui la mettent en scène et aux réflexions éthiques, politiques, philosophiques qui l’interrogent – lui confèrent une étonnante productivité créatrice en un XVIIe siècle caractérisé par la diversité. L’étude, dans des corpus variés, des constantes interactions entre les actions hasardeuses et surprenantes qui la constituent et leur écriture narrative, poétique ou dramatique montre brillamment la richesse de la littérature de cette époque, entendue comme laboratoire de formes et comme fabrique d’imaginaire. L’enquête, qui permet de donner une consistance sémantique et stylistique à la notion d’aventure dans ces contextes anciens, s’invite donc comme un témoin à réentendre dans les débats épistémologiques modernes la concernant.

Pierre RONZEAUD est professeur émérite de littérature française à Aix-Marseille Université. Ses travaux portent sur la littérature du XVIIe siècle : il a publié une centaine d’articles sur le peuple, l’utopie, les Mémoires, les Mazarinades, Théophile de Viau, Molière, Corneille, Racine, Retz, Saint-Simon, La Bruyère, Fénelon, etc. Il est notamment coauteur de Dictionnaire des lieux et pays mythiques (Bouquins, Laffont, 2011).

Michèle ROSELLINI est chercheuse associée à l’IHRIM-ENS de Lyon. Ses travaux portent sur les usages du livre et les pratiques de la lecture au XVIIe siècle, les auteurs dits « libertins » (Théophile, Sorel, Cyrano), la poésie épicurienne. Elle a notamment publié Traduire Lucrèce. Pour une histoire de la réception du De rerum natura (XVIe-XVIIIe s.) (Champion, 2017, en coll. avec Philippe Chométy).

Année : 2019
Réf. : LC 100

n° 100 - L'aventure au XVIIe siècle : itinéraires d'une notion

Haut de page Haut de page

Fronteras, límites, intercambios en la obra de Raúl Zurita

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Hespérides Amérique

Los veinte artículos contenidos en el presente libro giran en torno a los ejes de las fronteras, de los límites o de los intercambios –términos y conceptos polisémicos– en la obra de Raúl Zurita mediante una multiplicidad de puntos de vista y aproximaciones. Así, reflexionan sobre las fronteras lingüísticas y genéricas, el tratamiento singular de las fronteras espaciales y físicas, creándose una geografía anómala y deformada, reproducción externa de pasiones humanas. También se interesan por los diálogos literarios e intertextuales y los vínculos existentes entre una tradición poética y la creación zuritiana, así como por la presencia de una Historia –íntima y/o colectiva– en la poesía del autor chileno. El objetivo de este libro es contribuir a la difusión de la obra del poeta chileno y confirmar, mediante los diferentes estudios que reúne, la riqueza de la escritura zuritiana que todavía no reveló todos sus secretos.

Benoît Santini es « maître de conférences HDR » en civilización y literatura latinoamericanas, université du Littoral Côte d’Opale. Sus ejes de investigación giran esencialmente en torno a la poesía chilena (Raúl Zurita, Gabriela Mistral, poetas jóvenes del siglo XXI) y latinoamericana. Autor de numerosos artículos y obras colectivas, publicó Raúl Zurita. Obra poética (1979-1994) en la colección « Archivos » de la Universidad de Poitiers, así como traducciones (Antéparadis de Raúl Zurita en la editorial Classiques Garnier y De désolation en tendresse. Anthologie de poésie et prose de Gabriela Mistral en la editorial Caractères) realizadas con Laëtitia Boussard.

Année : 2019
Réf. : HES 68

Fronteras, límites, intercambios en la obra de Raúl Zurita

Haut de page Haut de page

n° 61 - Écrits et cris de la terre dans le monde anglophone

Les revues -> n° 61 - Écrits et cris de la terre dans le monde anglophone

Écrits et cris de la terre dans le monde anglophone

Les textes présentés dans ce numéro de Caliban montrent la terre comme écriture mais aussi la terre en souffrance, la terre blessée et la terre défendue, notamment par les textes. On y voit la terre palimpseste et l’agriculture comme écriture, des récits de voyageurs, les transformations du paysage comme reflet de l’histoire, les mythes des Premières Nations reflets de la terre vivante, la plume et l’outil à travers les poètes, et la terre qui soigne, les traces sauvages et les traces cultivées : le monde animal comme mémoire de la terre, les migrations, racines et déracinements. Le thème de la liberté et des terres volées y est abordé.

On y parle aussi de l’écriture et des voix de la terre non humaine. Parmi les textes forts qui figurent dans ce numéro, on peut mentionner un texte inédit du chercheur en écocritique Scott Slovic, co-fondateur de l’association internationale ASLE (Association for the Study of Literature and the Environment), et un texte inédit du poète nigérian Niyi Osundare ainsi que plusieurs de ses poèmes en version anglaise et dans leur traduction française.

Land’s Furrows and Sorrows in Anglophone Countries

The texts presented in this issue of Caliban show the land as writing but also the suffering planet, the land wounded by human actitivities, and the land defended, particularly by texts. The land appears as a palimpsest, and agriculture may be seen as a form of writing, in travel books, in novels or in poems. The transformations of landscapes appear as reflections of history, the myths of First Nations appear as a reflection of the living Earth ; the pen and the tool are united through poets’ perception of the Land.

The land also heals its inhabitants and the writing of the Earth also appears in tracks : animal tracks as memory of the land. Migrations, roots and uprooting, fredom and stolen lands are political visions of the land writing its story and history. The writing and voices of the nonhuman world are tackled in several texts. Among the powerful texts appearing in this issue, we can mention an unpublished text by Scott Slovic, the co-founder of the international organization ASLE (Association for the Study of Literature and the Environment), an unpublished essay bu Nigerian poet and scholar Niyi Osundare, as well as several of his poems in English and in their French translation.

Françoise BESSON est professeur émérite de littératures de langues anglaises à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Elle a été présidente de la SELVA (Société d’étude de la littérature de voyage du monde anglophone) pendant plusieurs années, et est directrice du GREC (Groupe de recherche en études canadiennes de Toulouse). Elle est directrice éditoriale de la revue Caliban depuis 2011. Spécialiste de la représentation du paysage, et de la relation entre littérature et écologie dans la littérature de voyage et la littérature environnementale britannique, amérindienne et canadienne, elle est l’auteure, directrice ou co-directrice de plusieurs ouvrages sur la montagne ou le paysage dans les littératures de langue anglaise.

Année : 2019
Réf. : CAL 61

n° 61 - Écrits et cris de la terre dans le monde anglophone

Haut de page Haut de page

Lalibela, site rupestre chrétien d’Éthiopie

Les collections -> Histoire -> Sites et cités d’Afrique

Lieu de pèlerinage pour les chrétiens d’Éthiopie, le site de Lalibela est mondialement connu pour son complexe d’églises taillées dans une roche de couleur rouge sous le niveau du sol. Perchés à 2 500 mètres d’altitude sur les hauts plateaux de l’Éthiopie septentrionale, les monuments se répartissent en trois groupes dans lesquels s’enchevêtrent églises, passages souterrains et à ciel ouvert, cours et salles troglodytes.

L’ensemble est communément attribué au souverain qui porte le même nom, le roi Lālibālā, dont on sait avec certitude qu’il régnait durant le premier tiers du XIIIe siècle. Codirectrices de la mission franco-éthiopienne de recherche à Lalibela, Claire Bosc-Tiessé et Marie-Laure Derat livrent ici, avec leur équipe, une synthèse des études historiques menées sur la région et posent les principes d’une méthodologie archéologique spécifiquement développée pour ce site rupestre, à la fois témoin géologique exceptionnel et haut lieu du christianisme éthiopien depuis le XIIIe siècle.

Comprendre les raisons d’une implantation royale à Lalibela sans disposer de textes se rapportant à la région avant et pendant le règne de Lālibālā ; déployer sur le site un regard archéologique sans avoir accès à des niveaux stratigraphiques ; croiser histoire et archéologie afin d’amplifier la force du signal témoignant de la vie du site et de son inscription dans un contexte régional, royal, puis fédéral ; telles sont les gageures des recherches menées à Lalibela et exposées ici.

Claire Bosc-Tiessé, chargée de recherche au CNRS, est conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art où elle dirige le programme « Vestiges, indices, paradigmes : temps et lieux des objets d’Afrique ». Spécialiste de l’Éthiopie, elle mène des recherches sur la production artistique dans le royaume chrétien sur une période longue, du XIIIe au XIXe siècle. Ses recherches développent une anthropologie historique des images, s’intéressant particulièrement aux différents aspects de leur fabrication, à leurs statuts et à leurs utilisations. Elle a notamment publié, aux Publications de la Sorbonne en 2008, Les îles de la mémoire. Fabrique des images et écriture de l’histoire dans les églises du lac Tana (Éthiopie, XVIIe-XVIIIe s.).

Marie-Laure Derat, directrice de recherche au CNRS au sein du laboratoire Orient et Méditerranée, est spécialiste de l’Éthiopie chrétienne à l’époque médiévale (XIe-XVIe siècle). Elle aborde l’histoire de ce royaume à partir des textes historiques et hagiographiques rédigés en langue guèze, ainsi qu’à partir des données issues de fouilles archéologiques. Elle a notamment publié chez Brepols en 2018 une enquête sur la dynastie Zāgwē, à laquelle on associe le site de Lalibela, intitulée L’énigme d’une dynastie sainte et usurpatrice dans le royaume chrétien d’Éthiopie du XIe au XIIIe siècle.

Année : 2019
Réf. : SIT 06

Lalibela, site rupestre chrétien d'Éthiopie

Haut de page Haut de page

Enseignement et formation : éclairages de la didactique comparée

Les collections -> Sciences de l’Éducation -> Questions d’éducation

Cet ouvrage présente des analyses didactiques de pratiques d’enseignement et de formation à l’enseignement. Les divers chapitres nourrissent à différents niveaux les réflexions théoriques et méthodologiques du comparatisme, en questionnant des concepts et des méthodes en usage dans les didactiques disciplinaires pour mieux comprendre l’action didactique enseignante.

En filigrane, les différentes contributions prennent en considération, selon diverses modalités de collaboration, le rôle des enseignant(e)s, des formé(e)s, des élèves, des chercheur(e)s… ce qui dénote un intérêt pour la place du sujet dans les recherches en didactique. Elles soulignent également le potentiel du comparatisme en didactique pour mettre en valeur des manières d’enseigner et de former qui favorisent l’apprentissage scolaire des savoirs disciplinaires par les élèves et les transformations des pratiques chez les formé(e)s, ainsi que pour remettre en question certains choix opérés au niveau des curriculums.

Par la diversité des cadres théoriques et des méthodes mobilisés, par les types de comparaisons opérées à différents niveaux des cursus scolaires francophones, les recherches ancrées dans le comparatisme en didactique rendent compte de la vigueur de ce champ. Cet ouvrage s’adresse aux chercheur(e)s en sciences de l’éducation et de la formation, aux étudiant(e)s et chercheur(e)s intéressé(e)s par les questions d’enseignement et apprentissage ainsi qu’aux enseignants et enseignantes des différents niveaux scolaires. Chacun des chapitres, sous couvert d’approches diversifiées, propose d’accéder à l’intelligibilité des pratiques didactiques d’enseignement et de formation. Le champ des recherches comparatistes en didactique(s) concerne à la fois une problématique scientifique et un problème d’importance au regard des attentes sociales en termes d’éducation, de formation et d’accès du plus grand nombre aux savoirs.

Ingrid Verscheure est maîtresse de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès, au département sciences de l’éducation, et membre du laboratoire EFTS (Éducation, formation, travail, savoirs).

Mylène Ducrey Monnier est professeure associée à la Haute école pédagogique du canton de Vaud, dans l’unité d’enseignement et de recherche « enseignement, apprentissage, évaluation » et membre du Séminaire romand de didactique comparée de l’université de Genève.

Lionel Pelissier est maître de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès, à l’INSPE de Toulouse et membre du laboratoire EFTS.

Année : 2019
Réf : QUE 10

Enseignement et formation : éclairages de la didactique comparée

Haut de page Haut de page

Divisão de honra / Division d’honneur

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • portugais

Albert : Salut. On dit que je m’appelle Albert Fantrau. Vous avez peut-être entendu parler de moi. Il y en a qui disent que j’ai été pote de Cristiano Ronaldo. D’après ce qu’ils disent, on jouait ensemble en junior quand le coach du Sporting est venu nous voir jouer et, avant le match, il nous a dit : « Celui qui marquera le plus de buts viendra jouer dans notre club. »

Ce texte théâtral désenchante le monde footballistique dans un style à la fois désabusé et onirique, frôlant parfois l’absurde. Il est composé de trois tableaux qui nous plongent dans les rêves et les désillusions des joueurs de foot.

Jorge Palinhos présente ainsi son texte : « Albert Camus a affirmé que tout ce qu’il savait sur l’éthique et le devoir des hommes, il l’avait appris dans le football. Division d’honneur est une méditation fragmentée et performative à partir de cette affirmation, où des scènes qui se succèdent cherchent à se loger dans les interstices des paroles et des actes. »

Jorge Palinhos est écrivain et dramaturge portugais, né en 1977. Plusieurs de ses pièces ont déjà été représentées et/ou éditées au Portugal, ainsi qu’au Brésil, en Espagne, en France, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en Serbie. Ses pièces ont déjà été mises en scène par plusieurs compagnies.

Année : 2019
Réf. : NOUL 02

Divisão de honra / Division d'honneur

Haut de page Haut de page

n° 111 - Religion et pouvoir dans le monde romain de 218 avant notre ère à 235 de notre ère

Les revues -> n° 111 - Religion et pouvoir dans le monde romain de 218 avant notre ère à 235 de notre ère

À travers douze contributions, ce numéro de Pallas « spécial concours » analyse l’organisation de la religion romaine et son expansion dans le monde sous la domination de Rome, à partir de la deuxième guerre punique. Il s’intéresse notamment à son évolution dans le contexte de la romanisation, ainsi qu’à ses rapports avec l’exercice du pouvoir.
Il s’agit de la publication des actes du dernier colloque SoPHAU, organisé par la Société des professeurs d’histoire ancienne de l’université (SoPHAU) en rapport avec la question d’histoire ancienne au programme des concours de recrutement de l’enseignement secondaire.

François CADIOU est professeur d’histoire romaine à l’université Bordeaux Montaigne, et membre du laboratoire Ausonius. Il a récemment publié : L’armée imaginaire. Les soldats prolétaires dans les légions romaines au dernier siècle de la République (Les Belles Lettres, 2018).

Sylvie PITTIA est professeure d’histoire romaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et membre du laboratoire ANHIMA. Elle a notamment publié, avec B. Grass, G. Stouder, J.-L. Ferrary et P. Sanchez (dir.), La diplomatie romaine sous la République : réflexions sur une pratique (PUFC, Besançon, 2015).

Année : 2019
Réf : PAL 111

n° 111 - Religion et pouvoir dans le monde romain de 218 avant notre ère à 235 de notre ère

Haut de page Haut de page

La teología del “San Antonio de Padua” de Mateo Alemán

Les collections -> Langues et civilisations étrangères -> Anejos de ’Criticón’

(En coédition avec l’université de Séville)

Mientras iba elaborando su magna edición del San Antonio de Padua, terminada en 1992 y publicada póstuma en 2014, Henri Guerreiro (1941- 2002) emprendió un amplio análisis de la casi olvidada obra hagiográfica del autor del Guzmán de Alfarache.
Quería con ello definir la extrema originalidad de esta historia moderna de la vida de un santo medieval, ocasión para el famoso novelista de tratar algunos de los grandes temas de su tiempo. En una primera parte, la única que pudo escribir, abordaba de manera exhaustiva el examen del contenido teológico del San Antonio, atento siempre a relacionar hagiografía y picaresca, y lograba así echar una luz muy nueva sobre la compleja problemática de la conversión del pícaro, episodio cuya singular relectura sirve de broche de oro a esta reconstrucción sin equivalente del trasfondo teológico de la novela de la vida de Guzmán.

Hijo de padres portugueses, Henri Guerreiro (1941-2002) fue profesor de literatura y lengua españolas en el Departamento de Estudios Hispánicos de la Universidad de Toulouse-Le Mirail desde 1972 hasta su muerte. Centró su investigación en la obra de Mateo Alemán, el otro gran novelista, con Cervantes, del Siglo de Oro. Más allá de fundamentales estudios sobre el Guzmán de Alfarache, dedicó especial atención al casi olvidado San Antonio de Padua : editó modernamente esta importante hagiografía del famoso santo lisboeta, obra escrita en 1604 y dejada sin reedición desde el siglo XVII ; y sus cuantiosos análisis de ésta mostraron las estrechas relaciones entre las dos vertientes de la producción alemaniana, renovando la lectura de « novela » hagiográfica la interpretación de la novela picaresca.

Obra revisada y corregida por Marc Vitse

Année : 2019
Réf. : ANCRI 22

La teología del “San Antonio de Padua” de Mateo Alemán

Haut de page Haut de page

n° 10 - Les débuts du Conservatoire des arts et métiers

Les revues -> n° 10 - Les débuts du Conservatoire des arts et métiers

Depuis plus de deux siècles, par la richesse de ses collections, de ses enseignements et de ses pôles de recherche, le Conservatoire national des arts et métiers est en constante évolution. Étudier son histoire, c’est faire en sorte de comprendre un important volet de l’évolution institutionnelle des techniques. Les thèmes des articles de ce dossier y concourent pleinement : examen du rôle des acteurs, modalités de l’invention du haut enseignement à partir de 1819, interactions avec d’autres institutions ou entreprises officielles (système des brevets, Société d’encouragement pour l’industrie nationale, expositions des produits de l’industrie) fournissent autant d’approches stimulantes et novatrices.

Année : 2019
Réf. : ARTEF 10

n° 10 - Les débuts du Conservatoire des arts et métiers

Haut de page Haut de page

Goal !

Les collections -> Théâtre -> Nouvelles Scènes • linguae

Coordonné par Agnès Surbezy

Ce recueil de textes dramatiques contemporains consacrés au football est le coup d’envoi de « Nouvelles Scènes - linguae », dont chaque volume fera dialoguer différentes langues sur une même thématique. Cette collection reste attachée au principe de l’édition bilingue, atout majeur des collections « Nouvelles Scènes » en langue étrangère, au croisement des regards et des cultures.
Réunies dans une collection plurielle, ces langues se rencontrent aujourd’hui plus intimement, partageant un même volume et mêlant leurs voix pour nous parler de foot, bien sûr, mais plus encore pour nous parler de nous ; de nos sociétés, proches et différentes à la fois ; de notre monde et de ses crises.

Année : 2019
Réf. : LING 01

Goal !

Haut de page Haut de page

n° 112 - Justice et infra-justice dans le Mexique indépendant

Les revues -> n° 112 - Justice et infra-justice dans le Mexique indépendant

L’histoire de l’administration de la justice dans le monde hispanique a reçu une très grande attention au cours des dernières décennies, en lien pour partie avec le renouvellement historiographique du politique interrogé sous l’angle d’une analyse sociale des membres des principales institutions, mais aussi en raison de l’accessibilité récente des archives locales qui permettent aujourd’hui une étude de la justice dite de proximité. Mais cet engouement ne s’est pas déployé de façon homogène ni sur la chronologie ni sur les thèmes abordés. Le point fort de cette historiographie – au moins dans le cas mexicain – porte en effet sur la période de transition depuis les réformes bourboniennes jusqu’aux années 1830 et rend compte d’une mise en adéquation de la justice avec les principes libéraux triomphants.
Ce dossier cherche à dessiner de nouvelles pistes de recherche, pertinentes dans un cadre chronologique plus long, et questionne certaines affirmations hâtives dont la supposée modernisation et professionnalisation de l’administration de justice. Pour cela, les auteurs ont inclus le monde infrajudiciaire dans leurs études, celui des auxiliaires de justice et des passeurs – traducteurs, tinterillos, facilitateurs de justice –, et ont ainsi mis l’accent sur la question souvent oubliée de l’accessibilité de la justice dans un pays où la Révolution de 1910 constitua une cinglante critique aux mécanismes légaux de résolution des conflits. Dans ce contexte, il était important d’inclure dans ce dossier un texte concernant le traitement judiciaire de la question agraire.

Évelyne SANCHEZ est chercheuse au laboratoire FRAMESPA du CNRS. Elle enseigne à l’université Toulouse - Jean Jaurès les disciplines associées à l’histoire des Amériques. Sa recherche se focalise aujourd’hui sur le Mexique.

Daniela MARINO est enseignante-chercheuse à l’École nationale d’anthropologie et d’histoire (ENAH) et à l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) à Mexico.

Année : 2019
Réf. : CAR 112

n° 112 - Justice et infra-justice dans le Mexique indépendant

Haut de page Haut de page

L’Apothéose des vaincus

Les collections -> Musique, musicologie & partitions -> JAZZ-U Prospectives

Selon Walter Benjamin, l’histoire s’écrit généralement du point de vue des vainqueurs, le butin porté par le camp victorieux concerne en premier lieu les biens culturels. Avec la culture afro-américaine, on assiste à un retournement radical. Du fait des conditions de leur émergence, les expressions issues du champ jazzistique permettent d’interroger l’idée de culture à partir de ce que Benjamin appellerait la « tradition des vaincus » et de débusquer la part de barbarie constitutive de l’idéal philosophique propre à l’Occident. En effet, selon l’auteur des Thèses sur l’histoire, un témoignage de culture est aussi un témoignage de barbarie ; celle-ci, en l’occurrence, n’est pas du côté de la culture afro-américaine mais dans les conditions qui l’ont suscitée.

Dès les origines, les Afro-Américains furent sensibles à ce paradoxe et c’est en s’identifiant aux vaincus de l’histoire qu’ils sont parvenus à imposer leurs musiques à un niveau que l’on pourrait qualifier de « cosmopolitique ». Il n’est alors pas abusif d’évoquer une dimension messianique du jazz. Pour les Noirs, la figure évangélique du Christ aura d’emblée été celle de quelqu’un qui avait perdu, mais en héros revenu de façon triomphale. Du fait des conditions historiques dont ils furent les victimes, les Afro-Américains se sont identifiés à tous les perdants de l’histoire. C’est la portée critique de ce messianisme du jazz dont il sera question ici.

Christian Béthune est chercheur associé au CIEREC, docteur en philosophie (Le jazz comme critique des catégories de l’esthétique) et HDR en art. Il est notamment l’auteur du Rap. Une esthétique hors la loi (Autrement, 2004), Adorno et le jazz (Klincksieck, 2003), Le jazz et l’Occident (Klincksieck, 2008), Blues, féminisme et société : le cas Lucille Bogan (Camion blanc, 2018).

Année : 2019
Réf. : JAZZ 15

L'Apothéose des vaincus

Haut de page Haut de page

Les corps en colonie. Faim, maladies, guerre et crises démographiques en Algérie au XIXᵉ siècle. Approche anthropométrique

Les collections -> Histoire -> Tempus • Contemporaine

La question des identités en situation coloniale, aujourd’hui largement interrogées, renvoie à d’évidents enjeux démographiques, paradoxalement beaucoup moins étudiés. Pour l’Algérie du XIXᵉ siècle, ce constat s’explique par le caractère lacunaire et incertain de la connaissance des faits démographiques, et par le manque de sources fiables. Le bilan de la catastrophe démographique de 1867-1868 reste en partie à dresser, aussi bien pour la population indigène qu’européenne.

De plus, l’état économique du pays avant 1830, le nombre d’habitants que compte l’Algérie à l’arrivée des Français, l’impact des maladies sur les populations, ou encore les conséquences démographiques de la guerre d’invasion font encore débat. En mobilisant les abondantes – et en grande partie inexploitées – archives du personnel militaire de la seconde armée coloniale du monde, cet ouvrage propose pour la première fois une histoire anthropométrique de l’Algérie sur la longue durée (1800-1880) qui apporte des éléments de réponse à ces questions. La stature adulte des soldats indigènes et européens, considérée comme indice biologique des niveaux de vie, est confrontée aux autres données économiques, démographiques et climatiques.

L’ouvrage situe ainsi la trajectoire démographique des populations entre scénario d’Ancien Régime – prima des facteurs naturels – et scénario critique – prima des facteurs humains – et, enjeu majeur, réévalue le nombre d’habitants à l’aube de la colonisation. Il propose une lecture critique de l’histoire économique et sociale de l’Algérie, contribue à replacer les indigènes ruraux au cœur de l’histoire algérienne et offre une mise en perspective internationale et impériale du cas algérien.

Laurent Heyberger est maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard. Spécialiste d’histoire anthropométrique, approche qui se situe à la croisée entre histoire économique et démographie historique, il a écrit plusieurs ouvrages sur ce sujet dont La Révolution des corps et L’Histoire anthropométrique.

Année : 2019
Réf. : TEMP 62

Les corps en colonie. Faim, maladies, guerre et crises démographiques en Algérie au XIXᵉ siècle. Approche anthropométrique

Haut de page Haut de page

Cartago república urbana. Elites y poderes en la Costa Rica colonial (1564-1718)

Les collections -> Histoire -> Méridiennes

A partir de una inquietud de renovación historiográfica, este libro se propone llevar a cabo un estudio prosopográfico y de redes sociales de los integrantes de un cabildo colonial hispanoamericano, en este caso, el de la ciudad de Cartago, capital de la provincia más meridional del antiguo Reino de Guatemala : Costa Rica.
Con este fin, el trabajo lleva a cabo una reconstrucción exhaustiva del grupo a estudiar, de sus carreras vitales, de su procedencia social, geográfica y familiar ; así como de sus actividades económicas, para luego analizar todo el tejido de sus relaciones de sociabilidad, tanto en sus facetas de solidaridad como en las de conflicto. Los factores sociosimbólicos y jurídicos que se utilizaron en la época para apuntalar la posición social y el poder de este grupo, también son analizados. Lo anterior tiene la intención de responder a la interrogante sobre cuáles eran los factores relacionales que permitían a este grupo constituirse en una elite de poder y mantener esa posición a lo largo del tiempo.
De esta manera, se pretende reconstruir el funcionamiento interno del grupo y, a la vez, obtener una explicación más amplia de cómo funcionaba el aparato político de la monarquía española en la provincia de Costa Rica.

Catedrático de Historia de la Universidad de Costa Rica desde el 2012, Eduardo Madrigal se ha dedicado al estudio de las redes de sociabilidad de las elites coloniales de su natal Costa Rica, tema sobre el que ha publicado numerosos artículos. También se ha interesado por el estudio del papel de las sociedades del Asia Oriental en la Historia Mundial y por el arte barroco hispanoamericano.

Année : 2019
Réf. : MERI 06

Cartago república urbana. Elites y poderes en la Costa Rica colonial (1564-1718)

Haut de page Haut de page